Visites du temple Shimogamo-jinja pour le nouvel an

D’après Gad Elmaleh, la France est le seul pays au monde où l’on se souhaite « Bonne Année » jusque fin février. (sketch de la bonne année!)

Alors, je vous souhaite, avec un peu de retard, une excellente année!

Cette fois-ci, je vous présente les photos de ma première visite au temple shintô pour le nouvel an.

93002147

Au Japon, on va prier dans un temple Shinto en début d’année. Cette coutume se dit « Hatsu-môdé 初詣 » première visite au temple. Moi, j’ai visité le temple shintô Shimogamo-jinja avec ma famille.

Continuer la lecture de « Visites du temple Shimogamo-jinja pour le nouvel an »

La fête de setsubun du sanctuaire Yoshida (Kyoto)

Les fêtes de setsubun (節分) ont lieu dans tout le Japon le 3 février. Cette date correspond à la veille du printemps selon le calendrier lunaire. On lance des haricots secs, en japonais mame (豆), pour chasser les démons et inviter le bonheur, en disant ‘oni wa soto, fuku wa uchi (鬼はそと、福はうち)’ ; les démons à l’extérieur, le bonheur à l’intérieur. Si vous voulez voir cette fête à Kyoto, visitez le sanctuaire Yoshida (吉田神社), situé près de l’université de Kyoto, qui est connu pour sa cérémonie traditionnelle.

 

Le mot setsubun s’écrit ‘節分’ et veut dire séparer les saisons (節 = saison ou nœud, 分 = séparer). Ce rite marque donc la transition d’un hiver sévère à un printemps doux. Comme la température descend au plus bas pendant cette saison et qu’autrefois beaucoup d’enfants mourraient de froid,  il est compréhensible que les Japonais pratiquent ce rite dans tout l’archipel. Soit dit en passant, le calendrier lunaire est vraiment bien adapté au changement de climat de ce pays. Même aujourd’hui, certains pêcheurs choisissent leurs jours de pêches selon ce calendrier.

Mais pourquoi le 3 février ? La clef de l’énigme réside dans les chiffres : au Japon, les chiffres pairs (2, 4, 6…) symbolisent le yin, l’énergie négative, et les chiffres impairs (1, 3, 5…) le yang, l’énérgie positive. Le 3 février (le 3. 2.) est considéré comme un moment de confrontation du yin et du yang qui engendre l’esprit malin et attire le malheur.

Entre parenthèse, pour cette même raison, les fêtes joyeuses sont pratiquées au Japon aux dates combinant des chiffres impairs car ce sont les moments où l’énergie positive est à son maximum : le 3 mars pour hinamatsuri, fête des petites filles ; le 5 mai pour tango-no-sekku, fête des garçons ; le 7 juillet pour tanabata, fête des étoiles qui rappelle une ancienne légende chinoise sur les étoiles Véga et Altaïr ; le 9 septembre pour chôyô-no-sekku, fête où on mange du potiron en espérant la santé.

Continuer la lecture de « La fête de setsubun du sanctuaire Yoshida (Kyoto) »

Bonsaï -partie 2-

Comme les objets rares, la valeur d’un bonsaï s’élève à mesure que les années passent. Sur certains vieux bonsaïs, une partie du tronc est dénudée. Appelée shari (舎利), os de Bouddha, cette partie est précieuse et contraste avec la couleur brune des parties où subsiste l’écorce, appelées mizu-sui (水吸い, mizu = eau ; sui = absorber), car la sève y circule encore. Cette opposition illustre le cours de l’existence : la vie et la mort.

  Continuer la lecture de « Bonsaï -partie 2- »

Mochi-bana

 

A Kyoto, on fait un grand nettoyage de la maison avant la fête du nouvel an, car si on fait le nettoyage en début d’année, on risque de balayer le dieu en visite chez soi. Les diverses décorations sont ensuite mises à l’entrée et à l’intérieur de l’immeuble. La mochi-bana (餅花), littéralement, fleur de mochi (pâte de riz)’ est un ornement traditionnel de saule et de fleurs artificielles de riz.

Le Nouvel An au Japon

「一月一日、あなたの心の中にいたいから (Ichigatsu tsuitachi, anata no kokoro no naka ni itai kara: j’espère que vous pensez à moi le 1er janvier.)。」

Voici un argument de vente de la Poste japonaise, Nippon yubin. Le jour de l’an, le facteur apporte les cartes de vœux (nengajo 年賀状, voir photo) qu’on lira en toute tranquillité et auxquelles on répondra si nécessaire. 2011 est l’année du lapin. Le Nouvel An est au Japon l’une des fêtes les plus importantes de l’année et a, à la différence de la France, un caractère familial prononcé. Les gens retournent pendant plusieurs jours (en général trois jours entre le 1er et le 3 janvier, souvent appelés sanganichi.) dans leur région natale. On échange des vœux de bonne année avec ses proches, ses voisins et ses amis.

Bonne année 2011 à nos lecteurs 😉

L’équipe de Japon Sans Sushi