Louer une maison à Kyoto

machiya1

Une des choses les plus agréables à faire c’est de louer une maison typique traditionnelle japonaise, Machiya.

Machiya : Ancienne maison traditionnelle de Kyoto en bois, murs en terre, pierres de taille et dater en générale de 80 à 120 ans.

C’est une chance que Kyoto est encore ces maisons dans toute la ville, l’avantage est de ressentir et de voir comment les Japonais vivaient tout en participant à la sauvegarde de la culture japonaise. C’est aussi que l’on peut les louer à deux ou même pour une famille et ainsi on est comme chez soi !

Néanmoins il n’y a pas de label du coup il y a pas mal d’arnaques, souvent ces maisons n’ont rien de traditionnelles elles sont récentes ou ont été complètement désossé, les murs sont en placo-plâtre, le sol en béton et la salle de bain 100 % plastique, c’est comme si vous étiez dans un hôtel ou un vulgaire studio. Plutôt pour une clientèle chinoise et anglo-saxonne (vrai maison pour Mickey !).

Bref renseignez-vous en demandant de quand dates la maison, les travaux et la rénovation car les loueurs jouent sur l’ambiguïté entre maison qui ressemble vaguement à une maison traditionnelle et une vrai maison rénover ancienne traditionnelle.

La bonne nouvelle c’est que cela permet de les sauvegarder un peu car souvent les Japonais n’ont aucun intérêt pour ces anciennes maisons qu’ils considèrent comme désuète et préfère les nouvelles maisons 100% plastiques de médiocre qualité avec des matériaux made in china.

Le seul intérêt qu’ils leur portent est de les louer aux touristes pour faire de l’argent vite…

A tel point que maintenant il y a des sociétés spécialisés qui s’occupent de tout pour vous si vous apportez les fonds de départ.

Ces sociétés achètent la maison, font les travaux, obtiennent une licence de Guest House et touche à tous les étages. Ensuite elles s’occupent de la gestion de la location avec des rendements juteux qui ne sont bien sûr en général que fictifs…

machiya2

Taiko

Le Taiko (太鼓 tambour) de son nom originel: Wadaiko (和太鼓 tambour japonais), désigne toute percussion, qu’elle soit japonaise ou du reste du monde. Cependant, aujourd’hui, il est très courant de désigner les tambours japonais par le terme Taiko, et ce au Japon comme ailleurs.

On trouve déjà des traces du Taiko au 6ième siècle dans les Kofun (古墳 monuments funéraires des anciens empereurs japonais entre le 3ième et 6ième siècle) sur le pourtour et au sommet où se trouvent des Haniwa (埴輪 figurines funéraires japonaises), qui sont représentés un tambour à la main.

Daisenryo Kofun (Tombe de l'Empereur Nintoku)

Daisenryo Kofun (Tombe de l’Empereur Nintoku)

un Haniwa portant un Taiko

un Haniwa portant un Taiko

À cette époque, plusieurs instruments de musique sont introduits au Japon au cours d’échanges avec d’autres pays de l’Asie de l’Est. Entre le 5ième et le 7ième siècle, des musiciens originaires de la péninsule coréenne se rendent au Japon pour y pratiquer leur art. Grâce au développement du théâtre Nô () au Moyen Âge, et du théâtre Kabuki (歌舞伎) à l’époque d’Edo (1603-1868), le Taiko a vu son usage croître et sa maîtrise s’enrichir puisqu’il accompagnait les représentations.

Utilisation du Taiko au théâtre de Nô

Utilisation du Taiko au théâtre de Nô

Le Taiko s’est également développé sous le patronage des grands temples bouddhistes du pays. Ils diffèrent selon les régions du Japon dont ils accompagnent les cérémonies et autres manifestations populaires. Lire la suite → »

Effondrement de terrain dans une avenue

hakata-fukuoka-trou

La Photo du Jour: La partie d’une rue principale en face de la gare JR Hakata de Fukuoka s’est effondrée ce mardi 8 novembre.

Les robots vous accueille

robot-acceuil

La photo du jour : Les robots vous accueille dans les retaurants !

Distributeur automatique Japonais

Ceux qui ont déjà voyagé au Japon le savent, les distributeurs automatiques sont littéralement partout. À chaque coin de rue, dans chaque station de métro/train, dans les centres commerciaux, dans les bâtiments publics, en devanture des résidences… bref impossible de faire plus d’une minute à pied sans en apercevoir un. Il y en a tellement que ça en devient même parfois ridicule quand plusieurs dizaines sont alignés à la suite…

plein de distrib

Le tout premier distributeur automatique (自動販売機 jidouhanbaiki) au Japon à vu le jour en 1888 (明治21), il a été inventé par Koshichi Tawaraya, et été destiné à la vente de tabac. Le plus vieux distributeur ancien qui existe encore aujourd’hui (également créé par Tawaraya) date de l’an 1904 (明治 37 年) il été destiné à la vente de timbres et de cartes postales et doublé d’une fonction boîte aux lettres. Ils deviendront un des symboles du développement que connut le Japon à l’époque Meiji (明治 1868 – 1912) sous l’effet de l’ouverture à l’Occident. Mais ce ne fut qu’en 1962 que les distributeurs automatiques deviendront populaire au japon, plusieurs grosses firmes Américaines (principalement des fabricants de boissons) importèrent leurs distributeurs au Japon pour stimuler la vente de leurs produits.

