Touriste dans le monde

Yaska Kyoto
Yaska Kyoto

Il y a 200 destinations touristiques dans le monde, 10% capte 46% des touristes. Le Japon ambitionne d’être dans le peloton de tête.

Le tourisme est la plus grosse industrie mondiale, c’est 10% du PIB mondial avec 300 millions d’emplois.

Redevance NHK

Article un peu particulier aujourd’hui puisque nous allons aborder des aspects du Japon qui nous ont étonné, amusé…

Le premier d’entre eux est assez déroutant pour tout ceux qui on l’image d’une administration japonaise moderne, bien organisée et huilée : la taxe NHK. C’est la redevance audiovisuelle que nous connaissons en France. Le principe est le même : les possesseurs de téléviseurs payent une redevance chaque année afin de financer la télévision publique.

Elle s’élève à ¥13 990 par an, ou ¥24 770 pour la télévision par satellites. La différence se fait dans le mode de collecte qui diffère entre les deux pays. Et la façon japonaise semble si archaïque, presque moyenâgeuse : ici, pas de case à cocher sur la déclaration de revenu chaque année ni d’enregistrement de votre nom et adresse par votre vendeur de TV. Non, au Pays du Soleil Levant, la collecte se fait uniquement par un employé de la NHK, qui fait du porte à porte, afin de solliciter l’habitant à payer la taxe.

Continuer la lecture de « Redevance NHK »

Une nouvelle ligne de bus de Kyoto à Koyasan

Une nouvelle ligne de bus emmènera les voyageurs directement de Kyoto à Koyasan, la colonie monastique située au sommet d’une montagne, nichée dans les contreforts de la préfecture de Wakayama. La nouvelle ligne de bus facilitera plus que jamais l’accès des voyageurs au Japon à Koyasan et aux célèbres chemins de pèlerinage de Kumano Kodō.

Appelé ligne Kyoto-Koyasan, le bus limousine sera exploité par les compagnies de bus Nankai Rinkan et Keihan Bus. Il circulera pendant 66 jours de la gare de Kyoto à Koyasan Oku-no-in entre les périodes du 20 septembre au 24 novembre 2019. En En voyageant en bus, les voyageurs peuvent désormais éviter les transferts difficiles à Osaka ou les liaisons ferroviaires compliquées, et peuvent se rendre directement d’une destination populaire à une autre. Il y aura deux départs par jour, un le matin et un en début d’après-midi, d’une durée approximative de deux heures et 40 minutes.

Continuer la lecture de « Une nouvelle ligne de bus de Kyoto à Koyasan »

Le Rugby au Japon

Du 20 septembre au 2 novembre 2019, le Japon va accueillir la 9eme Coupe du monde de rugby, et c’est une petite révolution dans le monde de l’Ovalie, car ce sera la 1ere fois que la compétition se déroulera en Asie

Et c’est tout à l’honneur des japonais, car si nous l’ignorons en Europe, le rugby est assez populaire au Japon (même si nous sommes loin de l’engouement notamment du baseball, ou du football). Malgré tout, le Japon regroupe pas moins de 108 000 licenciés, le plaçant dans le top 10 des nations ayant le plus de licenciés (la France en totalisant 258 000, et le 1er du top l’Afrique du Sud avec 635 000 licenciés). Car mine de rien, ce sport est présent dans l’Archipel depuis plus de 150 ans, grâce notamment à Ginnosuke Tanaka (田中銀之助 -1873-1933) et Edward Bramwell Clarke (1874-1934).

Toutefois, une nuance s’impose, puisqu’à l’époque, le rugby était surtout pratiqué par les étrangers installés au Japon, en particulier à Kobe et Yokohama, suite à l’ouverture du pays sur le monde durant l’ère Meiji. De plus, à l’instar des autres Nations de l’Ovalie, le rugby japonais fut amateur à 100% : les joueurs étaient soit des étudiants, soit des employés d’entreprises.

D’ailleurs, anecdote sympathique, le plus ancien club de rugby japonais, celui de l’Université de Keiō à Tokyo, fut crée en 1899, soit bien avant la naissance du Stade Toulousain en France (1917). Leur équipe nationale, les « Cherry Blossoms » (les Fleurs de Cerisiers) ou les « Braves Blossoms » remporte leur 1ere victoire officielle internationale face au Canada, 9 à 8 en 1932.

