Visite du sanctuaire Fushimi Inari (伏見稲荷大社)

Fushimi-Inari-shrine
Dix milles “Torii”

Le sanctuaire Fushimi Inari (伏見稲荷大社) est un temple shinto situé au sud-est de Kyôto.

Construit sur le Mont Inari en 711 par Hatauji (Coréen) pour rendre hommage à Inari (稲荷), messager de Dieu chargé de veiller sur les récoltes de riz et sur l’agriculture. Cette divinité représente aussi la prospérité des affaires.

Le sanctuaire principal du temple shintoïste a brulé au moment de la guerre d’Onin entre 1467 à 1477. Une guerre de querelles de succession entre chefs de clans, reconstruit en 1499, le sanctuaire Fushimi Inari fait partie des trésors culturels classés Patrimoine Culturel du Japon à ce jour.

On compte environ trente mille temples dédiés à Inari dans tout le Japon, Fushimi est le temple principal. On vient y chercher les faveurs célestes, la sécurité pour toute sa famille, la prospérité etc… Continuer la lecture de « Visite du sanctuaire Fushimi Inari (伏見稲荷大社) »

Visites du temple Shimogamo-jinja pour le nouvel an

D’après Gad Elmaleh, la France est le seul pays au monde où l’on se souhaite “Bonne Année” jusque fin février. (sketch de la bonne année!)

Alors, je vous souhaite, avec un peu de retard, une excellente année!

Cette fois-ci, je vous présente les photos de ma première visite au temple shintô pour le nouvel an.

93002147

Au Japon, on va prier dans un temple Shinto en début d’année. Cette coutume se dit “Hatsu-môdé 初詣” première visite au temple. Moi, j’ai visité le temple shintô Shimogamo-jinja avec ma famille.

Continuer la lecture de « Visites du temple Shimogamo-jinja pour le nouvel an »

Ginkakuji -partie 2-

ginkakuji 1

Le temple Ginkakuji, le pavillon d’argent, à Kyoto, est mon monument préféré. Créés par le shogun Ashikaga VIII, à la fin du XVème siècle, le pavillon et son jardin font appel à l’esprit wabi-sabi, c’est-à-dire la sobriété et l’ancienneté. À la différence du pavillon d’or, Kinkakuji, construit un siècle plus tôt par Ashikaga III, le pavillon d’argent n’est pas couvert d’argent. Certains guides du tourisme mentionnent que le shogun voulait le recouvrir d’argent mais qu’il n’en avait pas eu les moyens.

 

Continuer la lecture de « Ginkakuji -partie 2- »

Le temple Mii (à Shiga)

Alors que le Japon compte d’innombrables temples, auriez-vous imaginé déterminer votre temple préféré à sa musicalité? Parmi les « 100 paysages sonores à sauvegarder (残したい日本の音風景100選)», sélectionnés en 1996 par le ministère de l’Environnement, figure la cloche vespérale du temple Mii (三井寺) de la ville d’Otsu (大津). Elle est, pour son timbre, l’une des trois cloches les plus célèbres du Japon avec celle du temple Byodo-in (Uji), pour sa forme, et celle du temple Jingo-ji (Mont Takao, Kyoto), pour son inscription. Le site est également un des huit paysages classés d’Omi, sur les bords du lac Biwa.

Continuer la lecture de « Le temple Mii (à Shiga) »

Le temple Rokudo-Chinnoji

Autrefois, de nombreux cercueils de défunts passaient devant le temple Rokudo-Chinnoji (六道珍皇寺) situé sur le chemin reliant le centre-ville et Toribeno (鳥辺野), au sud du temple Kiyomizu, où se déroulaient les obsèques. Les gens disaient que le puits du temple menait au royaume des ombres et à Enma (閻魔), dieu de l’enfer qui juge le bien et le mal. Les rumeurs prétendent qu’au IXème siècle, Ono-no-Takamura (小野篁), poète spirituel et érudit, travaillait le jour à la cour de l’Empereur Saga (嵯峨天皇) et la nuit pour Enma.

