Chantons Furusato, espérons que les sinistrés regagnent leur terre natale

Onze mois ont passé depuis le grand tremblement de terre du Tohoku (東日本大震災). Saviez-vous que, désormais, les sinistrés utilisaient une chanson enfantine intitulée Furusato comme hymne ? : Furusato (故郷) veut dire petite patrie.

Le 11 mars 2011, le séisme a frappé le Japon alors même que le pays était déjà en difficultés du fait de la hausse du yen et de la déflation. Même si la reprise économique est observée en ville, ce n’est pas le cas en province, surtout à cause de la difficile possibilité d’augmentation de salaire. Les fonds et les jeunes talents convergeant vers la capitale, le déclin rural est difficile à enrayer. Après la catastrophe du 11 mars et la crise nucléaire qui a suivi, divers problèmes ont été mis en avant : le déclin des provinces, l’inefficacité des mesures proposées contre le chômage, l’insuffisance de la politique mise en place et le risque de chute excessive des prix qui entraîne la délocalisation des lieux de production. Le Japon se trouve à un tournant décisif de son histoire.

 

Ce qui donne du courage aux sinistrés obligés de fuir leurs ville et village natals, c’est la chanson intitulée Furusato. Elle a été créée à l’époque de Taisho (大正, 1912-1926) et était souvent chantée par des travailleurs migrants qui devaient quitter leur pays natal, et par les sinistrés aujourd’hui. Voici les paroles :

  Continuer la lecture de « Chantons Furusato, espérons que les sinistrés regagnent leur terre natale »

Le PIB du Japon recule plus que prévu, retour en récession?

La troisième économie du monde est retombée en récession au premier trimestre de 2011.

Selon les données publiées jeudi, l’économie du Japon est en effet retombée en récession après le terrible séisme du 11 mars dernier et le tsunami qui a ensuite ravagé les côtes du pays. Suite à ces catastrophes, l’activité économique a dramatiquement chuté.

Au terme des trois premiers mois de l’année 2011, le produit intérieur brut japonais a reculé de 0,9% par rapport au trimestre précédent, ce qui donne une contraction de 3,7% en rythme annualisé. Ce recul est passablement plus important que celui d’environ 2% en rythme annualisé qui était attendu par les analystes.

Ces données font que l’économie japonaise s’est contractée pendant deux trimestres de suite, ce qui est la définition généralement acceptée de la récession. Lors des trois derniers mois de 2010, l’économie japonaise s’était contractée de 0.8% par rapport au trimestre précédent et de 3% en rythme annualisé. Le Japon s’était sorti de la récession en 2009 suite à la crise financière globale de 2008.

En mars, la production industrielle japonaise a chuté de 15,5% par rapport à février, ce qui représente la plus importante baisse de cet indicateur depuis sa mise en place en 1953.

La plupart des économistes estiment comme la Banque du Japon que la croissance repartira au second semestre avec le rétablissement progressif des approvisionnements et avec les dépenses de reconstruction. Continuer la lecture de « Le PIB du Japon recule plus que prévu, retour en récession? »

Une fissure découverte sur la structure en béton du réacteur numéro 2

Une nouvelle fissure a été observée ce samedi matin dans le réacteur n°2 de la centrale de Fukushima au Japon. Autre élément inquiétant : de l’eau radioactive s’écoule directement dans l’océan, conséquence directe d’une brèche apparue dans un puits de récupération. Le premier ministre japonais Naoto Kan s’est rendu samedi pour la première fois en trois semaines dans la région dévastée.

Les liquidateurs japonais pensent qu’ils vont mourir dans quelques semaines

«Ils sont arrivés à la conclusion qu’il est inévitable que certains d’entre eux meurent d’ici quelques semaines, ou quelques mois. Ils savent que c’est impossible qu’ils n’aient pas été exposés à des doses létales de radiation.» C’est ainsi que la mère d’un des liquidateurs de la Fukushima 50, cette équipe d’ouvriers qui tente d’empêcher la fonte des quatre réacteurs endommagés lors du tremblement de terre et du tsunami du 11 mars, rapporte les propos de son fils.

«Il m’a dit qu’ils ont tous accepté le fait qu’ils vont probablement mourir des suites des radiations, soit dans le court terme, soit d’un cancer sur le long terme.»

La mère du liquidateur s’est exprimée sous anonymat: d’après elle, on aurait demandé aux liquidateurs de ne pas communiquer avec les médias et avec leurs familles, afin de ne pas déclencher la panique. Elle n’a pas pu indiquer si les liquidateurs souffrent déjà de malaises en raison des radiations auxquelles ils sont exposés.

La situation est toujours très critique au Japon

Yukiya Amano, le directeur de l’AIEA, a annoncé le 1er avril que la situation de la centrale nucléaire N°1 de Fukushima reste très grave et que la communauté internationale doit rester aux côtés du Japon pour surmonter avec le pays cette crise.

