Séismes

Suite aux évènements tragiques de ses derniers jours, voici quelques informations sur les séismes au Japon.

Pourquoi la Terre tremble-t-elle toujours au Japon?
Pour caricaturer, on peut dire que le Japon est fait pour être sismique. Cet immense chapelet d’îles est en effet situé à la frontière de quatre grandes plaques tectoniques (voir schéma ci-dessous):

La frontière des quatre grandes plaques tectoniques

La plaque pacifique (en rose clair), la plaque nord-américaine (en violet), la plaque eurasienne (en vert) et la plaque philippine (en rose vif).

La plaque pacifique, qui se déplace rapidement vers l’ouest (à plus de 8 cm par an), s’enfonce sous les autres: on appelle cela une subduction. Les zones de subduction se traduisent par les séismes les plus violents qui soient, mais aussi par un volcanisme intense. L’archipel nippon se situe d’ailleurs sur la Ceinture de feu du Pacifique, un immense arc de plus de 450 volcans qui fait tout le tour du Pacifique, de la Patagonie à l’Alaska et du Kamtchatka à la Nouvelle-Zélande.

Ces plaques sont à l’origine de différentes fosses : la fosse des Kouriles et celle du Japon, la fosse d’Izu-Ogasawara, la fosse de Sagami, la fosse de Nankai, la fosse de Ryukyu et la fosse d’Okinawa.

En conséquence plusieurs jonctions triples se trouvent sur le territoire japonais.

Lignes tectoniques du JaponOn observe ainsi plusieurs failles, notamment :
-la ligne tectonique médiane du Japon traversant le pays du centre-est de Honshū au sud-ouest de Kyūshū via Shikoku,
-la ligne tectonique Butsuzō, plus au sud, qui lui est globalement parallèle,
-la ligne tectonique Itoigawa-Shizuoka, qui traverse le Chūbu de la mer du Japon à la côte Pacifique,
-les lignes tectoniques de Kashiwazaki–Chiba et de Shibata-Koide, à l’est de la précédente,
-celles de Tanakura et de Hatagawa traversant le Tōhoku du nord au sud.

On peut diviser l’arc japonais en quatre zones principales selon ces failles :

-À l’ouest de la faille d’Itoigawa-Shizuoka
-La dépression fossa magna (フォッサマグナ, fossa maguna) entre les failles d’Itoigawa-Shizuoka et de Kashiwazaki–Chiba/Shibata-Koide est une dislocation qui marque la zone de contact des arcs sud-ouest et nord-est. Deux des plus vastes plaines du pays, celles du Kantō et de Niigata se situent au pied de cette grande dislocation, respectivement au sud et au nord. Sur la côte orientale se dressent de nombreux volcans, dont le mont Fuji et le mont Asama.
-Au nord-est, on distingue deux lignes tectoniques courant depuis le nord du Kantō. Elles se rencontrent en formant un angle ouvert dans la plaine de Sendai.
-Enfin, Hokkaidō est une zone formée principalement de sédiments tertiaires et de deux axes montagneux, l’un amorçant Sakhaline, et l’autre axe surtout volcanique amorce les Kouriles. Leur intersection est recouverte d’une énorme calotte volcanique nommé Daisetsu-zan.

Continuer la lecture de « Séismes »

Les Japonais, partie 4 : prise de conscience après le tremblement de terre

japonais partie 4 1

Selon un sondage effectué en 2004 par la station de Kobe de la NHK, la seule chaîne publique de télévision au Japon, 60% des sinistrés sentaient que le souvenir et les leçons du tremblement de terre du 17 janvier 1995 avaient plus ou moins été oubliées par la société. A peine deux ans ont passé depuis le grand tremblement de terre du Tohoku, mais les sinistrés ont toujours cette même inquiétude.

Continuer la lecture de « Les Japonais, partie 4 : prise de conscience après le tremblement de terre »

Les avertissements des ancêtres

Les villes touchées par le tsunami n’ont pas écouté les avertissements des ancêtres et les digues modernes n’ont pas réussi à protéger les villes côtières. Dans le hameau de Aneyoshi (Préfecture d’Iwate), une pierre vieille de plusieurs siècles prévient déjà du danger des tsunamis.

Il est écrit de ne pas construire de maisons en dessous du niveau indiqué par la borne.  Des centaines de ces indicateurs parsèment le littoral, certains datant de plus de 600 ans. Ils forment un système d’alerte le long des côtes correspondant à des lignes de failles majeures où se produisent de très nombreux séismes et tsunamis.

«Si un tremblement de terre survient, méfiez-vous des tsunamis», peut-on y lire. Dans l’agitation de la vie moderne, beaucoup oublient…

 

Les yakuzas aussi font de l’humanitaire au Japon

Face au séisme, l’ensemble de la société japonaise se mobilise. Les mafieux ne dérogent pas à la règle.

On peut être un yakuza et agir pour son peuple. Quelques heures seulement après le séisme, les plus grandes familles de yakuzas se sont mobilisées. La Sumiyoshi-kai, deuxième organisation mafieuse du Japon, a même offert l’hospitalité à des membres de la communauté étrangère, une première.

L’Inagawa-kai, troisième organisation criminelle du pays, a elle envoyé 25 camions remplis de nourriture, boissons, piles et autres lampes de poches dans la région de Tohoku, durement touchée. Cette famille possède des racines très fortes dans les zones endommagées. Au total, elle a envoyé plus de 100 tonnes de provisions.

Ce n’est pas la première fois que les yakuzas se mobilisent. Lors du séisme de Kobe en 1995, le Yamaguchi-gumi avait été l’un des premiers à envoyer des vivres aux populations touchées.

Le Japon s’est déplacé de 2,4 m

A vos GPS! L’axe de la Terre déplacée, jour plus court : le séisme a eu des répercussions géographiques.

Le violent tremblement de terre qui a secoué le Japon vendredi a eu des conséquences à l’échelle de la planète. Ainsi, selon l’Institut de géophysique américain (USGS), l’île principale de l’archipel nippon, Honchu, aurait été déplacée d’un coup de 2,4 mètres. Un chiffre colossal, quand l’on sait que la plaque du Pacifique, qui effectue une poussée contre l’extrémité ouest de la plaque nord-américaine, se déplace d’ordinaire chaque année de… 83 millimètres. Soit l’équivalent de près de 30 années de mouvement en 2 minutes.

“Un gros tremblement de terre comme celui-ci ne fait en fait que rattraper le retard accumulé au cours du temps. Les forces en jeu étaient devenues trop grandes”, a expliqué Jean-Paul Montagnier, sismologue à l’Institut du Globe, à Paris. “Le fait que la plaque se soit mise à bouger brutalement a déplacé les masses au-dessus et en-dessous et donc provoqué un déplacement du Japon. C’est tout à fait normal, il n’y a rien d’extraordinaire”, a assuré l’expert.

Les jours plus courts.
Par ailleurs, le même séisme aurait déplacé de près de 10 cm l’axe de rotation de la Terre, selon l’institut italien de géophysique et de vulcanologie.  La modification de l’axe terrestre a des répercussions sur la durée du jour solaire mais il s’agit de changements minimes et imperceptibles. Ainsi, selon la Nasa, le séisme chilien avait raccourci les jours d’1,26 microseconde. Le changement devrait être du même ordre pour le séisme japonais.