Une nouvelle façon de voir Kyoto

Une nouvelle façon de voir Kyoto
Le canal Biwako

Il est très agréable de se promener autour de Kyoto, en effet l’ancienne capitale du Japon est l’une des villes les plus Walkables du pays.

Depuis le 29 mars, l’une des “Nouvelles” façons de voir Kyoto est l’excursion en bateau !

La navigation à travers le canal Biwako signifie que vous pouvez flotter sous les cerisiers en fleurs et pourrez aussi voir des temples historiques le long du chemin.

Les excursions en bateau peuvent contenir jusqu’à 12 personnes, il y a trois points d’embarquement différents à Kyoto:

La gare de Shimpiya, la gare de Mitsuji, ou la gare de Keage, près du temple de Ère Eikan-dō Zenrin-ji.

Le tour dure entre 30 et 50 minutes, en fonction de l’endroit où vous attrapez le bateau, les tarifs sont entre 35-70 euro.

Créé pendant la période Meiji (1868-1912) pour l’irrigation, le transport, la production d’électricité, et pour approvisionner l’eau potable du lac Biwako (le plus grand lac du Japon)

Le canal a ouvert pour la première fois en 1894.

https://biwakososui.jp/biwakososui/

Distributeur automatique Japonais

Ceux qui ont déjà voyagé au Japon le savent, les distributeurs automatiques sont littéralement partout. À chaque coin de rue, dans chaque station de métro/train, dans les centres commerciaux, dans les bâtiments publics, en devanture des résidences… bref impossible de faire plus d’une minute à pied sans en apercevoir un. Il y en a tellement que ça en devient même parfois ridicule quand plusieurs dizaines sont alignés à la suite…

plein de distrib

Le tout premier distributeur automatique (自動販売機 jidouhanbaiki) au Japon à vu le jour en 1888 (明治21), il a été inventé par Koshichi Tawaraya, et été destiné à la vente de tabac. Le plus vieux distributeur ancien qui existe encore aujourd’hui (également créé par Tawaraya) date de l’an 1904 (明治 37 年) il été destiné à la vente de timbres et de cartes postales et doublé d’une fonction boîte aux lettres. Ils deviendront un des symboles du développement que connut le Japon à l’époque Meiji (明治 1868 – 1912) sous l’effet de l’ouverture à l’Occident. Mais ce ne fut qu’en 1962 que les distributeurs automatiques deviendront populaire au japon, plusieurs grosses firmes Américaines (principalement des fabricants de boissons) importèrent leurs distributeurs au Japon pour stimuler la vente de leurs produits.

Distributeur automatique destiné à la vente de timbres et de cartes postales (1904).
Distributeur automatique destiné à la vente de timbres et de cartes postales (1904).

Plus d’un siècle plus tard, le Japon est le roi en Asie des automates de vente, ayant après-guerre, été grandement influencé par les États-Unis, on retrouve des centaines de variétés et déclinaisons différentes. Continuer la lecture de « Distributeur automatique Japonais »

Yuka les terrasses de Kyoto

Après la guerre durant l’ère Edo, Hideyoshi Toyotomi (豊臣秀吉, deuxième des trois unificateurs du Japon durant la période Sengoku), suite à la construction du pont de Gojo, les bords de la rivière Kamogawa se retrouvent bondés; elles deviennent le lieu de tous les divertissements.

Spectacles et autres marchands ambulants encombrent la berge. Avec l’aide de riches marchands, ils établirent des places pour les spectateurs et construisirent des maisons de thés.

C’est ici que l’ont installent les premières plateformes sur le cours de la rivière, appelées en ce temps là Nōryōyuka 納涼床 (que l’ont peut traduire grossièrement par « le plancher qui permet de profiter de la fraicheur du soir ») et que l’ont nomment aujourd’hui plus simplement Yuka 床.

Shijo Kawahara - Edo
Shijo Kawahara – Edo

Ensuite durant l’ère Meiji, ils décident alors de fixer les Yuka sur les 2 rives de Kamogawa lors des mois de Juillet et Aout. Ils construisirent également des Yuka sur de hauts pilotis sous le pont de Sanjo qui ressemblent à des Shōgi 床机.

Photo Yuka Shogi sous le pont Sanjo avec 4 Geisha
Photo Yuka Shogi sous le pont Sanjo avec 4 Geisha

En 1894 commence l’excavation d’un canal le long de Kamogawa pour lutter contre les inondations, puis en 1915 pour pouvoir agrandir la Gare Est Keihan ils suppriment une grande partie des Yuka de la rive gauche (coté Est), le train passant en extérieur en ce temps là, le long de la rivière.