Yukiya Amano a souligné que la participation et la publication des informations jouent un rôle majeur dans la crise, et que cela contribue à la stabilité sociale et à éviter la panique du public.

Le même jour, le ministère de la santé, du travail et des affaires sociales a confirmé que la viande de boeuf produite au village Tianrong de Fukushima ne contient pas de traces de radioactivité. Le ministère a confirmé que les tests précédents sur la viande de boeuf avaient mis en lumière des problèmes.

A la date du 2 avril à 10h, le séisme suivi d’un tsunami au Japon avait fait plus de 11 800 morts et 15 540 disparus

17 camions d’aide humanitaire française arrivent à Sendai

L’ambassadeur de France au Japon, Philippe Faure, dialogue avec des secouristes français à l’aéroport de Narita, près de Tokyo, le 25 mars 2011

Un convoi de dix-sept camions d’aide alimentaire et sanitaire envoyée par la France est arrivé samedi matin à Sendai (nord-est du Japon) d’où s’effectuera une distribution auprès des localités sinistrées par le séisme et le tsunami du 11 mars.

Quelque 30 tonnes d’appareils de radioprotection et de mesure de la radioactivité, une remorque de contrôle atmosphérique et trois camions de mesures environnementales de la radioactivité ont également été remis aux autorités nippones, en lien avec l’accident nucléaire de Fukushima au sud de Sendai.

Les yakuzas aussi font de l’humanitaire au Japon

Face au séisme, l’ensemble de la société japonaise se mobilise. Les mafieux ne dérogent pas à la règle.

On peut être un yakuza et agir pour son peuple. Quelques heures seulement après le séisme, les plus grandes familles de yakuzas se sont mobilisées. La Sumiyoshi-kai, deuxième organisation mafieuse du Japon, a même offert l’hospitalité à des membres de la communauté étrangère, une première.

L’Inagawa-kai, troisième organisation criminelle du pays, a elle envoyé 25 camions remplis de nourriture, boissons, piles et autres lampes de poches dans la région de Tohoku, durement touchée. Cette famille possède des racines très fortes dans les zones endommagées. Au total, elle a envoyé plus de 100 tonnes de provisions.

Ce n’est pas la première fois que les yakuzas se mobilisent. Lors du séisme de Kobe en 1995, le Yamaguchi-gumi avait été l’un des premiers à envoyer des vivres aux populations touchées.

Les éoliennes offshore ont résisté et fonctionnent au Japon

Contrairement à ce que disaient les détracteurs de l’éolien qui prédisaient l’écroulement des mâts et turbines au moindre séisme et leur manque de résistance au Tsunami, les éoliennes (onshore et offshore) installées au Japon ont non seulement résisté au plus fort séisme jamais enregistré dans l’histoire du pays mais aussi au Tsunami de l’ampleur que l’on sait.

Toutes les éoliennes japonaises actuellement en fonction ont survécu au tremblement de terre, y compris les turbines semi-offshore situées à proximité de l’épicentre du séisme comme celle de Kamisu (photo) située à 300 km de l’épicentre.

Ce dernier parc a aussi résisté au tsunami, validant du même coup les normes anti-sismiques qui ont présidé à son élaboration, comme sans doute les plus fiables du monde ! Et cerise sur le gateau, ce sont les parcs éoliens japonais qui pendant la défection de la centrale nucléaire de Fukishima assurent en partie l’alimentation en électricité de la région de Tokyo.

Kizuna : lien de s’entraider 絆 助け合うつながり

Le 20 mars 2011, un garçon de seize ans et sa grand-mère, isolés sous des décombres pendant 217 heures, ont été retrouvés sains et saufs. Ils ont été hospitalisés et leur état est maintenant stable.

Les opérations de sauvetage se poursuivent dans les régions sinistrées. Au 22 mars, on dénombre 8 805 morts et 18 335 disparus. Les réfugiés peinent à avoir de la nourriture, des médicaments, de l’électricité, du pétrole et de l’essence. Comme c’est une région froide, les situations sont encore plus difficiles pour les femmes enceintes, les bébés et les personnes âgées ou malades.

Les Japonais se rappellent le grand séisme de Kobe (神戸), qui avait eu lieu il y a seize ans et qui avait fait 6 434 victimes. La ville avait été détruite par des secousses sismiques, tandis que cette fois-ci c’est un tsunami qui a dévasté la région de Tohoku (東北). Les anciens sinistrés de Kobe et de nombreux volontaires dans tout le Japon se sont mobilisés pour venir bénévolement en aide aux réfugiés. Sur les lieux du drame, aucune émeute ni pillage, preuve de la discipline des Japonais.

