L’ancien siège historique de Nintendo à Kyoto devient un hôtel

Hôtel dans des écoles vides, hôtel dans les temples etc…. bref tout est bon pour faire un hotel à Kyoto, donc voici un nouvel hôtel dans l’immeuble historique (1930) de Nitdendo à Kyoto. (La ville devient un vaste hôtel ou les habitants partent les uns après les autres).

L’immeuble est de par lui-même très beau et authentique, malheureusement ils vont en détruire une bonne partie, c’est vraiment du gâchis.

Au japon il n’existe aucune protection sur le patrimoine en voici la preuve une fois de plus !

Cet immeuble historique devrait être classé au patrimoine commun de Kyoto. Il devrait être interdit de le détruire ou de modifier son aspect extérieur au minimum… mais cela n’existe pas au Japon.

L’hôtel est provisoirement nommé «Projet Kabuyama», l’intérieur sera rénové avec 20 chambres, ainsi qu’un bar, une salle de sport et un spa…

Il convient de préciser que le premier bâtiment ouvert par Nintendo en 1889 (fabricant de cartes à jouer) n’existe plus car détruit il y a moins de 20 ans pour faire un parking ! absolument incroyable et triste !

Cependant, ce bâtiment, «Yamauchi Nintendo», est le premier vrai siège social de l’entreprise, et est resté intacte depuis son ouverture en 1930.

Que faire le soir du réveillon à Kyoto ?

Que faire le soir du réveillon à Kyoto ?

Les moines bouddhistes en charge de la gigantesque cloche du réveillon du nouvel an sont très conscients de la lourde responsabilité qu’ils portent à sonner parfaitement la cloche.

Il faut braver le froid pour faire sonner la cloche de Chionin Temple de 70-tonne, il faut la faire sonner 108 fois pour marquer la venue de la nouvelle année.

Frapper une fois est un énorme défi, Il faut une équipe de personnes formées travaillant en tandem.

Selon les croyances bouddhistes, les gens naissent avec 108 désirs qui leur causent la douleur et la souffrance. Les désirs sont enlevés lorsque la cloche est frappée 108 fois.

L’équipe de moines a fait une répétition pratique au temple le 27 décembre pour s’assurer que tout se déroule comme prévu pour la grande nuit.

Dix-sept moines chantaient et transpiraient pour balancer un énorme marteau en bois sur la cloche à la répétition au Temple de Jodo Shu (Secte de la Terre Pure), dans le quartier de Higashiyama a Kyoto.

Un moine accroché se jette à l’envers saisissant la corde la plus épaisse attachée au marteau en bois appelé un “Shumoku”, utilisé pour frapper la cloche. D’autres moines tirent des cordes pour contrôler le marteau en chantant “EEI Hitotsu” (prenez-en un) et “Soore!” (Nous y voilà!). Un bruit sombre et lourd résonne quand la cloche géante est frappée.

La cloche du temple de Chionin a été coulée en 1636 pendant la période Edo (1603-1867). C’est l’une des trois plus grandes cloches dans un temple au Japon, mesurant 3,3 mètres de haut avec un diamètre de 2,8 mètres.

Les prêtres commencent vers 10:40 h pour le réveillon du nouvel an. Les dernières entrées à 23h.

Otagi Nenbutsu-ji Temple

Ce temple bouddhiste paisible est niché au sommet d’une colline, entouré de plus de 1 000 sculptures de pierre saisissantes. Sentier touristique éloigné et hors des sentiers battus, on se croirait dans une oasis de calme, dépourvue des masses de touriste qui affluent vers les sites plus centraux de Kyoto.

Mais les choses n’ont pas toujours été aussi sereines. Un typhon a décimé le temple originel du huitième siècle dans les années 1950, détruisant des parties de la structure. Il fut alors décidé que le temple serait reconstruit dans un endroit différent et plus sûr.

Plutôt que d’abandonner tout espoir pour l’ancien temple, l’un de ses prêtres a commencé à le reconstruire. Il a fait plus que reconstruire le bâtiment, car pendant qu’il travaillait, il a également ajouté des sculptures de pierre bouddhistes dans la propriété. Il a également enseigné aux habitants des vilages comment créer des sculptures, de sorte que leur travail est désormais intégré aux siens.

Maintenant, il y a 1 200 statues de pierre représentant les disciples de Bouddha. Ils sont sur la colline et bordent les sentiers comme des gardiens paisibles et couverts de mousse.

Otagi nenbutsu-ji temple website

Le théâtre Gion Kobu Kaburenjo Kyoto devient un hôtel de luxe.