Distributeur automatique destiné à la vente de timbres et de cartes postales (1904).

Distributeur automatique destiné à la vente de timbres et de cartes postales (1904).

Plus d’un siècle plus tard, le Japon est le roi en Asie des automates de vente, ayant après-guerre, été grandement influencé par les États-Unis, on retrouve des centaines de variétés et déclinaisons différentes. Lire la suite → »

Tripadvisor le site pour les toutous !

Tripadvisor le guide pour les toutous ! (touriste bof )

Vous êtes au Japon et en regardant bien autour de vous…Diable ! vous remarquez qu’ il n y presque que des étrangers tout comme vous voir même pleins de Français !

Alors oui vous êtes bien con ! Avoir fait autant de kilomètres pour se retrouver avec des touristes !

Vous auriez pu aller au Sushi du coin en bas de chez vous c’était presque pareil !

Tripadvisor est la caricature de la médiocrité et la honte de la société humaine, les commentaires sont souvent fait par des frustrés qui se défoulent. D’après la répressions des fraudes 50% des commentaires sont faux, soit par des concurrents soit par les établissements eux mêmes voir des imbéciles incompétents qui se prennent pour des critiques gastronomiques.

-Trop facile de faire des commentaire en étant anonyme.

-Trop facile de se prendre pour un critique gastronomique alors que l’on a aucune compétence en la matière.

-Trop facile de laisser écrire des mensonges et des informations fausses sans rien vérifier.

-Trop facile de planquer tout son argent dans les paradis fiscaux. 150 millions d’euros de résultat net pour 692 millions de chiffre d’affaires en 2013. Tout baigne !

Il faut bien être une société américaine inculte pour laisser mettre au même niveau un Starbuck et un restaurant étoilé au Michelin.

En gros Tripadvisor arnaque purement et simplement les gens puisqu’il diffuse de fausses informations par les commentaires sans préciser que ceux-ci ne sont en aucun cas certifiés!

Imaginons qu’ à votre travail vous soyez en compétions pour un nouveau poste, et comme par hasard votre boss reçoit une lettre anonyme vous accusant des pires choses, le mal est fait même si vous arrivez à vous disculper il subsistera toujours un doute….

Tripadvisor est le portevoix de ces gens-là ! N’importe qui peut s’y inscrire sous un faux pseudo pour dénigrer ou même diffamer …

Ne laisser pas des incompétents médiocres et souvent aigrit influencer vos vies et décisions.

La meilleur solution serai de faire comme Facebook si vous aimez vous le dites !

Laisser les commentaires négatifs laissent la porte ouverte à tous ceux qui veulent se défouler et déverser leur haine comme on peut toujours le voir sur internet.

De plus laisser votre instinct et votre feeling faire ! arrêter de vous faire dicter vos choix par des sociétés américaines et de imbéciles en tous genres.

Les meilleurs adresses ne sont pas sur TripAdvisor, ce sont celle que vous découvrez grâce à votre instinct et le hasard de la vie !

Alors si vous voyer le logo Tripadvisor, évitez le piège à touriste…. Sauf si vous êtes vraiment…..

A moins d’être aussi médiocre et minable que Tripadvisor je vous conseille d’acheter un guide fait par des professionnels !

A lire aussi

Ikebana

Si la culture japonaise vous intéresse vous devez déjà avoir entendu parler de l’Ikebana. Mais savez vous exactement ce que c’est ?

Le mot Ikebana (生花) ou Kadô (la voie des fleurs – 華道) vient du japonais «ikeru 生ける» qui signifie «faire vivre», et de « hana » qui signifie «fleur». L’Ikebana est l’art japonais de la composition florale, un art dans lequel la disposition des éléments du bouquet est réglée par une symbolique précise. Au delà de la recherche d’un certain esthétisme, l’Ikebana demande une certaine concentration, dans le but de s’unir à ce que les Japonais appellent «le cœur des fleurs». Il est à noter que au Japon l’étude de l’Ikebana est pris très au sérieux, et qu’ils peuvent commencer à l’étudier dès le plus jeune âge, la parfaite maitrise de l’Ikebana demande des années de pratique.

ikebana a tous les ages

Il est important de prendre en compte l’aspect extérieur de votre œuvre, en jouant avec les couleurs, la courbe, les formes, la matière, l’espace. Du choix de vos plantes jusqu’au vase, il vous faut visualiser votre création pour marier équilibre et harmonie. L’Ikebana est directement relié à votre caractère, alors laissez le s’exprimer.

