Les habitants de Kyoto en ont assez des touristes mal élevés et leurs photos

Les habitants de Kyoto affirment que le comportement des touristes s’est aggravé. Aujourd’hui, la beauté des paysages et la vie quotidienne sont gâchées par des randonneurs à moitié nus, des voyageurs qui s’assoie dans la rue et mangent en laissant leur déchets, des touristes qui font des séances de prise de vue prolongées…

Même les agences de photographies ont reconnu les problèmes créés par leurs clients dans l’ancienne capitale, dont certaines quartier grouillent de touristes en permanence.

En septembre, le comité de préservation des paysages de Gion-Shinbashi, dans le quartier de Higashiyama à Kyoto, a signé un mémorandum avec 36 agences de photographies demandant aux touristes d’améliorer leurs comportements.

Ce quartier est une zone de préservation de bâtiments historiques désignée par le gouvernement depuis 1976, est particulièrement populaire parmi les couples qui souhaitent prendre des photos de mariage avant leurs cérémonies de mariage.

Selon le comité, composé de résidents et de commerçants, les visiteurs empiéteraient sur le terrain de résidences privées et casseraient des branches de cerisiers pour leurs photos ou pour leurs souvenirs.

Certains font souffler des bulles de savon pour obtenir des effets photographiques, se promènent dans des robes étriquées sur des routes pavées traditionnelles et s’assoient sur le parapet du pont pour des poses éclatantes. Continuer la lecture de « Les habitants de Kyoto en ont assez des touristes mal élevés et leurs photos »

Les six plus grandes communautés japonaises hors du Japon

Comme les immigrés du monde entier, les Japonais ont quitté leur pays d’origine à la recherche d’une vie meilleure pour leurs familles. Une grande partie de cette immigration s’est produite de 1868 à 1912.

1 / Brésil : 1.500.000
Le Japon et le Brésil ont une longue histoire d’échanges culturels et économiques. Aujourd’hui, le Brésil compte la plus grande communauté japonaise en dehors du Japon.

Il y a aussi beaucoup de Brésiliens vivant au Japon. En fait, les Brésiliens représentent le plus grand groupe ethnique non asiatique au Japon (312 582 personnes).
L’immigration japonaise au Brésil a commencé en 1908. Au début, les immigrants japonais ont été résignés à des emplois agricoles mal rémunérés. À chaque génération, les Japonais ont amélioré leur vie au Brésil.
Ces dernières années, la culture japonaise est très populaire au Brésil. Chaque année, des dizaines de festivals japonais ont lieu dans tout le Brésil (par exemple, le Bon Festival à São Paulo).

La culture brésilienne est également populaire au Japon. Le carnaval d’Asakusa Samba est l’un des plus grands festivals d’été de Tokyo.

2 / États-Unis : 1 204 205
Environ le tiers de la population d’Hawaï s’identifie comme ayant un héritage japonais. La culture japonaise a eu une grande influence à Hawaii. La cuisine japonaise, les festivals et les coutumes sont faciles à voir dans la vie quotidienne à Hawaii.
Les cultures hawaïenne et japonaise ont fusionné de manière intéressante. Spam musubi est un aliment hawaïen qui utilise un ingrédient local populaire (spam) préparé sous la forme d’un onigiri (boule de riz japonaise).

Il existe également d’importantes populations japonaises en Californie, dans l’État de Washington et en Oregon.

3 / Philippines : 120 000
Les Philippines ont été le premier pays à connaître l’immigration japonaise (dès le 12ème siècle). Au XVIIe siècle, de nombreux catholiques japonais ont fui aux Philippines pour éviter les persécutions religieuses. Continuer la lecture de « Les six plus grandes communautés japonaises hors du Japon »

Géisha ou Maiko espèces menacées d’extinction

Comme la ville a perdu des morceaux entier de son passé avec la destruction massive de maisons traditionnelles pour faire entre autres des hôtels bas de gamme pour une clientèle de masse en provenance d’un grands pays asiatique, la Geisha et son apprenti la Maiko sont désormais hors de portée, à l’exception de quelques-unes.

