Itinéraire d’une journée à Kyoto

Si vous avez seulement une journée complète à passer dans Kyoto, vous aurez envie de voir les endroits les plus étonnants et mémorables.

Cet itinéraire comprend le très important quartier touristique du sud de Higashiyama, le centre-ville de Kyoto et l’incroyable sanctuaire Fushimi-Inari-Taisha, avec ses arcades de Vermillion torii (portes).

Zones couvertes : Sud de Higashiyama, Gion, centre ville, Fushimi.

Lieux a visiter : le temple de Kiyomizu-dera, les quartiers de Gion, Sannen et de Ninen-zaka, le temple Chion-in, le temple Shoren-in, le centre-ville avec le marché de Nishiki, le sanctuaire Fushimi-Inari-Taisha.

Attention : Ces sites sont ultra fréquenté.

Le sanctuaire Fushimi-inari

Au sud-est de la ville de Kyoto (京都), se trouve le sanctuaire Fushimi-inari (伏見稲荷) et ses milliers de portiques rouges : les Torii (鳥居). Il date de 711. Beaucoup de gens viennent prier ici pour la santé de la famille, la prospérité ou bien le succès dans les affaires. Ce sanctuaire a également attiré un grand nombre de paysans qui souhaitaient une bonne récolte, le dieu du riz y étant représenté.

Le riz était d’autant plus important qu’il était, à cette époque, utilisé comme monnaie. Aujourd’hui, ce sanctuaire attire un publique varié : les agriculteurs, bien sûr, mais aussi les ouvriers, les hommes d’affaires et dirigeants d’entreprises, …

Au Japon il y a des milliers de sanctuaires qui portent le nom « Inari (稲荷)». Ce terme signifie la « récolte du riz ». Si vous apercevez un monument qui s’appelle …-inari, cela signifie que c’est un sanctuaire qui fut construit pour souhaiter une bonne récolte et honorer le dieu de la terre. En fait le sanctuaire Fushimi-inari est le siège de tous ces sanctuaires qui sont au nombre de 30 000 dans tout le Japon.

Dans l’enceinte on aperçoit souvent des statues en pierre représentant un renard (en japonais kitsune ; 狐). Au Japon le renard symbolise la moisson : il descend de la montagne pour chercher de la nourriture au printemps et rentre après l’automne. Cette période correspond à celle de la culture du riz : le repiquage à lieu à partir de fin-mai et la récolte entre septembre et novembre.

Le sanctuaire Fushimi 2

Regardez aussi les objets dans la gueule de ces statues. Certaines ont des épis de riz, d’autres une clef et d’autres encore une balle. La clef est celle du dépôt dans lequel on conservait autrefois le riz. La balle représente l’âme ou la parole de dieu. En japonais la clef se dit kagi (鍵) et la balle tama (玉). Continuer la lecture de « Le sanctuaire Fushimi-inari »

Le Saké

En japonais, le mot « sake » signifie l’ensemble de l’alcool. Quand vous désirez une bouteille d’alcool japonais dans un magasin, on vous conseille de dire « nihonshu » : par exemple « Nihonshu wo kudasai (Je voudrais du saké japonais, s’il vous plaît)»

Le nihonshu est un alcool transparent produit avec du riz fermenté, son arôme et son goût sont particuliers mais ressemblent un peu à ceux du vin blanc.

Il se boit frais ou chaud, le nihonshu frais s’appelle « hiyazake » et le nihonshu chaud « atsukan ». Ce dernier est souvent servi en cruche à saké appelé « tokkuri ».

Comme le vin en France, le saké est strictement contrôlé au Japon. Dans son processus de fabrication, l’étape de filtration est obligatoire pour lui donner l’appelation de « seishu (sake pur)». De plus, le premier cru du seishu s’appelle « ginjo » ainsi que le grand cru « dai-ginjo ».

Pour fabriquer le ginjo et le dai-ginjo, il faut raffiner le riz qui est déjà décortiqué, on ne peut utiliser que moins de 60 pour cent du riz pour le ginjo et moins de 50 pour cent pour le dai-ginjo. Continuer la lecture de « Le Saké »