Mars

mars 1

En japonais, san-gatsu (三月) ou yayoi (弥生). C’est la période de floraison des cerisiers, pêchers et colzas. A la mi-mars, la température atteint 16 à 20°C. C’est l’une des plus belles saisons de l’année au Japon ; les herbes poussent dans les montagnes et les cerisiers fleurissent. La limite de floraison des cerisiers, sakura-zensen (桜前線), est diffusée quotidiennement à la télévision en même temps que la météo. Les Japonais s’y réfèrent pour choisir où voyager. Le climat est doux, mais des neiges tardives arrivent parfois, quand une masse d’air froid descend vers le sud. La plupart des voyageurs étrangers viennent au Japon en avril pour voir les cerisiers, bien que cette fleur soit de mars d’après le calendrier.

mars 2

Mars est aussi le mois des séparations puisqu’au Japon l’année scolaire commence en avril et se termine en mars. Les étudiants qui quittent l’université se promettent de rester en contact et font leurs premiers pas vers la société. La cérémonie de remise des diplômes, lors de laquelle les jeunes gens revêtent un costume ou un kimono, se déroule de début à mi-mars.

 

Evénements du pays :

mars 3

hinamatsuri 雛祭り ou momo-no-sekku 桃の節句 (le 3, fête des petites filles),

higan 彼岸 (du 17 au 23, période de sept jours au cours de laquelle les gens se rendent sur les tombes de leurs ancêtres),

shunbun (le 20, jour férié ; jour de l’équinoxe de printemps. Le soleil, qui se couche plein ouest, indiquerait, d’après le folklore, l’accès au paradis.),

le jour du grand tremblement de terre du Tōhoku (le 11 mars ; un jour qui restera gravé dans nos mémoires)

 

Evénements à Kyōto :

mars 5

l’ouverture du tableau nehan-zu 涅槃図 (du 1er au 31, de 9h à 16h au temple Shinnyodo 真如堂 ; peint au cours de la période Hoei (1704-1711), le tableau de nehan, nirvana, est ouvert au public. Il mesure 6m de long sur 4m de large. Ceux qui le regardent seraient protégés des maladies et de la malchance.),

 

mars 6

la fête seiryu-e 青竜会 (du 15 au 17, à partir de 14h au temple Kiyomizu-dera (清水寺). Les seiryu, dragons bleus à 8000 écailles, qui d’après la mythologie protègent l’est de Kyoto, marchent dans l’enceinte avec yasha-gami, le dieu tutélaire du temple qui rompt les mauvais liens et en crée de bons.),

 

mars 7

kitano-odori 北野をどり (du 25 mars au 7 avril, à 13h30 et à 16h au théâtre Kamishichiken-Kaburenjo 上七軒歌舞練場 (horaires à vérifier sur le site de Kamishichiken) ; représentations de danse par des geiko et maiko du quartier traditionnel Kamishichiken. Les danseuses enchantent les spectateurs dans leurs magnifiques kimono. La scène finale, intitulée ‘Kamishichiken yakyoku’ (lit. Nocturne de Kamishichiken) est sublime.),

 

Exif_JPEG_PICTURE

hanezu-odori はねず踊り (le 31, à 11h, 12h30, 13h30 et 15h au tempe Zuishin-in 随心院 ; “hanezu” veut dire “rougeâtre”, comme les fleurs des pruniers qui s’épanouissent dans l’enceinte du temple. Des femmes dansent au rythme d’une chanson pour enfants tirée de l’histoire ‘momoyo-gayoi’ (momoyo signifie cent jours). Fukakusa-no-shosho aime Ono-no-Komachi, belle poétesse. L’homme la visite durant 99 jours mais décède au centième.)