Continuer la lecture de « Le temple Rokudo-Chinnoji »

Le temple Jisso-in

L’un des élements à admirer à Kyoto est sans doute l’érable, en japonais momiji (もみじ). Dans le temple isolé d’Iwakura (岩倉), nommé Jisso-in (実相院), vous serez émerveillé par les beaux jardins, mais aussi par le reflet des érables sur le parquet vernissé, appelé yuka-momiji (床もみぢ). Le plancher de la pièce Taki-no-ma (滝の間), littéralement “salle de la cascade”, semble changer en fonction des saisons.

Continuer la lecture de « Le temple Jisso-in »

Le temple Otagi-nenbutsuji (Kyoto)

Juste devant le tunnel de Kiyotaki (清滝), au nord du quartier Arashiyama (嵐山), vous pourrez voir le petit temple Otagi-nenbutsuji (愛宕念仏寺), qui possède 1200 statues très souriantes. A la différence de Jizo (地蔵), petite statue pour protéger les enfants, les statues de ce temple s’appellent Rakan (羅漢). Elles représentent les personnes ayant atteint la dernière étape des exercices du bouddhisme. Autrement dit, le Jizo est un enfant et le Rakan, un adulte. Les Japonais croient toujours que ces statues protègent les habitants et les voyageurs qui visitent le temple. Les Rakan rient à gorge déployée. C’est lorsque ce temple a été déménagé ici que des fidèles et des gens locaux ont fabriqué ces 1200 statues : ils voulaient créer un temple unique pouvant accorder aux croyants une paix profonde. Le nom des artisans est gravé au dos des statues. Il n’y a pas deux statues identiques comme il n’y a pas deux humains identiques dans le monde. Le bouddhisme dit : « chacun a son caractère ou sa position, mais si on arrive à respecter les autres avec leurs différences, alors on sera sauvé par Bouddha. » En marchant dans ce petit temple, les statues nous enseignent à quel point il est important de vivre paisiblement avec les autres. Fabriquées au cours du XX siècle, certaines statues tiennent une guitare ou un appareil photo. Elles disent peut-être : « Souriez, vous êtes filmés. »

À propos, pourquoi 1200 statues ? Lors du décès de Çakyamuni (Siddhartha Gautama), fondateur du bouddhisme, 500 disciples sont venus pour les funérailles et un an après, 700 disciples ont assisté à la Continuer la lecture de « Le temple Otagi-nenbutsuji (Kyoto) »

Le temple Matsugasaki-Daikokuten (Kyoto)

Au pied de la montagne qui porte le kanji 法 (hô), le Mont Higashiyama, vous trouverez le temple Matsugasaki-Daikokuten. Daikokuten est le nom de l’un des sept dieux mythologiques qui apportent le bonheur. Si vous touchez sa statue, vous recevrez une bonne fortune. La montagne de hô est l’une des cinq montagnes de la fête du feu le 16 août.

Les sept dieux mythologiques au Japon sont :

Ebisu (恵比寿) : dieu qui porte une canne à pêche. Il apporte la prospérité commerciale, une pêche ou une moisson fructueuse.

Daikokuten (大黒天) : dieu qui porte un marteau et est debout sur des sac de riz en paille (voir la photo). Il apporte les biens ou les aliments en secouant son marteau uchide-no-kozuchi (打ち出の小槌).

Bishamonten (毘沙門天) : guerrier qui protège le monde. Si vous trouvez cette statue dans un temple bouddhiste avec trois autres guerriers, celui-ci s’occupe de garder le nord.

Benzaiten (弁財天) : la seule déesse parmi les sept dieux. Elle symbolise l’art, la musique et la beauté. Elle se trouve souvent le long des rivières pour garder la pureté d’eau.

Fukurokuju (福禄寿) : vieux dieu qui symbolise le bonheur, les biens et la vie.

Juroujin (寿老人) : vieux dieu qui apporte la longévité. Il est  également dieu du taoïsme.

Hotei (布袋) : il représente un bonze bouddhiste qui a vécu en Chine. Il est toujours souriant.

JSS