Le Rugby au Japon

Du 20 septembre au 2 novembre 2019, le Japon va accueillir la 9eme Coupe du monde de rugby, et c’est une petite révolution dans le monde de l’Ovalie, car ce sera la 1ere fois que la compétition se déroulera en Asie

Et c’est tout à l’honneur des japonais, car si nous l’ignorons en Europe, le rugby est assez populaire au Japon (même si nous sommes loin de l’engouement notamment du baseball, ou du football). Malgré tout, le Japon regroupe pas moins de 108 000 licenciés, le plaçant dans le top 10 des nations ayant le plus de licenciés (la France en totalisant 258 000, et le 1er du top l’Afrique du Sud avec 635 000 licenciés). Car mine de rien, ce sport est présent dans l’Archipel depuis plus de 150 ans, grâce notamment à Ginnosuke Tanaka (田中銀之助 -1873-1933) et Edward Bramwell Clarke (1874-1934).

Toutefois, une nuance s’impose, puisqu’à l’époque, le rugby était surtout pratiqué par les étrangers installés au Japon, en particulier à Kobe et Yokohama, suite à l’ouverture du pays sur le monde durant l’ère Meiji. De plus, à l’instar des autres Nations de l’Ovalie, le rugby japonais fut amateur à 100% : les joueurs étaient soit des étudiants, soit des employés d’entreprises.

D’ailleurs, anecdote sympathique, le plus ancien club de rugby japonais, celui de l’Université de Keiō à Tokyo, fut crée en 1899, soit bien avant la naissance du Stade Toulousain en France (1917). Leur équipe nationale, les « Cherry Blossoms » (les Fleurs de Cerisiers) ou les « Braves Blossoms » remporte leur 1ere victoire officielle internationale face au Canada, 9 à 8 en 1932.

Mais le régime impérial japonais considérant le rugby comme un sport étranger, et surtout la Seconde Guerre Mondiale viendra stopper l’ensemble des rencontres de rugby durant cette période. L’après-guerre verra la création de plusieurs équipes d’entreprises (tel Toshiba en 1948), la mise en place de la compétition nationale inter-entreprise en 1948.

La decennie 1960 sera décisive pour l’ovalie japonaise : le championnat universitaire est crée en 1965 et la compétition des meilleures équipes universitaires et d’entreprises en 1964. Surtout, en 1968, la victoire du Japon face à l’équipe de réserve des All Black néo-zélandais, 23 à 19.

Les années 90 seront catastrophiques pour le rugby japonais. Manquant la professionnalisation du rugby enclenchée chez les autres Nations, et conservant l’amateurisme des joueurs d’un rugby d’antan, l’équipe japonaise ira de défaites en défaites sanglantes, telle celle contre les All Black, durant la Coupe du Monde 1995, avec un score fleuve de 145 à 17.

La décision est alors prise de réformer le championnat amateur des entreprises : Top League est crée en 2003, et seules les équipes professionnelles s’y affrontent. De plus, les joueurs étrangers ne seront plus que des professionnels. Ainsi, les Brave Blossoms obtiendront d’importants résultats au cours des années 2010 dont leur première Coupe des Nations du Pacifique en 2011, et leur miraculeuse victoire face à l’Afrique du Sud lors de la Coupe du Monde 2015, 34 à 32.

Toujours éliminée dès les phases de poules, et ne comptabilisant que 4 matchs victorieux en Coupe du Monde (Zimbabwe en 1991, Afrique du Sud, Samoa et Etats-Unis en 2015), les Japonais espèrent bien réalisés une prouesse en 2019 et dépasser les poules, telle que leur équipe de football durant la Coupe du Monde 2002 devant leur public japonais à domicile.

Le 20 septembre 2019, l’equipe du Japon remporta leur 1ere match de cette Coupe du Monde de Rugby 2019 face à la Russie, 30 à 10.

頑張れ 日本 ! (Ganbare Nihon ! – Japon, faites de votre mieux !)

https://www.rugbyworldcup.com/