Griller une cigarette

Alors que les bars-tabac sont rares au Japon, il y a beaucoup de petits bureaux de tabac où les vieilles femmes s’asseyent au comptoir. De nos jours, le nombre de fumeurs diminue et la loi anti-tabac devient de plus en plus sévère. Depuis mars 2008, les mineurs ne peuvent plus acheter de tabac aux distributeurs car il faut toucher le panneau avec un taspo (タスポ, tobacco-passeport). Le tabac et l’alcool sont interdits aux mineurs (moins de 20 ans), mais selon les études du ministère de la Santé de 2004, 42% de lycéens et 27% de lycéennes ont déjà fumé et 13% d’adolescents entre le lycée et le collège fument quotidiennement. Jusqu’en juillet 2009, sur les 409 000 distributeurs de tabac installés au Japon, 98,3% ont été remplacés par ceux équipés d’un scanneur de taspo.

L’une des raisons de la diffusion du tabac au Japon, c’est que le gouvernement est le premier actionnaire de la plus grande entreprise de ce domaine : JT, Japan Tobacco Inc. (ジェーティー、日本たばこ産業株式会社). Depuis 1985, Le gouvernement japonais détient plus de 50% de ses actions. La production de tabac est l’affaire monopoliste de JT, qui s’oppose à la loi anti-tabac. Les taxes sont plus basses que dans d’autres pays développés et les avertissements indiqués sur les paquets de tabac sont moins menaçants : « Fumer peut causer le cancer. Selon les statistiques épidémiologiques, les fumeurs risquent de mourir d’un cancer du poumon de deux à quatre fois plus que les non-fumeurs. ».

Alors qu’en France il est interdit de fumer dans tous les lieux publics depuis le 1er janvier 2008, au Japon, on peut allumer une cigarette dans les restaurants. Pour ceux qui n’aiment pas manger dans une atmosphère enfumée, les places fumeurs et non-fumeurs sont souvent séparées. Ces derniers apprécient l’atmosphère sans fumée quand ils veulent siroter tranquillement leur café. Selon les restaurants, la séparation est faite par un climatiseur qui peut produire un rideau d’air.

Je me souviens que, lorsque j’étais petit, les pères étaient encore despotiques et allumaient généralement leur cigarette à l’intérieur de la maison. Aujourd’hui, les fumeurs prennent l’habitude de sortir dans la rue pour fumer afin de ne pas intoxiquer les autres membres de la famille. Ils sont appelés hotaru-zoku (ホタル族), littéralement troupe de lucioles, car la lueur incandescente des cigarettes fait penser à une nuée de lucioles.

 

A ce propos, on ne parle plus de cigarette « light » ou « mild » car ces dénominations sont trompeuses : bien que certaines cigarettes soient plus légères, elles peuvent provoquer les mêmes risques cardiovasculaires. De plus, quand la fumée est moins irritante, les fumeurs tirent d’avantage sur la cigarette et risquent donc plus d’abîmer leurs poumons qu’avec des cigarettes normales.

Les zones d’interdiction de fumer sont désignées dans certaines parties des grandes villes. Le problème est de savoir comment éliminer définitivement les mégots de cigarette sur la voie publique et protéger les enfants qui risquent de se brûler le visage ou les yeux à cause de cigarettes que les adultes balancent à cette hauteur. Merci à nos lecteurs d’arrêter de fumer.

JSS