Le caractère de la photo, 「絆」, se lit ‘kizuna‘ et signifie ‘lien’. Il est composé de deux parties, 「糸」 qui signifie ‘fil’ et 「半」, ‘moitié’. Tous les êtres humains sont unis les uns aux autres par des fils invisibles et ils doivent s’entraider pour maintenir ces liens fragiles.

JSS

 

 

Séisme Japon – Accident nucléaire – Point sur la situation

SEISME – INCIDENTS NUCLEAIRES – MESSAGE DE L’AMBASSADE

Voici le point de situation élaboré par les experts de l’Institut de Radioprotection et de Sureté Nucléaire (IRSN).

1. Situation sur le site de Fukushima :

Les efforts continus des autorités japonaises commencent à porter leurs fruits, mais la situation sur le site reste précaire. La connexion de la centrale au réseau électrique est un signe positif, même si la mise sous tension reste une opération délicate.

La radioactivité sur site est toujours très élevée. Les émissions radioactives semblent se poursuivre.

2. Prévisions météorologiques :

Comme annoncé hier, le vent est aujourd’hui orienté vers le Sud-ouest, c’est-à-dire en direction de la région de Tokyo.

Le vent pourrait souffler demain en direction de l’Ouest, ramenant sur le Japon les émissions qui ont été poussées vers l’Océan ces derniers jours. Compte tenu du temps de séjour au dessus de l’Océan, la radioactivité attendue sur le Japon ne sera vraisemblablement pas élevée.

3. Recommandations de l’IRSN :

Il faut s’attendre dans les prochaines 48 heures à une hausse de la radioactivité sur le Kanto – à des niveaux ne présentant aucun danger pour la santé humaine.

La pluie qui tombe sur le Kanto limite le niveau de radioactivité dans l’air mais précipite la radioactivité au sol.

L’IRSN recommande en conséquence :

•de limiter les sorties au strict nécessaire. Les personnes n’ayant pas de raison particulière de sortir sont invitées à rester à leur domicile. C’est là qu’elles sont le plus protégées et c’est en limitant les sorties que l’on réduit le risque de contamination de son habitation.
•pour les personnes qui devraient sortir malgré tout, il convient de se munir d’un parapluie et d’un imperméable, qui seront laissés à l’extérieur, sur le seuil de l’habitation. Il est également recommandé de changer de chaussures.
Nous rappelons enfin à nos compatriotes qu’il faut suivre en toute circonstance les consignes des autorités japonaises. La prise de comprimés d’iode est notamment à exclure pour l’instant, le niveau de radioactivité dans l’air étant sans danger pour la santé humaine. Les autorités japonaises donneront le signal en cas de besoin.

La consultation du site http://www.bousai.ne.jp/eng/ produit par le Ministère de l’Education, de la Culture, des Sports et de la Science et de la Technologie du Japon (MEXT) vous permet de connaître toutes les 10 minutes le débit de dose radioactive maximal dans votre région, et d’affiner votre recherche à toutes les balises comprises dans le dispositif d’une zone.

SEISME – INCIDENTS NUCLEAIRES – MESSAGE DE L’AMBASSADE

Mesures en faveur de la Communaute francaise – 16 mars 2011 – 14h30

SEISME – INCIDENTS NUCLEAIRES – MESSAGE DE L’AMBASSADE

Le Premier ministre François Fillon s’est exprimé hier à l’Assemblée nationale sur la situation au Japon.

Après avoir rappelé la solidarité de la France dans l’épreuve que traverse le peuple japonais – solidarité qui se manifeste par l’envoi d’une équipe de 114 personnels de la Sécurité civile et de matériel nécessaire à l’assistance aux personnes sans abri – le Premier ministre a insisté sur la gravité de la situation.

Il a proposé à ceux de  nos compatriotes qui ne sont pas astreints à rester à Tokyo de rentrer en France ou de partir vers le Sud du Japon dès maintenant.

Il a enfin indiqué que le Gouvernement avait demandé à Air France de mobiliser des avions se trouvant en Asie pour répondre sans délai à la demande de nos ressortissants.

Par ailleurs, toujours pour faciliter le retour en France de ceux qui le souhaitent, deux appareils sont en route vers le Japon. En fonction du nombre de personnes intéressées, les appareils rejoindront la France directement ou via des rotations par Séoul.

Les premiers décollages sont prévus dès demain, jeudi 17 mars. Les Français intéressés sont donc invités à se signaler dans les meilleurs délais à l’adresse suivante : aideretour.ambafrance@gmail.com. Il faudra préciser dans ce courriel leur adresse e-mail, la composition de la famille (nom, prénom, date de naissance, numéros de passeport) ainsi que l’aéroport préférentiel de départ (Tokyo ou Osaka – la décision sera prise en fonction du nombre de demandes).