Un grand hôtelier s’associe à une école de geisha pour ouvrir le premier hotel de luxe dans le quartier ultra touristique de Gion à Kyoto.

“Gion est un lieu privilégié caractérisé par un mélange dense de traditions et de culture‘ motenashi ’(de l’hospitalité)”, a déclaré Hideya Sadayasu, président de Imperial Hotel Ltd. “Nous considérons le district comme le principal site candidat.”

L’hôtel ne disposera que de quelques dizaines de chambres conçues pour la clienteles haut de game.

Le prix des chambres seront «au plus haut niveau parmi les installations de l’hôtel Imperial», selon Sadayasu.

Gion, l’une des zones de divertissement traditionnelles les plus célèbres du Japon, est une destination populaire auprès des visiteurs d’outre-mer.

Continuer la lecture de « Le théâtre Gion Kobu Kaburenjo Kyoto devient un hôtel de luxe. »

Chion-in Temple

Situé dans le quartier Higashiyama de Kyoto, Chion-in est relié à Hōnen (1133-1212), le fondateur du Jōdo Shū (bouddhisme pur).

C’est ici à Chion que Hōnen a enseigné le nom d’Amida (Sanskrit: Amitabha) pour atteindre le salut, et c’est ici qu’il a passé ses dernières années.

Aujourd’hui, avec plus de 7 000 temples, les enseignements de Hōnen se sont répandus dans tout le Japon. Depuis 1523, Chion-in a été le temple principal du Jōdo Shū.

En outre, Chion-in est très attrayant d’un point de vue culturel, car il a reçu des dons du shogun Tokugawa (commandant militaire suprême) au début de la période Edo (1600-1867), et a été construit par les maîtres artisans de l’époque.

Au pied de Kachōzan, l’une des trente-six montagnes du quartier Higashiyama de Kyoto, se trouvent les 106 grands et petits bâtiments qui composent le Chion-in.

Les bâtiments sont répartis dans les jardins du temple : au niveau supérieur, le mausolée de Hōnen, le niveau du millieu est occupé par les principaux bâtiments du temple tels que le Mieidō (salle qui abrite l’image de Hōnen) et le Shūedō (hall de l’assemblée).

Continuer la lecture de « Chion-in Temple »

Une nouvelle ligne de bus de Kyoto à Koyasan

Une nouvelle ligne de bus emmènera les voyageurs directement de Kyoto à Koyasan, la colonie monastique située au sommet d’une montagne, nichée dans les contreforts de la préfecture de Wakayama. La nouvelle ligne de bus facilitera plus que jamais l’accès des voyageurs au Japon à Koyasan et aux célèbres chemins de pèlerinage de Kumano Kodō.

Appelé ligne Kyoto-Koyasan, le bus limousine sera exploité par les compagnies de bus Nankai Rinkan et Keihan Bus. Il circulera pendant 66 jours de la gare de Kyoto à Koyasan Oku-no-in entre les périodes du 20 septembre au 24 novembre 2019. En En voyageant en bus, les voyageurs peuvent désormais éviter les transferts difficiles à Osaka ou les liaisons ferroviaires compliquées, et peuvent se rendre directement d’une destination populaire à une autre. Il y aura deux départs par jour, un le matin et un en début d’après-midi, d’une durée approximative de deux heures et 40 minutes.

Continuer la lecture de « Une nouvelle ligne de bus de Kyoto à Koyasan »

Brasseries de saké à Fushimi Kyoto

A Kyoto, Fushimi Inari Taisha situé dans le sud de la ville, fait partie des sites touristiques les plus populaires. Le sanctuaire shintoïste, connu pour ses quelque 10 000 portes vermillon Torii est toujours surpeuplé de voyageurs désireux de prendre des photos panoramiques.

Bien moins connu, dans le quartier de Fushimi, où se trouve le sanctuaire, les touristes peuvent découvrir des brasseries à saké dans un vieux quartier qui a conservé son atmosphère historique de la fin de la période Edo (1603-1868).

Continuer la lecture de « Brasseries de saké à Fushimi Kyoto »

Temple ou sanctuaire ?

Todai-ji-temple-Nara

Pour avoir la réponse à cette question, il faut tout simplement avoir à l’esprit que le Japon abrite deux religions principales : le Bouddhisme et le Shintoïsme.  Ce dernier est beaucoup moins connu en Occident, et le profane aura tendance à penser que les japonais sont tous bouddhistes. Ceci s’explique par le caractère intrinsèquement japonais du shinto : il n’existe que sur l’Archipel.

