Panneaux solaires sur toutes les nouvelles constructions au Japon

Le projet, prévu pour être dévoilé au prochain sommet du G8 en France, a pour objectif de montrer la volonté du Japon à encourager l’innovation technologique et promouvoir une plus large utilisation de l’énergie renouvelable, a déclaré le Nikkei daily.

Le Japon se débat avec le tremblement de terre, le tsunami et la crise nucléaire depuis le 11 Mars, il essaient toujours de stabiliser la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi.

Mardi, le premier des deux jours du sommet à Deauville, en France, le Premier Ministre, Naoto Kan, devrait annoncer l’intention du Japon de continuer à faire fonctionner ses centrales nucléaires après la confirmation qu’elles sont sûres, a déclaré le Nikkei, sans citer de sources.

Mais il devrait aussi dévoiler un projet pour accélérer l’utilisation des énergies renouvelables et réduire la consommation d’énergie. Kan pense que l’installation obligatoire des panneaux solaires sur toutes les nouvelles construction (immeubles, maisons individuelles) aiderait le Japon à atteindre de tels objectifs, a déclaré le Nikkei.

Il espère que l’innovation technologique va faire baisser les coûts pour générer l’énergie solaire et par conséquent, d’étendre l’utilisation de l’énergie renouvelable…enfin une bonne nouvelle au Japon!

Une fissure découverte sur la structure en béton du réacteur numéro 2

Une nouvelle fissure a été observée ce samedi matin dans le réacteur n°2 de la centrale de Fukushima au Japon. Autre élément inquiétant : de l’eau radioactive s’écoule directement dans l’océan, conséquence directe d’une brèche apparue dans un puits de récupération. Le premier ministre japonais Naoto Kan s’est rendu samedi pour la première fois en trois semaines dans la région dévastée.

Les liquidateurs japonais pensent qu’ils vont mourir dans quelques semaines

«Ils sont arrivés à la conclusion qu’il est inévitable que certains d’entre eux meurent d’ici quelques semaines, ou quelques mois. Ils savent que c’est impossible qu’ils n’aient pas été exposés à des doses létales de radiation.» C’est ainsi que la mère d’un des liquidateurs de la Fukushima 50, cette équipe d’ouvriers qui tente d’empêcher la fonte des quatre réacteurs endommagés lors du tremblement de terre et du tsunami du 11 mars, rapporte les propos de son fils.

«Il m’a dit qu’ils ont tous accepté le fait qu’ils vont probablement mourir des suites des radiations, soit dans le court terme, soit d’un cancer sur le long terme.»

La mère du liquidateur s’est exprimée sous anonymat: d’après elle, on aurait demandé aux liquidateurs de ne pas communiquer avec les médias et avec leurs familles, afin de ne pas déclencher la panique. Elle n’a pas pu indiquer si les liquidateurs souffrent déjà de malaises en raison des radiations auxquelles ils sont exposés.

La situation est toujours très critique au Japon

Yukiya Amano, le directeur de l’AIEA, a annoncé le 1er avril que la situation de la centrale nucléaire N°1 de Fukushima reste très grave et que la communauté internationale doit rester aux côtés du Japon pour surmonter avec le pays cette crise.

Yukiya Amano a souligné que la participation et la publication des informations jouent un rôle majeur dans la crise, et que cela contribue à la stabilité sociale et à éviter la panique du public.

Le même jour, le ministère de la santé, du travail et des affaires sociales a confirmé que la viande de boeuf produite au village Tianrong de Fukushima ne contient pas de traces de radioactivité. Le ministère a confirmé que les tests précédents sur la viande de boeuf avaient mis en lumière des problèmes.

A la date du 2 avril à 10h, le séisme suivi d’un tsunami au Japon avait fait plus de 11 800 morts et 15 540 disparus

Dernières nouvelles du Japon et Fukushima

Le Japon en état d’alerte maximale :

Le premier ministre japonais Naoto Kan a affirmé, mardi, que son pays était en « état d’alerte maximale » pour tenter de contrôler la situation à la centrale nucléaire de Fukushima, fortement endommagée par le séisme et le tsunami du 11 mars dernier.
La situation est très grave a commenté mardi devant la presse le secrétaire général du gouvernement, Yukio Edano. « Nous faisons tout notre possible pour limiter les dégâts ».

La France appelée à l’aide à Fukushima :

C’est l’épopée du pire au Japon. La situation est toujours instable dans quatre des six réacteurs de la centrale de Fukushima Daïchi. Dépassé par les événements, ne parvenant pas à stopper les fuites, Tepco a demandé lundi une aide qui reste à définir à EDF et Areva.

Plutonium détecté dans le sol de la centrale nucléaire de Fukushima :

Des traces de plutonium ont été détectées, mardi, dans le sol de la centrale nucléaire de Fukushima (nord-est du Japon), faisant craindre une pollution massive autour de la centrale accidentée.

Tepco n’a pas tenu compte de mises en garde internes :

“Les concepteurs de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi avaient envisagé qu’un tsunami excède les capacités de résistance du centre de production nucléaire mais Tokyo Power Electric (Tepco) n’a pas retenu ces conclusions soulignées dans un rapport datant de 2007.

Du fait des incertitudes qui entourent le phénomène des tsunamis, la probabilité existe toujours que l’amplitude d’un tsunami excède la hauteur retenue pour la conception (de la centrale)”, peut-on lire dans ce rapport présenté une première fois en juillet 2007 lors d’une conférence sur l’ingénierie nucléaire à Miami. Mais Tepco n’a pas tenu compte de cette mise en garde.

Tepco plonge en Bourse

L’action de la compagnie exploitant la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, Tokyo Electric Power (Tepco), a de nouveau plongé mardi de 18,67% à la Bourse de Tokyo, les investisseurs doutant de sa capacité à gérer la crise nucléaire. Sa nationalisation n’est pas à l’étude pour le moment mais serait une option possible, selon des membres du gouvernement cités mardi par les médias

Le président Français au Japon cette semaine

Après avoir hésité, puis renoncé, Nicolas Sarkozy a pris sa décision : il ira bien au Japon cette semaine pour témoigner la «solidarité» des Français au peuple japonais, en tant que président du G20.

Le chef de l’Etat l’a confirmé ce lundi matin aux dirigeants UMP qu’il recevait à l’Elysée, selon plusieurs participants
Il limitera sa visite à la capitale, Tokyo, où il rencontrera le Premier ministre, Naoto Kan, et la communauté française restée sur place malgré l’accident nucléaire de Fukushima.

La seule hésitation porte désormais sur la date de cette visite, mercredi ou vendredi, c’est-à-dire avant ou après le séminaire du G20 sur les monnaies auquel il doit assister ce jeudi à Nankin, en Chine.