Pompiers acrobates

Les pompiers à Yokohama en 1890 exécutent des cascades acrobatiques sur des échelles en bambou. Les cascades échelle ont été l’événement principal des célébrations du Nouvel An japonais.

Les manifestations, appelées dezome-shiki, visaient à avertir les gens des dangers du feu et à démontrer l’agilité et le courage des pompiers.

Cérémonie du thé les grands principes

Les grands principes de la Cérémonie du Thé sont d’inspiration religieuse, et tout particulièrement Zen. A partir des concepts élaborés et codifiés par Sen No Rikyû, le Chanoyu ( Cérémonie du Thé ) vise au respect de ces principes moraux par l’ensemble des participants, qu’ils soient officiants ou invités, et ce durant toute la durée de la cérémonie.

C’est le concept de Wabi qui dirige l’ensemble des actes des participants du Chanoyu. Cette philosophie prône la simplicité et l’isolement du monde extérieur pour atteindre un état de concentration Zen, propre à l’éveil spirituel. De ce principe va découler tous les actes de la cérémonie du thé, de même que l’environnement architectural ( Chashitsu ) et esthétique ( ustensiles).

Chacun des participants sera donc invité à faire preuve de simplicité, d’humilité et de silence, avant et durant toute la cérémonie. On attend également, de chacun, une attitude de bienveillance qui doit permettre l’éclosion d’une harmonie parfaite dans le groupe. C’est dans ces moments de tranquillité et de respect que se goûte véritablement tout le plaisir spirituel de la Cérémonie du Thé.

Nintendo 1889 le premier magasin à Kyoto

En septembre 1889 à Kyoto au Japon, Fusajiro Yamauchi fonda “Nintendo Koppai“. Le terme Koppai signifiant “cartes de jeux” en japonais.

Le créateur de la société mythique de jeux vidéo vendait des Hanafudas, un style de jeu de cartes traditionnelles japonaises. Cette photo montre la première boutique du fondateur de Nintendo.

Fusajiro Yamauchi s’appelait à l’origine Fusajiro Fukui. Il etait employé par Naoshichi Yamauchi, alors artisan spécialisé dans la construction en bois et en ciment (grossiste en chaux).
La société s’appellait Haikyo. En 1881 Fusajiro Fukui a été adopté par le propriétaire de la boutique devenant ainsi Yamauchi. Il devint directeur de Haikyo la même année avant de fonder Nintendo en 1889. Continuer la lecture de « Nintendo 1889 le premier magasin à Kyoto »

Yuka les terrasses de Kyoto

Après la guerre durant l’ère Edo, Hideyoshi Toyotomi (豊臣秀吉, deuxième des trois unificateurs du Japon durant la période Sengoku), suite à la construction du pont de Gojo, les bords de la rivière Kamogawa se retrouvent bondés; elles deviennent le lieu de tous les divertissements.

Spectacles et autres marchands ambulants encombrent la berge. Avec l’aide de riches marchands, ils établirent des places pour les spectateurs et construisirent des maisons de thés.

C’est ici que l’ont installent les premières plateformes sur le cours de la rivière, appelées en ce temps là Nōryōyuka 納涼床 (que l’ont peut traduire grossièrement par « le plancher qui permet de profiter de la fraicheur du soir ») et que l’ont nomment aujourd’hui plus simplement Yuka 床.

Shijo Kawahara - Edo
Shijo Kawahara – Edo

Ensuite durant l’ère Meiji, ils décident alors de fixer les Yuka sur les 2 rives de Kamogawa lors des mois de Juillet et Aout. Ils construisirent également des Yuka sur de hauts pilotis sous le pont de Sanjo qui ressemblent à des Shōgi 床机.

Photo Yuka Shogi sous le pont Sanjo avec 4 Geisha
Photo Yuka Shogi sous le pont Sanjo avec 4 Geisha

En 1894 commence l’excavation d’un canal le long de Kamogawa pour lutter contre les inondations, puis en 1915 pour pouvoir agrandir la Gare Est Keihan ils suppriment une grande partie des Yuka de la rive gauche (coté Est), le train passant en extérieur en ce temps là, le long de la rivière.

Continuer la lecture de « Yuka les terrasses de Kyoto »

Oyasumi nasai (bonne nuit)

Oyasumi nasai( bonne nuit)
Oyasumi nasai (bonne nuit)

Bonne nuit!

Oyasumi nasai (bonne nuit) regardez l’oreiller incroyablement inconfortable, c’est parce que les coiffures de geisha prennent de nombreuses heures à être créer.

Si elle abime sa coiffure dans la nuit, la geisha devra revoir le coiffeur, ce qui n’est pas seulement coûteux mais aussi prends beaucoup de temps. Photo prise dans les années 1920 à Kyoto.