Les problèmes touristiques croissants pourraient-ils détrôner le maire de Kyoto?

Les électeurs de Kyoto se rendent aux urnes ce dimanche pour voter aux élections municipales qui auront un impact sur les futures politiques de la ville en matière de tourisme national et international, à un moment où les préoccupations des électeurs concernant les problèmes d’un trop grand nombre de touristes sont primordiales.

Le maire sortant Daisaku Kadokawa, 69 ans, est à la recherche d’un quatrième mandat. Il a le soutien du Parti libéral-démocrate au pouvoir et de Komeito, ainsi que du Parti démocratique constitutionnel du Japon, du Parti social-démocrate et du Parti démocratique pour le peuple.

Ses adversaires sont Kazuhito Fukuyama, 58 ans, soutenu par le Parti communiste japonais Reiwa Shinsengum et aussi le seul parti ecolo du Japon. Shoei Murayama, 41 ans, qui se présente sans affiliation à un parti.

Pendant la campagne électorale, les trois candidats ont présenté leurs politiques de base pour lutter contre le sur-tourisme. La maire actuel a déçu beaucoup de citoyens suite a une politique du tourisme mal maitrisé.

“Les résidents de Kyoto ne peuvent pas monter dans les bus surpeuplés et il y a eu des problèmes de location sauvage et illégale par generalement les chionois, alors que le nombre d’hôtels augmente rapidement” ce qui est une pure folie, plus de 100 000 chambres fin 2020 a observé Fukuyama lors de ses rassemblements et dans son manifeste. “Il est temps de mettre en place des réglementations plus strictes sur la construction de nouveaux logements, et de séparer les itinéraires de bus de ceux pour les résidents et ceux pour les touristes.”

Il est vrai que la ville est devenu beaucoup moins sympathique avec l’invasion de touristes chinois bruyants, antipathiques et avec une attitude de nouveaux riches…