La maison de Kitaro Nishida detruite

La promenade des philosophes, qui longe le canal du lac Biwa à Kyoto, a été nommée d’après Kitaro Nishida, qui a utilisé le sentier pour sa méditation quotidienne.

L’ancienne maison du philosophe Kitaro Nishida (1870-1945) a été détruite. Nishida, fondateur de l’école de philosophie de Kyoto, loua cette maison japonaise traditionnelle de 1912 à 1922. Elle se trouve à 500 mètres au nord-ouest de l’Université de Kyoto, où il était professeur.

La maison en bois de 2 étages a été construite dans la dernière partie de l’ère Meiji (1868-1912). Les conditions détériorées de la maison de plus de 100 ans ont été citée comme la raison de sa démolition.

Continuer la lecture de « La maison de Kitaro Nishida detruite »

Kyoto

Kyoto ou Kyōto
Kyoto ou Kyōto

Kyoto ou Kyōto signifie en Japonais littéralement «ville capitale» est situé dans la région du Kansai au centre du Honshū, la ville est entourée par des montagnes.

Pendant plus de 11 siècles, Kyôto fut le centre du pouvoir au Japon.

De 794 à 1868 elle était la capitale impériale du Japon sous le nom de Heian-kyō (Capitale de la paix et de la tranquillité).

La ville a été développée selon le motif de grille sous le modèle de la tradition de géomancie chinoise.

A ce jour, elle est plus au moins le cœur culturel du Japon. Cette ville est devenue industrielle et moderne, il reste quand même environs 1600 temples bouddhistes et 400 sanctuaires shintoïstes avec des jardins absolument magnifiques.

Certains temples à Kyoto sont classés patrimoine mondial de l’UNESCO «Monuments historiques de l’ancienne Kyoto». Le tourisme constitue une importante part de l’économie de Kyoto.

Continuer la lecture de « Kyoto »

Kabuki ou le théâtre populaire japonais 歌舞伎

Le Kabuki (歌舞伎) est un théâtre traditionnel qui date du XVIIème siècle, il mélange trois arts : la musique, le danse et le drame. Il est joué uniquement par des hommes.

La participation des femmes a été interdite sous le shogunat et cette pratique n’a pas changé depuis. Un acteur ne jouant que des rôles de femmes, Oyama(女形), est souvent plus juste dans son interprétation et plus coquet que si c’était une femme.

Tout y est exagéré et stylisé : les couleurs des costumes élaborés et voyants, le maquillage original et symbolique (Kumadori, 隈取), les rôles surhumains et les moments d’arrêt dans les gestes de l’acteur aux points culminants de l’action. C’est cet ensemble qui constitue la beauté pittoresque du Kabuki.

Continuer la lecture de « Kabuki ou le théâtre populaire japonais 歌舞伎 »

Le pont Tatsumi bashi

Marcher cinq minutes vers le nord depuis le quartier de Gion… Il y a beaucoup de maisons en bois près du pont Tatsumi-bashi (巽橋) qui traverse la petite rivière Shirakawa. Vous aurez sûrement l’impression que c’est un paysage du 17ème siècle. C’est un endroit charmant et les Kyotoites veulent transmettre ce quartier à la postérité. Situé à la limite nord de Gion, c’est là que la culture traditionnelle a commencé à s’épanouir.

Ce quartier est composé de deux rues, Gion-Shinbashi et Shirakawa-Minami. À l’intersection des rues se trouve le petit sanctuaire « Tatsumi-Daimyojin ». Il abrite la déesse  « Benzaiten », la Déesse qui symbolise l’art et l’eau. De bon matin, des Maiko viennent ici prier pour maitriser les arts traditionnels.

La rivière Shirakawa (littéralement rivière blanche) est vraiment magnifique avec ses cerisiers et ses saules. Le poète du XXème siècle, Yoshii Isamu, adorait ce quartier et lui a dédié ce poème :

Kanikaku ni     Gion wa koishi     neru toki mo  makura no shita no     mizu no nagaruru (Gion est tellement adorable que j’entends le son de sa rivière au chevet.)

Ce poème est écrit sur la pierre au milieu de la rue Shirakawa-Minami. Continuer la lecture de « Le pont Tatsumi bashi »