En effet, animiste et polythéiste, le Shinto (神道) est la plus vieille religion connue du Japon (en excluant le koshinto, « l’Ancien Shinto », pratiquée il y a des milliers d’années durant l’ère Jōmon – 縄文時代- par les premiers habitants du Japon, et dont un héritage se retrouverait aujourd’hui dans la religion des Aïnous d’Hokkaido et la religion des Ryūkyū à Okinawa). Le Shinto, ou « la Voie du Divin », déifie et sacralise la Nature, les animaux, et certains personnages importants. Ainsi, une rivière, une cascade, ou un simple rocher peuvent abriter une divinité ou un esprit : ce sont les kami (). Il y aurait aujourd’hui 90 millions de shintoïstes au Japon.

Le Bouddhisme, originaire d’Inde et ayant pour aboutissement la quête de l’Éveil, est arrivé sur l’Archipel par le biais de la Chine et de la Corée à partir du VIe siècle. Adopté dès lors par de puissants clans japonais, le Bouddhisme se développa rapidement. Aujourd’hui, il y aurait 89 millions de bouddhistes au Japon….

Continuer la lecture de « Temple ou sanctuaire ? »

Peinture sur Byobu par Oukoku au Musée d’Art de Fukuda à Kyoto

Un chef-d’œuvre mettant en vedette une maison de thé et des chevaux du peintre japonais Konoshima Oukoku (1877-1938) sera exposé au public ici pour la première fois en 78 ans.

“Umayaji no Haru” (Printemps d’une route principale), une peinture réalisée sur une paire de byobu pliants, sera présentée au Musée d’Art de Fukuda, qui devrait ouvrir ses portes à Kyoto en automne 2019.

Oukoku était connu comme un artiste à égalité avec d’autres peintres célèbres, tels que Yokoyama Taikan et Takeuchi Seiho. Cependant, il a gardé ses distances avec la communauté de la peinture dans les dernières étapes de sa vie.

Le musée ouvrira ses portes à Arashiyama en octobre, avec la collection Fukuda, environ 1 500 œuvres d’art recueillies par Yoshitaka Fukuda, président de la société de financement des consommateurs Aiful Corp.

Chacun des Byobu pliants sur lesquels Umayaji no Haru a peint se compose de six panneaux. Chaque panneaux est de 1,7 mètres de haut et 3,75 mètres de large.

Continuer la lecture de « Peinture sur Byobu par Oukoku au Musée d’Art de Fukuda à Kyoto »

25ème Conférence Générale de l’ICOM à Kyoto

Du 1er au 7 septembre, Kyoto accueillera des milliers de directeurs de musées, de conservateurs et d’historiens de l’art du Japon et du monde entier lors de l’assemblée générale du Conseil international des musées (ICOM), basé à Paris.

Au cours de la semaine, une gamme d’ateliers, de séminaires et d’événements spéciaux sur la culture, l’art, l’archéologie et les musées aura lieu. Entre autres sujets, les participants discuteront de la manière dont les musées peuvent traiter des thèmes historiques.

Ajoutez à ces dizaines d’ateliers et de sessions conçus pour former les employés de musée, traiter de la préservation archéologique et discuter du rôle des musées dans un monde où il est plus facile que jamais de faire une visite virtuelle.

Continuer la lecture de « 25ème Conférence Générale de l’ICOM à Kyoto »

teamLab présente une exposition sur la “forêt numérisée” au sanctuaire de Shimogamo à Kyoto

teamLab revient une nouvelle fois avec une autre installation artistique immersive sur un site du patrimoine mondial de l’UNESCO à Kyoto, le sanctuaire Shimogamo. L’exposition «Digitized Forest» (Forêt numérisée) met en avant les technologies numériques non matérielles qui transforment la nature en art sans lui nuire.

Cette année, l’installation interactive Walk, Walk, Walk dans la forêt de Tadasu du site génère un groupe de personnalités anonymes et diverses qui marchent le long de la rivière Izumigawa qui traverse la forêt de Tadasu. Les gens peuvent rester avec ces personnages ou les quitter et regarder leur progression. Des œuvres précédentes telles que les sphères flottantes et résonnantes seront placées à la porte du sanctuaire de Shimogamo et les installations Forêt résonante et Autonomous Resonating Life feront écho à la couleur vibrante et au ton répandus dans les sphères lumineuses du jardin.

L’exposition aura lieu du 17 août au 2 septembre 2019. Les billets sont en vente sur le site web de Lawson Ticket ou à la porte pendant la période d’exposition, au prix de 1 300 JPY en semaine et de 1 500 JPY le week-end.