Voir une Géisha ou une Maiko est l’un des moments les plus attendus d’un voyageur à Kyoto, mais comme toutes les espèces menacées d’extinction, les chances d’en voir une en personne est rare. Sur un total d’une dizaines de milliers à leur apogée, la population de Geisha et de Maiko de Kyoto est tombée à moins d’une centaine.

Les valeurs modernes et le ralentissement de l’économie japonaise ont comploté contre la tradition autrefois vivante de la Geisha à Kyoto. Une soirée avec une Geisha ou sa jeune apprentie, la Maiko, est un luxe que seul un cercle restreint de clients aisés peut se permettre mais qui fréquente de moins en moins Kyoto.

On aurai pu imaginer que la ville de Kyoto voir le Japon ferai quelques choses pour les soutenir car elles sont quand même considérées comme le patrimoine vivant Japonais. Malheureusement il n’en est rien.

Les touristes désireux d’entrevoir une Geisha devront se contenter de la rare apparence publique qu’elle fait. Après tout, c’est un monde inaccessible au Gaijin (étranger). Au crépuscule souvent par deux ou en petits groupes, en route pour rencontrer des clients dans les lieux de divertissements à Gion, les Geisha et Maiko peuvent divertir derrière les portes de bars et restaurants exclusifs, mais cela ne signifie pas qu’elles se tiennent délibérément à l’écart du public. Cependant, de moins en moins elles se promènent dans la ville car certains touristes médiocres et peu éduqués les importunes pour essayer de faire des selfies avec elle et même les toucher !

La culture hédoniste des geishas est un aspect intéressant ainsi que la culture austère des temples de Kyoto. C’est cette dualité souvent mal comprise par les étrangers qui rend Kyoto si fascinant.

Vélo à Kyoto état des lieux

Dans le contexte ou les scientifiques du climat avertissant que nous disposons de 12 ans pour réduire les émissions de carbone afin d’éviter un changement climatique désastreux, Kyoto cherche un autre avenir durable. La ville japonaise s’éloigne de plus en plus de l’automobile pour les transports en commun, à vélo ou à pied. Déjà, plus des trois quarts des déplacements personnels en ville ne se font pas en voiture.

Avec la Déclaration de Kyoto «Walkable» de 2010, la ville visait à ne plus être une société dominée par la voiture. Kyoto a une liste ambitieuse de 94 projets visant à promouvoir le potentiel piétonnier.

Les résultats obtenus jusqu’à présent sont impressionnants, selon les données des administrations municipales. L’utilisation des transports en commun a considérablement augmenté. La circulation automobile entrant dans la ville diminue d’année en année, tout comme l’utilisation du parking. Seulement 9,3% des mouvements touristiques dans la ville ont été effectués en voiture, contre 21% en 2011. En conséquence, les émissions provenant des transports en 2015 ont été inférieures de 20% aux niveaux de 1990.

Une ville faites pour le cyclisme ? Presque aucun parking pour se garer dans la ville et interdiction de se garer sur tous les trottoirs. Des camions fourrières enlèvent les vélos même la nuit, ce qui coute environ Y4000 et une grande perte de temps car il faut allez loin pour récupérer son vélo. Bref Kyoto a de large progrès à faire !

Kyoto est déterminé à améliorer la situation dit-on. Le prochain objectif est d’accroître les possibilités pour le cyclisme… à voir !?!

Pourtant Kyoto a tous les atouts car le vélo est la meilleure façon de voir et visiter la ville. Que vous soyez résident ou touriste, le vélo est le secret pour découvrir la beauté de ses sites patrimoniaux en un temps record. Un nombre croissant de touristes choisissent chaque année de louer un vélo. Continuer la lecture de « Vélo à Kyoto état des lieux »

À Kyoto le tourisme de masse atteint son paroxysme

La ville de Kyoto, l’une des destinations touristiques les plus populaires au monde, a pour objectif d’attirer les voyageurs vers des lieux moins connus, afin de réduire les cas de “tourisme de masse” qui ont entraîné une augmentation du nombre de plaintes de la part des visiteurs et des habitants.