Continuer la lecture de « Le Rugby au Japon »

Brasseries de saké à Fushimi Kyoto

A Kyoto, Fushimi Inari Taisha situé dans le sud de la ville, fait partie des sites touristiques les plus populaires. Le sanctuaire shintoïste, connu pour ses quelque 10 000 portes vermillon Torii est toujours surpeuplé de voyageurs désireux de prendre des photos panoramiques.

Bien moins connu, dans le quartier de Fushimi, où se trouve le sanctuaire, les touristes peuvent découvrir des brasseries à saké dans un vieux quartier qui a conservé son atmosphère historique de la fin de la période Edo (1603-1868).

Continuer la lecture de « Brasseries de saké à Fushimi Kyoto »

Temple ou sanctuaire ?

Todai-ji-temple-Nara

Pour avoir la réponse à cette question, il faut tout simplement avoir à l’esprit que le Japon abrite deux religions principales : le Bouddhisme et le Shintoïsme.  Ce dernier est beaucoup moins connu en Occident, et le profane aura tendance à penser que les japonais sont tous bouddhistes. Ceci s’explique par le caractère intrinsèquement japonais du shinto : il n’existe que sur l’Archipel.

En effet, animiste et polythéiste, le Shinto (神道) est la plus vieille religion connue du Japon (en excluant le koshinto, « l’Ancien Shinto », pratiquée il y a des milliers d’années durant l’ère Jōmon – 縄文時代- par les premiers habitants du Japon, et dont un héritage se retrouverait aujourd’hui dans la religion des Aïnous d’Hokkaido et la religion des Ryūkyū à Okinawa). Le Shinto, ou « la Voie du Divin », déifie et sacralise la Nature, les animaux, et certains personnages importants. Ainsi, une rivière, une cascade, ou un simple rocher peuvent abriter une divinité ou un esprit : ce sont les kami (). Il y aurait aujourd’hui 90 millions de shintoïstes au Japon.

Le Bouddhisme, originaire d’Inde et ayant pour aboutissement la quête de l’Éveil, est arrivé sur l’Archipel par le biais de la Chine et de la Corée à partir du VIe siècle. Adopté dès lors par de puissants clans japonais, le Bouddhisme se développa rapidement. Aujourd’hui, il y aurait 89 millions de bouddhistes au Japon….

Continuer la lecture de « Temple ou sanctuaire ? »

La climatisation au Japon

Avec un climat difficile la climatisation est devenu indispensable au Japon.

Taux d’équipement des ménages dans le monde:
Japon 90 %
Etats Unis 90%
Chine 60%
France 5%

Nombre de climatiseurs dans le monde
1, 6 milliard en 2019
5,6 milliards en 2050

L’utilisation de la climatisation représente déjà 10% de consommation électrique mondiale.

Akimahen ! Ne pas faire !

« Akimahen » en dialecte de Kyoto se traduit par « Ne pas ».

Voyager dans un pays étranger, qui plus est à des milliers de km, signifie se confronter à une culture et une société qui peuvent être différentes des siennes. Et particulièrement en voyageant sur l’Archipel. Le Japon devient de plus en plus une destination attractive pour les touristes du monde entier. Et avec l’avènement des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020, cela risque d’aller crescendo. Longtemps isolé volontairement du Monde durant le sakoku (鎖国 – 1641-1853) et ouvert aux tourismes de masse depuis cinq ans, le Pays du Soleil Levant et l’étiquette japonaise peuvent dérouter tout un chacun, notamment les néophytes du Japon.

A cet effet, le Département du Tourisme de la ville de Kyoto a mis au point en 2015, un fascicule au nom de « Akimahen » afin d’alerter les touristes sur le bon comportement à adopter en société, soit les règles de bonne conduite en somme. Si certaines semblent universelles tel que laisser les toilettes propres, d’autres sont purement en adéquation avec la culture japonaise.

Par exemple, fumer à l’extérieur dans certains endroits est prohibé : pour les fumeurs invétérés, des espaces fumeurs sont disponibles un peu partout. Amende : 1000 yen. Etonnant la 1ere fois, les portes des taxis japonais s’ouvrent et se ferment automatiquement. Il est également interdit d’avoir un passager sur son vélo, hors enfant en bas âge avec une selle spéciale), et de faire du vélo sous l’emprise de l’alcool. Ainsi, il arrive parfois que dans un restaurant, après avoir commandé une boisson alcoolisée, l’on vous demande si vous êtes venu en voiture… ou a vélo !

Continuer la lecture de « Akimahen ! Ne pas faire ! »