La guerre et les Japonais, 60 ans après l’indépendance – partie 3 –

 

 La photo montre M. Shuichi Kato (加藤周一, 1919-2008), polémiste libéral connu au Japon. Il s’était spécialisé dans les beaux arts et l’actualité. Il a également lutté contre la révision de l’article 9 de la Constitution japonaise. Lors du récent rangement de la bibliothèque de l’université Ritsumeikan à Kyoto, ses cahiers, méconnus, ont été retrouvés.

Continuer la lecture de « La guerre et les Japonais, 60 ans après l’indépendance – partie 3 – »

La guerre et les Japonais, 60 ans après l’indépendance – partie 2 –

Mon grand-père maternel ne pourra jamais oublier la guerre. Dans l’armée japonaise, l’ordre d’un gradé était un ordre absolu. Un jour qu’il avait tenté de protéger un camarade de régiment qui avait commis une erreur, un sergent l’avait frappé au visage le rendant partiellement sourd d’une oreille. Au moment de la capitulation du Japon, il était en zone chinoise de la Mandchourie. Lorsque le bateau qui devait le rapatrier est arrivé, il n’a pas été admis à bord. La raison ? Mon grand-père avait le même nom de famille que l’amiral en chef de l’armée japonaise, Yamamoto (photo ci-dessus, Isoroku Yamamoto, amiral en chef de l’armée japonaise). Or, ce haut gradé était mort sur le champ de bataille deux ans plus tôt. De crainte que mon grand-père et lui ne soient confondus par l’armée d’occupation américaine et que mon grand-père ne soit arrêté à tort, ses camarades lui ont demandé de rester en Chine. Il n’a pu rentrer au Japon qu’un an plus tard.

Continuer la lecture de « La guerre et les Japonais, 60 ans après l’indépendance – partie 2 – »

La guerre et les Japonais, 60 ans après l’indépendance

Le 18 mai 2012, la réunion sur le bombardement d’Uma-machi (馬町爆撃を語ろう会) s’est déroulée à Kyoto, soixante ans après la Seconde Guerre mondiale. Où est Uma-machi ? C’est le quartier qui se situe en bas du temple Kiyomizu (清水寺), le temple le plus visité de Kyoto pour son paysage magnifique visible depuis la terrasse. Certains guides mentionnent que la ville de Kyoto n’a jamais été pilonnée, mais elle a subi une vingtaine de bombardements aériens qui ont tué au moins trois cents personnes. Le quartier en question a été attaqué la nuit du 16 janvier 1945. 140 immeubles ont été endommagés et plus de 90 personnes ont été tuées ou blessées. A cause du silence sur ces événements, ces vérités sont malheureusement peu connues des touristes qui visitent Kyoto.

 

Continuer la lecture de « La guerre et les Japonais, 60 ans après l’indépendance »

Le Dôme de la bombe atomique / Genbaku-Dôme (Hiroshima)

À 8h15, le 6 août 1945, la bombe atomique nommée Little Boy a été larguée à Hiroshima (広島). Le Dôme, classé en tant que patrimoine mondial de l’humanité en 1996, reste au centre de la ville et transmet à la postérité l’histoire de cette guerre tragique.

Depuis la guerre sino-japonaise en 1937, la ville de Hiroshima s’est rapidement développée comme autorité militaire. Le Dôme de la bombe atomique était à l’époque un bâtiment de style européen construit pour des expositions de produits industriels.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le président américain d’alors, Harry S. Truman, a pris la décision d’utiliser la bombe atomique sur le Japon. Afin de vérifier la force destructrice de la bombe atomique, l’armée américaine a présélectionné les grandes villes du Japon telles que Kyoto (京都), Hiroshima, Yokohama (横浜), Kokura (小倉) et Niigata (新潟) ainsi que le Palais impérial (皇居) de Tokyo (東京), comme cibles potentielles. Hiroshima a été finalement choisie parce qu’elle était le centre de l’armée japonaise et qu’il n’y avait pas de camp emprisonnant des otages américains.

Continuer la lecture de « Le Dôme de la bombe atomique / Genbaku-Dôme (Hiroshima) »