Sakura et Samuraï

Historiquement, le symbole du sakura est aussi associé au code moral et éthique du samuraï (侍), qu’on appelle le Bushido (武士道) et qui signifie littéralement « la voie du guerrier ».

En effet, la vie du guerrier féodal était considérée comme belle et courte, à l’image de la floraison du sakura qui ne dure qu’une semaine. Le sakura représente ainsi la voie du guerrier, qui doit vivre et mourir en beauté pour son empereur.

Par la suite, lors de la Seconde Guerre mondiale, le sakura devint le symbole du sacrifice des soldats japonais pour leur nation. Approchant la défaite, en 1945, le vice-amiral Onishi Takijiro (大西 瀧治郎) lança une opération kamikaze de milliers de pilotes japonais. Le gouvernement, afin de motiver ses soldats, les encouragea à penser que leur âme se réincarnerait en fleur de cerisier. Le sakura décorait ainsi le flanc de leur avion ; et alors qu’ils décollaient pour leur mission suicide, le peuple japonais les saluaient avec des branches de cerisier.

Où sont les cerises des sakuras ?

Le sakura est un mot générique qui fait référence aux fleurs du cerisier à l’arbre lui-même. Il est emblématique du Japon, même si on trouve bien sûr aussi le cerisier en Occident.Une question flotte souvent dans l’esprit des visiteurs au Japon… Où sont les cerises des cerisiers ? S’ils resplendissent de leurs milliers de pétales roses, les cerisiers japonais semblent cependant être démunis de fruit.

En fait, les sakura japonais sont pour la plupart stériles ; ils ne donneront pas de cerise ! En effet, ceux-ci proviennent quasiment tous de boutures de mêmes branches. Cela fait plusieurs siècles que les sakuras sont cultivés au Japon en tant qu’arbres ornementaux, c’est pourquoi ils sont tous de la même génération.

Bien que le sakura ne donne pas de fruit, on le retrouve tout de même beaucoup dans la cuisine japonaise. On utilise en effet son arôme pour des pâtisseries et pour parfumer des plats en tout genre !

Où et quand admirer les cerisiers en fleurs à Kyoto ?


C’est bientôt la floraison des cerisiers au Japon !

Au début du printemps, les cerisiers sakura en japonais – colorent le paysage de leurs milliers de pétales roses.

Commence alors la période du Hanami (花見), qui fait référence au rituel annuel de contemplation des sakura en fleurs.

En famille, en amoureux ou entre amis, les japonais se baladent et se posent dans les parcs pour apprécier ensemble le Hanami.
Où et quand admirer les cerisiers en fleurs à Kyoto ?

À Kyoto, le début de la floraison des cerisiers est prévu le 28 mars 2017, mais leur pleine floraison est prévue du 3 au 11 avril 2017.

Ci-dessous les quatres meilleurs spots pour profiter de l’occasion à Kyoto !

Continuer la lecture de « Où et quand admirer les cerisiers en fleurs à Kyoto ? »

Château – partie 4, le château de Hikone –

 

« La ville où le temps s’écoule lentement ». Voici Hikone (彦根), la plus grande ville des bords du lac Biwa (琵琶湖) qui dirigeait les transports de navires, à l’époque d’Edo (1603-1867). Le château de Hikone (彦根城), situé au nord de la préfecture de Shiga (滋賀県) et datant de 1622, change en fonction des saisons.

Continuer la lecture de « Château – partie 4, le château de Hikone – »

Mizuho et Sakura, les nouveaux shinkansen vers Kyushu

Depuis le 12 mars 2010, Kagoshima, département le plus au sud de Kyushu, est devenu facilement accessible grâce aux nouveaux trains. Les lignes directes entre le Kansai et l’île de Kyushu en passant par le Chugoku permettent d’attirer davantage de touristes. Ces lignes relient Shin-Osaka et Kagoshima-Chûô en 3h45 contre 5h02 auparavant.

Continuer la lecture de « Mizuho et Sakura, les nouveaux shinkansen vers Kyushu »

Un an après le grand tremblement de terre du Tohoku

Un an a passé depuis le grand tremblement de terre du Tohoku (東日本大震災). Les afflictions des sinistrés sont gravées dans les mémoires. Alors, que pouvons-nous faire maintenant ?

 

Le Japon va bientôt accueillir la saison des cerisiers. La plupart des Japonais aiment cette fleur éphémère. Très beaux, ses pétales évoquent la tristesse pour ceux qui viennent de perdre leurs proches et c’était exactement le cas l’année dernière. Autrefois, cette fleur à cinq pétales était aussi le symbole des kamikazes, avions-suicide de l’armée de l’air. Aujourd’hui, les Japonais trouvent une valeur esthétique dans cette fleur qui s’épanouit et tombe aussitôt.

Continuer la lecture de « Un an après le grand tremblement de terre du Tohoku »

Les plus beaux villages du Japon

Géographiquement, le Japon est un pays insulaire et se caractérise par ses côtes variées, ses montagnes volcaniques et ses vallées profondément découpées. Il y a beaucoup de montagnes et les plaines ne représentent qu’un cinquième de la superficie du pays (377 815 kilomètres carrés). Ce pays est composé de quatre grandes îles : Honshu (本州, île principale), Shikoku (四国, île de quatre départements), Kyushu (九州, île méridionale) et Hokkaido (北海道, île septentrionale), et d’à peu près trois mille petites îles. Le territoire japonais ne représente que les trois quarts du territoire français.

