Itinéraire original : une promenade au cœur de la nature, entre Kurama et Kibune

 

La vie a des hauts et des bas, mais pas toujours à la même cadence. A mesure qu’ils prennent en âge et en maturité, les humains aspirent à des plaisirs différents. Si vous aimez la nature, venez avec moi à Kurama (鞍馬), lieu spirituel montagnard au nord de la ville de Kyoto, où l’air frais du mont Kurama vous enrobe dès la sortie du train.

Continuer la lecture de « Itinéraire original : une promenade au cœur de la nature, entre Kurama et Kibune »

Le Saké

En japonais, le mot « sake » signifie l’ensemble de l’alcool. Quand vous désirez une bouteille d’alcool japonais dans un magasin, on vous conseille de dire « nihonshu » : par exemple « Nihonshu wo kudasai (Je voudrais du saké japonais, s’il vous plaît)»

Le nihonshu est un alcool transparent produit avec du riz fermenté, son arôme et son goût sont particuliers mais ressemblent un peu à ceux du vin blanc.

Il se boit frais ou chaud, le nihonshu frais s’appelle « hiyazake » et le nihonshu chaud « atsukan ». Ce dernier est souvent servi en cruche à saké appelé « tokkuri ».

Comme le vin en France, le saké est strictement contrôlé au Japon. Dans son processus de fabrication, l’étape de filtration est obligatoire pour lui donner l’appelation de « seishu (sake pur)». De plus, le premier cru du seishu s’appelle « ginjo » ainsi que le grand cru « dai-ginjo ».

Pour fabriquer le ginjo et le dai-ginjo, il faut raffiner le riz qui est déjà décortiqué, on ne peut utiliser que moins de 60 pour cent du riz pour le ginjo et moins de 50 pour cent pour le dai-ginjo. Continuer la lecture de « Le Saké »