Temple ou sanctuaire ?

Todai-ji-temple-Nara

Pour avoir la réponse à cette question, il faut tout simplement avoir à l’esprit que le Japon abrite deux religions principales : le Bouddhisme et le Shintoïsme.  Ce dernier est beaucoup moins connu en Occident, et le profane aura tendance à penser que les japonais sont tous bouddhistes. Ceci s’explique par le caractère intrinsèquement japonais du shinto : il n’existe que sur l’Archipel.

En effet, animiste et polythéiste, le Shinto (神道) est la plus vieille religion connue du Japon (en excluant le koshinto, « l’Ancien Shinto », pratiquée il y a des milliers d’années durant l’ère Jōmon – 縄文時代- par les premiers habitants du Japon, et dont un héritage se retrouverait aujourd’hui dans la religion des Aïnous d’Hokkaido et la religion des Ryūkyū à Okinawa). Le Shinto, ou « la Voie du Divin », déifie et sacralise la Nature, les animaux, et certains personnages importants. Ainsi, une rivière, une cascade, ou un simple rocher peuvent abriter une divinité ou un esprit : ce sont les kami (). Il y aurait aujourd’hui 90 millions de shintoïstes au Japon.

Le Bouddhisme, originaire d’Inde et ayant pour aboutissement la quête de l’Éveil, est arrivé sur l’Archipel par le biais de la Chine et de la Corée à partir du VIe siècle. Adopté dès lors par de puissants clans japonais, le Bouddhisme se développa rapidement. Aujourd’hui, il y aurait 89 millions de bouddhistes au Japon….

Continuer la lecture de « Temple ou sanctuaire ? »

Akimahen ! Ne pas faire !

« Akimahen » en dialecte de Kyoto se traduit par « Ne pas ».

Voyager dans un pays étranger, qui plus est à des milliers de km, signifie se confronter à une culture et une société qui peuvent être différentes des siennes. Et particulièrement en voyageant sur l’Archipel. Le Japon devient de plus en plus une destination attractive pour les touristes du monde entier. Et avec l’avènement des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020, cela risque d’aller crescendo. Longtemps isolé volontairement du Monde durant le sakoku (鎖国 – 1641-1853) et ouvert aux tourismes de masse depuis cinq ans, le Pays du Soleil Levant et l’étiquette japonaise peuvent dérouter tout un chacun, notamment les néophytes du Japon.

A cet effet, le Département du Tourisme de la ville de Kyoto a mis au point en 2015, un fascicule au nom de « Akimahen » afin d’alerter les touristes sur le bon comportement à adopter en société, soit les règles de bonne conduite en somme. Si certaines semblent universelles tel que laisser les toilettes propres, d’autres sont purement en adéquation avec la culture japonaise.

Par exemple, fumer à l’extérieur dans certains endroits est prohibé : pour les fumeurs invétérés, des espaces fumeurs sont disponibles un peu partout. Amende : 1000 yen. Etonnant la 1ere fois, les portes des taxis japonais s’ouvrent et se ferment automatiquement. Il est également interdit d’avoir un passager sur son vélo, hors enfant en bas âge avec une selle spéciale), et de faire du vélo sous l’emprise de l’alcool. Ainsi, il arrive parfois que dans un restaurant, après avoir commandé une boisson alcoolisée, l’on vous demande si vous êtes venu en voiture… ou a vélo !

Continuer la lecture de « Akimahen ! Ne pas faire ! »

Au soir du réveillon la cloche du temple Chionin de Kyoto

Les moines bouddhistes en charge de la gigantesque cloche du réveillon du nouvel an sont très conscients de la lourde responsabilité qu’ils portent à sonner parfaitement la cloche.

Il faut braver le froid pour faire sonner la cloche de Chionin Temple de 70-tonne, il faut la faire sonner 108 fois pour marquer la venue de la nouvelle année.

Frapper une fois est un énorme défi, Il faut une équipe de personnes formées travaillant en tandem.

Selon les croyances bouddhistes, les gens naissent avec 108 désirs qui leur causent la douleur et la souffrance. Les désirs sont enlevés lorsque la cloche est frappée 108 fois.

Continuer la lecture de « Au soir du réveillon la cloche du temple Chionin de Kyoto »

Le chemin des philosophes «tetsugaku no michi»

Le chemin des philosophes «tetsugaku no michi» se situe au nord-est de Kyoto, le long du temple Kumanonyakou ji, au carrefour des rues Imadegawa dori et Shirakawa dori.

Cette ballade de 30 minutes longe un petit canal et est bordée de cerisiers. Le chemin fait 1,8 km, c’est une promenade où on peut vraiment sentir les quatre saisons et il y a beaucoup de temples très connus.
– Cerisiers en fleurs au printemps. On y va pour admirer le tunnel fait par les cerisiers en fleurs tout le long du chemin, c’est magnifique.
– Feuille rouge en automne.
– Lucioles entre mai et juin.
– Un peu de fraîcheur en été. Continuer la lecture de « Le chemin des philosophes «tetsugaku no michi» »