Continuer la lecture de « Yuka les terrasses de Kyoto »

Parapluie Japonais

Wagasa
Wagasa

Le parapluie japonais est fait avec du papier japonais (washi) ou un chiffon de soie avec du bambou. Il a été très utilisé et nécessaire dans la vie quotidienne dans l’ancienne capitale du Japon, Kyoto. Il a été largement utilisé pendant la période Heian et Kamakura (794 – 1333) jusqu’à ce que le parapluie de style occidental soit introduit à partir de la période Edo et Meiji (1603-1912).

Au cours des dernières années, les parapluies japonais sont fondamentaux pour le Kabuki, la cérémonie du thé, la danse japonaise, les cérémonies traditionnelles et festivals dans les sanctuaires et les temples. Ils sont également couramment utilisés comme accessoires intérieurs.

Il existe trois types de Wagasa: un parapluie (Wagasa), un parasol pour danser (Maigasa) et un parasol (Higasa).

Wagasa
Le papier Washi est graissé et il peut être utilisé comme un parasol. C’est un parapluie plus solide et résistant. L’élégance et la beauté de la couleur du papier Washi mets en valeur le style japonais. Il est également populairement choisi comme un élément commémoratif pour le mariage ou un cadeau pour des occasions de célébrations.

Maigasa
C’est un parasol pour la danse. Il est utilisé pour la danse japonaise et les chansons folkloriques. Il est léger et facile à utiliser pour la danse. Les parasols sont magnifiquement conçus non seulement pour la danse mais sont aussi utiles dans la vie quotidienne.

Higasa
Ce parasol n’est pas graissé et a une couleur vive. Il ajoute de la couleur aux différents événements de la vie tels que la cérémonie de mariage et la fête des sept ans, cinq ans et trois ans de la vie des petits japonais.

Higasa
Higasa

 

Le clou qui dépasse attire le marteau

On voit depuis quelques semaines dans tous les médias les images d’un Japon ravagé, mais où sa population se tient debout, digne, courageuse et résignée. Cette persévérance dénuée d’indignation, cette force dénuée de violence, cette patience dénuée de ressentiment nous présentent une réalité très différente et beaucoup plus noble que ce qu’on a pu voir dans d’autres théâtres de catastrophe à Haïti, à Mexico, à la Nouvelle Orléans.

Cette démonstration sans égal tient en grande mesure à une expérience unique que le Japon a menée depuis plus de 600 ans : la lente et systématique création par ses élites d’une société hautement organisée et intégrée et d’une population étonnamment conformiste et docile. L’essentiel de ce travail a été mené par le Japon des shoguns, en vase-clos, sur une île qui s’est fermée à toute incursion étrangère pendant plus de 500 ans jusqu’à la Restauration Meiji au milieu du XIXe siècle.

Au sommet de la société japonaise on trouve un conglomérat qui réunit la triade gouvernement, entreprises et banques dans un tissage extrêmement serré. Entre les parties de cette triade, les hauts dirigeants circulent très librement, un haut fonctionnaire peut devenir dirigeant d’entreprise, pour ensuite devenir ministre puis retourner au mandarinat d’État. Les grands groupes dominants, qu’on nomme les zaibatsu et où on trouve les colosses Mitsubishi, Mitsui, Sumitomo et quelques autres, sont les faisceaux autour desquels les élites du pays articulent et organisent la société japonaise.

La pression de se conformer aux exigences du groupe est considérable et omniprésente et toute déviation par rapport aux normes est directement réprimandée ou silencieusement condamnée. Cet impératif de conformité opère dès l’enfance, ici on dit : le clou qui dépasse attire le marteau.

Histoire du Japon 日本の歴史

L’histoire du Japon est subdivisée en 14 périodes.
Préhistoire

Les îles de l’archipel nippon étant reliées entre elles et au continent par la glace, plusieurs colonisations ont eu lieu pendant l’ère glaciaire. Les premiers Homo sapiens seraient arrivés dans l’archipel d’Okinawa par le Pacifique. D’autres groupes, venus de Sibérie, les Aïnu, se sont installés au nord de l’archipel avant de le conquérir complètement.  Suite à la fonte des glaciers à la fin du Pléistocène, les îles s’isolèrent et l’archipel prit sa forme actuelle. Cette période correspond à la découverte de vieilles pierres polies datant d’environ 30 000 ans av. J.-C. Vers -13 000, la population (Aïnous) était majoritairement composée de chasseurs et de pêcheurs. Leurs descendants sont aujourd’hui très peu nombreux et regroupés sur l’île d’Hokkaido. Continuer la lecture de « Histoire du Japon 日本の歴史 »