Des mini robots font du tourisme au Japon.

Un groupe de mini-robots humanoïdes dotés d’une intelligence augmenté s’est rendu dans la préfecture d’Aomori, dans le nord du Japon.

Chaque propriétaire a payé Y15000 par robot pour le tour. Au total, 50 robots RoBoHon de tout le pays ont commencé le voyage lundi dans une gare de la ville de Mutsu, dans la ville d’Aomori qui était organisé par la société d’électronique Sharp, qui fabrique et commercialise le RoBoHon.

Les robots ont visité l’hôtel de ville où ils ont été accueillis par le maire Soichiro Miyashita. Il a décrit l’accueil des touristes robotisés comme un “moment historique” pour la ville. Les robots ont exécuté une danse en retour.

Les robots ont posé pour des photos dans chacun des sept sites touristiques qu’ils ont visités, y compris le mont Osorezan, l’un des lieux les plus sacrés du pays.

Les photos ont été partagées en temps réel avec leurs propriétaires et les robots rentreront chez eux mardi avec pleins de souvenirs !

Une organisatrice a déclaré qu’elle pensait que l’événement contribuerait à mettre en valeur les ressources touristiques des zones rurales.

Faire prendre des vacances à des robots, est-ce vraiment sérieux ?

Dépenser Y15000 par robot aurait pu permettre à des enfants déshérités de sortir de leur univers…. Même une seule journée, c’est quand même plus noble et plus généreux !?

Robots RoBoHon website

Les industries du sexe et du jeu d’Osaka s’abstiennent volontairement d’ouvrir pendant le G20

Dans le quartier chaud de Tobitashinchi, à Osaka, les clients potentiels à la recherche de services liés au sexe trouveront probablement des rideaux blancs pendant le sommet du Groupe des 20.

Les industries du sexe et du jeu d’Osaka s’abstiennent volontairement d’attirer les clients vers leur paradis, lorsque les dirigeants du monde et leurs délégations se rendent au sommet le 28 et 29 juin.

Les 159 entreprises affiliées à la coopérative Tobitashinchi Ryori Kumiai suspendront leurs activités pendant deux jours.

Des affiches ont été placées aux coins des rues du quartier: «Fermeture temporaire les 28 et 29 juin en raison du Sommet du G20 à Osaka en 2019». Les affiches portent le slogan: «Faisons en sorte que tout soit réussi ensemble».

Chaque nuit, des salaryman et des touristes affluent dans les rues étroites de Tobitashinchi, bordées de sex-shops. Ils peuvent regarder à travers les «vitrines» pour voir les femmes disponibles afin de satisfaire leurs désirs charnels.

Continuer la lecture de « Les industries du sexe et du jeu d’Osaka s’abstiennent volontairement d’ouvrir pendant le G20 »

Une Jument miniature sauvée des inondations au Japon capte les cœurs

Jument miniature sauvée

La Photo du jour : Une Jument miniature sauvée des inondations capte le cœur des Japonais.

Un cheval miniature de neuf ans a survécu aux inondations mortelles en nageant  jusque sur le toit d’une maison dans la ville de Kurashiki.

Le petit cheval Tan avec une crinière blonde debout tristement sur le toit pendant 3 jours est apparu dans les journaux locaux et a fait une grande sensation sur les réseaux sociaux, fournissant un moment rare de légèreté après la pire catastrophe du pays liés aux intempéries qui ont tué au moins 179 personnes.

Le café fait et servi par un robot à Tokyo

Le secteur des services fait face à une pénurie de main-d’œuvre.

La solution ?      Les robots supplantent de plus en plus les humains.

Dans un café à Tokyo un robot articulé travaille à la place d’un serveur.
Il récupère un filtre automatiquement, rempli de café, actionne l’eau chaude et remet le filtre sur sa base.

En quatre minutes top chrono le café est prêt !
Sans le robot il aurait fallu cinq personnes pour le même résultat. Continuer la lecture de « Le café fait et servi par un robot à Tokyo »

Le masque japonais sosie de Jacques Chirac

Le-sosie-nippon-de-Jacques-Chirac
Le masque japonais sosie de Jacques Chirac

L’objet d’art du 18è siècle exposé dans un musée toulousain est d’une ressemblance frappante avec l’ancien président.

Le sosie Japonais de Jacques Chirac est en bois et plâtre, c’est la reproduction d’un personnage de théâtre nô (représentation traditionnelle d’histoires bouddhiques et shintoïques).

Un personnage maléfique car il s’agit d’un démon qui se nomme Ôbeshimi.

Une véritable aubaine pour le musée de Toulouse. D’après le responsable du lieu de l’exposition, l’objet doit être montré à nouveau “car il est très beau, très expressif, bien conservé… et surtout un peu décalé il est vrai.”