Les touristes étrangers affluent vers les destinations célèbres telles que Arashiyama, Gion et le temple Kiyomizu.

Toutefois, une enquête menée en 2017 par la ville a révélé que 46% des voyageurs nationaux avaient eu des expériences négatives durant leur séjour, la congestion étant la principale raison.

Pendant la haute saison touristique, les gens ont du mal à monter dans les autobus surpeuplés, et la congestion dans de nombreux quartiers de la ville affecte la vie des résidents locaux.

Fushimi Inari Taisha, situé dans le sud de la ville, fait partie des sites touristiques les plus populaires. Le sanctuaire shintoïste, connu pour ses quelque 10 000 portes vermillon Torii, est toujours surpeuplé de voyageurs désireux de prendre des photos panoramiques. Continuer la lecture de « À Kyoto le tourisme de masse atteint son paroxysme »

Illumination des érables au temple Eikando Zenrinji à Kyoto

Feuillage d’automne spectaculaire même la nuit dans ce temple de Kyoto. Célèbre pour son feuillage d’automne, le temple Eikando Zenrinji 永観堂 sera éclairé jusqu’au 2 décembre pour que les visiteurs puissent s’émerveiller à la vision du paysage naturel pendant les promenades en soirée.

700 lampes éclairent les quelques 3 000 érables qui virent au rouge vif en automne. Certains arbres sont également reflétés sur l’eau de l’étang de Hojo-ike.

Les visiteurs peuvent entrer entre 17h30 et 20h30.

Ils seront également autorisés à voir la statue principale du temple, connue sous le nom de “Mikaeri Amida” parce que le Bouddha regarde par-dessus son épaule.

Créée à l’époque de Kamakura (1192-1333), la statue est désignée par le Japon comme bien culturel importantEikando Zenrinji Website

Des capteurs de signal Wi-Fi à Kyoto pour surveiller les foules de touristes

Kyoto lancera samedi un système expérimental qui surveillera, prévoira et gérera le flux de visiteurs vers les sites touristiques très fréquenté. L’objectif principal est la zone d’observation feuilles rouges à Arashiyama.

Dans le cadre d’une première au Japon, la projection des flux dans huit zones d’Arashiyama seront régulièrement mises à jour en ligne sur la base des données collectées par des capteurs qui suivent les signaux Wi-Fi actifs.

Le test se déroulera jusqu’au 17 décembre, et comprendra notamment le célèbre pont Togetsukyo et la foret de bambous.

Depuis la mi-septembre, des capteurs installés dans 13 sites ont suivi les signaux Wi-Fi des portables mobile et collecté des données sur le nombre de visiteurs et le temps passé sur les sites surveillés. Continuer la lecture de « Des capteurs de signal Wi-Fi à Kyoto pour surveiller les foules de touristes »

Kyoto est en tête du classement des grandes villes japonaises, Fukuoka deuxième et Osaka troisième

Selon un sondage mené par un groupe de réflexion affilié au grand promoteur immobilier Mori Building Co., Kyoto figure en tête du classement des principales villes japonaises selon des critères tels que la qualité de vie et l’économie.

L’Institut des stratégies urbaines a publié sa première édition du classement, qui couvrait 72 villes à l’exclusion de Tokyo.

Les villes ont été classées selon 83 indicateurs répartis dans six catégories : économie et affaires, transports et accessibilité, environnement, vie et résidence, culture et échanges et pour finir recherche et développement ; à partir de la base de résultats statistiques et d’auditions avec les résidents locaux.

Kyoto a été bien noté pour ses universités et ses nombreuses propriétés touristiques, y compris ses atouts historiques et culturels, a déclaré le groupe de réflexion.

Fukuoka est arrivé en deuxième position grâce à sa puissante économie. Un certain nombre de zones spéciales de déréglementation sont situées dans le hub sud-ouest.

Malgré le faible taux de criminalité, Osaka se classe au troisième rang en raison de la vigueur de la consommation privée et des investissements, ainsi que de son réseau de transport pratique. Continuer la lecture de « Kyoto est en tête du classement des grandes villes japonaises, Fukuoka deuxième et Osaka troisième »