Depuis peu, cette discipline suscite un grand intérêt à l’international. Au-delà de la conception d’un arrangement floral: lorsque l’on pratique l’Ikebana, on comprend combien le dialogue avec les végétaux amène à la connaissance de soi-même, et que la concentration demandée pour l’élaboration d’un bouquet engendre le calme et la sérénité chez la personne qui créé l’œuvre.

Le Japon a reçu l’art floral de la Chine au début du 6ème « siècle » et été réservé exclusivement aux hommes. Avec le bouddhisme les ambassadeurs japonais ramenèrent cette discipline par la coutume des offrandes florales appelé «Kuge 供花» en japonais.

Exemple de Kuge

Exemple de Kuge

Les compositions florales de l’époque ne portent pas encore le nom d’’Ikebana et cet art en devenir n’est pas encore codifié. Le terme alors employé est celui de Mitsu-gusoku (三具足 terme bouddhique dont la composition utilisé 3 instruments pour le culte: un vase, un bruleur d’encens et un porte bougie, que l’on dépose souvent devant les 3 Hotoke (divinités bouddhistes, à savoir Amida-nyorai (Amithaba) toujours placé au centre au centre, Kannon-bosatsu à sa gauche et Seishi-bosatsu à sa droite ) ou devant une image bouddhique). Lire la suite → »

Kyoto déception ?

Beaucoup de gens sont déçu lorsqu’il visite Kyoto.

Et oui! Vous vous attendez à une belle ville traditionnelle reflétant tout le passé prestigieux de la culture Japonaise. Il n’en est rien, vous trouverez seulement un petit quartier nommé Gion  avec 5 à 6 rues ou vous verrez des vielles maisons traditionnelles appelées des Machiyas, en sachant que certaines d’entre elles ne sont même plus authentiques, de vulgaires maisons en béton déguisées.

kyoto-shijo

Kyoto Shijo Centre

Pour couronner le tout vous aurez une horde de chinois, plus mal élevée les uns que les autres, bruyants et indisciplinés avec des taxis qui clacksons dans une rue bondée de monde.

En revanche vous pourrez aller visiter des temples avec des jardins absolument magnifiques et exceptionnels, bien sûr évitez les plus connu comme Kiyomizu-dera, le pavillon d’Or….. ou bien allez-y dès l’ouverture sinon vous allez-vous croire à Tokyo dans la station de Metro Shibuya tellement il y a de monde !

kyoto-temples

Kyoto Kodaji Temple

Gion Matsuri Kyoto 2016

Gion-Matsuri

Le festival est l’un des trois plus grands du Japon et se fait sous l’égide du sanctuaire Yasaka-Jinja.

Connu à travers tout le Japon pour sa très longue histoire, sa richesse et sa taille ce festival a commencé environ 1100 ans auparavant.

Pendant qu’une épidémie sévissait sur Kyoto, les habitants priaient pour faire cesser cette épidémie et ils décidèrent de construire 66 Chars correspondant au nombre de régions que comptait alors le Japon en ce temps.
Le point culminant du festival est la grande procession Yama Hoko Junko du 17 juillet 2016 avec ces 33 chars qui traversent la ville.

Cependant, pendant une semaine avant vous pouvez voir la construction de ces chars en bois dans le centre de la ville, c’est vraiment très enrichissent à voir.

Ils sont montés et démonté chaque années puis stocké pendant un an.

Les chars sont souvent richement décorés de tapisseries et draperies, Il n y a pas un seul clou, tout est attaché par des systèmes très astucieux ainsi qu’avec des cordages très ingénieux et ancestraux…

Depuis l’année dernière, il y a deux processions :

Le 17 juillet la procession du festival d’ouverture :  Saki Matsuri
Départ 9h00 de Shijo Karasuma → Kawaramachi → Oike

Plan de Gion-Matsuri 17 juillet-2016

Le 24 juillet la procession du festival de fermeture :  Ato Matsuri
Depart 9h30 Karasuma Oije → Kawaramachi → Shijo

Plan de Gion Matsuri 24 juillet 2016

Le 15 et le 16 juillet, la rue de Shijo entre le sanctuaire Yasaka et Horikawa est pietonne. Une partie du centre ou se trouve les chars est aussi piéton avec des stands.

Parapluie Japonais Traditionnel

parapluie japonais traditionnel

La photo du jour : Au cœur de Kyoto dans une rue, Parapluies Japonais Traditionnels