Les quatre saisons sont clairement distinctes. L’été, qui est chaud et humide, commence après la saison des pluies (tsuyu 梅雨) qui dure d’environ entre le mi-juin à mi-juillet. Mis à part le nord du Japon, l’hiver est doux pendant la journée avec de nombreux jours ensoleillés et un air sec. Le printemps et l’automne sont les meilleures saisons de l’année avec une température agréable et un temps ensoleillé. Le printemps fait fleurir les cerisiers (sakura 桜), alors que pendant les mois d’automne la campagne est embellie de toutes les variétés de couleurs.

Il y a 47 préfectures au Japon, mais plus de cent vingt millions d’habitants sont serrés dans ces plaines. Sur l’île Honshu (本州), les trois plus grandes régions urbaines se concentrent sur les trois plaines principales : plaine de Kanto (関東平野), plaine de Kei-han-shin (Kei = Kyoto, han = Osaka, shin = Kobe) et plaine de Nagoya. En effet, 45 % de la population habitent dans ces régions, et entre autres, la conurbation de Tokyo et Yokohama est remplie de 35 millions d’habitants.

Ces cent dernières années, le Japon a connu une grande migration du peuple vers des villes. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la moitié des Japonais vivait dans des campagnes. Aujourd’hui, près de 80 % habitent en ville. Cette urbanisation rapide a entraîné l’exode rural dans plusieurs parties du pays. Le manque de jeunes est un problème sérieux dans certains villages.

Comme l’Association des Plus beaux villages en France, l’Association des Plus beaux villages du Japon (Nihon de mottomo utsukushii mura, 日本で最も美しい村) a été créée en 2005. Elle réunit aujourd’hui 39 villages, de Hokkaido à Kyushu. Paysages pittoresques, maisons aux toits pentus et couverts de pailles, pâturages pleins de vaches… Les habitants sont des paysans et ils se connaissent tous parce qu’ils y vivent depuis leur naissance. Ces quartiers ruraux ne souhaitent pas d’être transformés en gratte-ciel, mais inviter le public à une rencontre avec leur histoire, leur terroir, leur culture et leurs habitants. La photo ci-dessus est Ine (伊根), l’un des plus beaux villages, dans la région de Kyoto.

 

Autrefois, la plupart des Japonais ont habité dans de petits villages et travaillé comme agriculteurs. Certains disent que la société japonaise est profondément influencée par ce contexte car la vie paysanne avait demandé une conscience collective et une coopération entre voisins. Bien que les Japonais contemporains travaillent en ville, ils gardent toujours la nostalgie envers les paysages rustiques. Ceux qui ont une famille dans leur pays natal rural essaient d’y rentrer au moins une fois par an, surtout au Nouvel an. Même si on est né en ville, on a une bonne image de la campagne agricole, comme décrite dans le film mon voisin Totoro (となりのトトロ). Néanmoins, aujourd’hui, il n’y a que 5 % de la population qui s’occupe de l’agriculture.

Mis à part les beaux villages, on voit souvent des montagnes couvertes de cèdres au lieu d’arbres indigènes. C’est le résultat de la politique du gouvernement japonais après-guerre. Il a encouragé la plantation des cèdres car il prévoyait leur utilisation pour reconstruire le pays. Aujourd’hui, selon les régions, ces arbres ne sont pas bien entretenus par l’État à cause des bois moins chers importés en provenance d’autres pays asiatiques. Les cèdres à l’abandon sont la cause d’allerigies aux pollens.

Les travaux de barrages sont aussi souvent controversables. Mais des hommes politiques ruraux, ayant un pouvoir fort, veulent dépenser beaucoup d’argent pour assurer et stabiliser la situation de l’emploi des habitants.

L’Association des Plus beaux villages du Japon fait des efforts pour protéger les paysages et faire découvrir leurs charmes aux touristes japonais et aux touristes étrangers. Pourquoi ne pas les visiter dans le futur ?

JSS

Le Sakura

Quand les hirondelles retournent en France les fleurs de cerisiers font le printemps au Japon. Le Sakura, cerisier du Japon est aimé par les Japonais en tant que fleur nationale mais n’est pas le symbole officiel du Japon. Ses fleurs étant éphémères, les Samouraï d’autrefois ont comparé leur vie à celles des Sakura car ils frôlaient la mort très souvent sur le champ de bataille.

Comme l’année scolaire commence en avril au Japon c’est aussi le symbole d’un nouveau départ, cependant cette image est parfois étrange pour certaines personnes car autrefois les cerisiers fleurissaient plus tôt par rapport à aujourd’hui. Dans la chanson très célèbre « Sakura » il y a les paroles suivantes :

Sakura Sakura
Yayoi no sora wa
Miwatasu kagiri
Kasumi ka kumo ka
Nioi zo izuru
Izaya izaya
Mini yukan

Traduction :

Les cerisiers sont admirables
Sous le ciel de mars
Qui s’étend à perte de vue
Avec l’odeur du printemps
Depuis la brume et les nuages
Partons aller adimirer
La floraison des cerisiers

Donc les cerisiers étaient plutôt le symbole de mars.

Les Japonais ressentent la vitalité de la nature à travers les cerisiers et aiment bien faire le « Ohanami ». C’est un banquet ou pique-nique à l’extérieur pour admirer les fleurs et de préférence sous un cerisier. Il y a beaucoup de monde dans le Parc de Maruyama, le premier parc de Kyoto situé derrière le Sanctuaire de Yasaka. En fait, les pollens de cerisier contiennent l’éphédrine substance qui stimule les nerfs sympathiques donc il est vrai que l’on reçoit l’énergie par les cerisiers.

Au printemps vous pourrez trouver aussi un « Sakuramochi » dans les pâtisseries japonaises. C’est un gâteau traditionnel de pâte de riz enveloppé avec une feuille de cerisier salée.