SEISME – INCIDENTS NUCLEAIRES – MESSAGE DE L’AMBASSADE

Message et recommandations de l’IRSN sur la situation a Tokyo

Bonjour à tous,

Afin de mieux diffuser les informations de l’Ambassade de France au Japon au plus grands nombres nous avons décidé de mettre en ligne les messages d’informations sur la crise actuelle au Japon:

====== SEISME – INCIDENT NUCLEAIRE – MESSAGE DE L’AMBASSADE ======

Madame, Monsieur,

La situation sur le site de Fukushima s’est plutôt dégradée hier mardi 15 mars. Cependant, une analyse très détaillée des bulletins météo par l’expert de l’Institut de radioprotection et de sureté nucléaire (IRSN) présent à l’Ambassade, montre que le vent soufflera du nord ouest vers le sud-est, c’est-à-dire vers l’Océan Pacifique, ce qui permet de dire que Tokyo est à l’abri pendant les prochaines 48 heures.

===== Ambassade de France au Japon =====

Message et recommandations de l’IRSN sur la situation à Tokyo

Mercredi 16 mars à 2 heures

Les autorités japonaises font face à une situation grave sur le site nucléaire de Fukushima. Malgré l’éloignement, un accroissement des niveaux de radioactivité a déjà été constaté au niveau de l’agglomération de Tokyo, et reste attendu dans les prochaines heures en fonction de l’évolution de la météorologie (direction des vents dominants et chutes de pluie). Ces niveaux resteront probablement faibles, mais pourraient s’amplifier ultérieurement en fonction de l’évolution des réacteurs accidentés, avec un décalage de l’ordre de 20 à 30 heures compte tenu des conditions météorologiques actuelles.

Plusieurs précautions peuvent être prises, compte tenu de cette situation, par les membres de la communauté française au Japon :

A titre préventif, mais aussi afin de faciliter la tâche des autorités japonaises, dans l’hypothèse d’une aggravation importante de la situation, un éloignement de Tokyo (et plus généralement des régions relativement proches de la centrale de Fukushima) vers le sud du pays, ou un retour en France est recommandé à tous ceux dont la présence n’est pas indispensable sur leur lieu de résidence et de travail.

S’agissant des personnes qui resteront présentes, il convient de suivre les consignes diffusées par les autorités japonaises en cas d’annonce d’une aggravation de la situation. Il convient notamment d’éviter autant que possible des déplacements sous la pluie, l’eau de pluie pouvant être contaminée par des particules radioactives, et plus généralement de limiter les déplacements ainsi que les aérations des logements et bureaux. Les autorités japonaises procéderont en cas de nécessité à la distribution de comprimés d’iode aux populations. Il est aussi possible de se procurer des comprimés d’iode auprès de l’ambassade. Ces comprimés sont surtout importants pour les femmes enceintes et allaitantes, les enfants et jeunes adultes. En raison de leur durée d’effet limité, la prise de ces comprimés ne doit impérativement s’effectuer que sur les consignes données par les autorités nipponnes ou l’ambassade, qui agit en étroite relation avec les experts et médecins de l’institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

SEISME – INCDENTS NUCLEAIRE – MESSAGE DE L’AMBASSADE

Mardi 15 mars à 20 heures

1. Le point de la journée :

Suite aux explosions constatées aujourd’hui, on peut dire que la situation sur le site de Fukushima s’est plutôt dégradée aujourd’hui.

2. Quels effets ?

La situation reste à l’heure qu’il est tout à fait saine sur Tokyo. Une très légère hausse de radioactivité a été enregistrée. Elle ne présente aucun danger sur la santé humaine.

L’air s’est chargé en éléments radioactifs au fil des bouffées radioactives rejetées par les réacteurs. Le vent très faible a permis de circonscrire cette masse au dessus de la centrale.

Une analyse très détaillée des bulletins météo par l’expert de l’Institut de radioprotection et de sureté nucléaire (IRSN) présent à l’Ambassade montre que le vent soufflera du nord ouest vers le sud-est, c’est-à-dire vers l’Océan Pacifique, ce qui permet de dire que Tokyo est à l’abri pendant les prochaines 48 heures.

3. Quelles recommandations :

Il convient de suivre les consignes des autorités japonaises : en dehors d’un rayon de 30 km autour de la centrale, c’est-à-dire notamment à Tokyo (qui est à plus de 250 km), la situation ne nécessite pas de se protéger particulièrement pour la journée. A titre préventif, nous vous conseillons de faire des provisions d’eau et de nourriture et de vous tenir prêt pour un éventuel calfeutrage de votre habitation.
Compte tenu du fait que Tokyo est, selon les prévisions météorologiques, à l’abri pour 48 heures, nous pensons à nouveau raisonnable de conseiller aux personnes qui n’ont pas de raison essentielle de rester à Tokyo de s’éloigner de la région du Kanto