Le syndrome de Paris

Le Syndrome de Paris, en japonais Pari shōkōgun (パリ症候群), est un trouble psychiatrique qui touche spécifiquement des touristes japonais en voyage à Paris.

On estime de 10 à 20% le nombre de Japonais qui écourte leur séjour sur la capitale et si ils ne peuvent pas fuir, alors ils s’enferment dans leur chambre d’hôtel jusqu’au départ.

Pour les cas les plus graves une vingtaine de personnes chaque année sont  hospitalisées ou rapatriées au Japon.

Même s’il est rare, il frappe par son intensité : décompensation psychotique transitoire avec délires de persécution, hallucinations, convulsions, tachycardie, et attaques de panique…

C’est en 1986 que le Docteur Hiroaki Ōta (太田 博昭), psychiatre à Paris, repère pour la première fois ce syndrome.

Selon lui, l’origine du trouble vient du décalage entre l’image que se font les Japonais de la France et la réalité. 

En effet, ici au Japon, la France est synonyme d’élégance, de romantisme et de culture…

Sa capitale Paris, en particulier, est sublimée au quotidien dans des publicités pour des produits de luxe « made in Paris« .

Elle apparaît comme au temps du Montmartre et du Montparnasse des années folles, ou encore comme dans le film Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain, qui connaît un grand succès auprès des japonais.

Mais en réalité, Paris est loin de correspondre à cet idéal, ce qui constitue un premier choc.
 

Le comportement des français envers les étrangers, mondialement réputé pour sa nonchalance, génère un deuxième choc.

En effet, le syndrome de Paris est aussi le résultat du fossé entre les codes culturels de l’hospitalité au Japon et en France. Continuer la lecture de « Le syndrome de Paris »

Kennin-ji

kenninji

Le Kennin-ji (建仁寺) est situé dans l’arrondissement de Higashiyama-ku à Kyoto, au Japon, dans le quartier touristique de Gion. Il fut nommé Gozan (五山, l’un des cinq grands temples de Kyōto) en 1334. Il contrôle actuellement presque 70 temples annexes.

L’ensemble des bâtiments date du XVIIIe siècle à l’exception de la chūmon (中門, porte centrale) qui date de la création du temple et la pagode à cinq étages, Yasaka-tō (八坂塔), érigée en 1440 et restaurée en 1618. Le temple contient également 3 jardins zen.

En 1202, le temple Kennin-ji fut fondé par le moine Eisai (栄西) à la demande de Minamoto no Yoriie (源頼家). C’est le plus vieux temple zen de Kyoto, les bâtiments sont magnifiques et s’ouvrent sur un jardins sec, un jardin de thé et un jardin de mousse et de roches.

Le jardin Daiôen (大雄苑) est constitué par de la mousse verte et des grandes pierres sur du sable blanc, un très beau jardin Zen.

Le jardin Chôontei (潮音庭) est une cour carré offrant une particularité rare de pouvoir être admirer et être aussi belle de tous les côtés.

Le jardin ○△□no niwa (○△□乃庭) représente six pensées principales du bouddhisme ésotérique (密教). Le ○ signifie l’eau, △ signifie le feu et □ signifie la terre. L’aspect principal de l’univers est d’être constitué par des formes simples.

jardin zen kennin ji

jardin zen kenninji

L’expression « Cinq grands temples » (五山, Gozan) se réfère à dix temples bouddhistes japonais de la branche Zen et de l’école Rinzai (il y a trois écoles du bouddhisme Zen: Rinzai, Sōtō et Ōbaku).

Continuer la lecture de « Kennin-ji »

Tatami 畳

Le tatami 畳 est le tapis de paille traditionnel du Japon. Il est composé d’une natte fixée sur un socle de paille compressée d’environ 90 cm sur 180 et pesant 30 kg. 畳 littéralement « rempli » ou « tassé ».

tatami-1

On y pratique les arts martiaux comme Judo (柔道) et de nombreuses maisons japonaises possèdent une ou plusieurs pièces de style traditionnel avec des tatamis.

Leur nombre permet de se faire une idée précise de l’espace de la pièce : le tatami est considéré comme unité de mesure pour la surface d’une pièce et on parle souvent d’une pièce de six tatami ou de quatre tatami et demi (en japonais, le premier se dit rokujo 六畳 et le dernier yojo-han 四畳半, environ 7 mètres carrés). Ce sont les dimensions ordinaires de pièce de maison japonaise.

tatami-room

Les tatami absorbent l’humidité de l’air en été et au contraire gardent la chaleur en hiver. Au Japon on doit se déchausser avant d’entrer dans la maison ou de marcher sur le tatami afin de ne pas apporter la saleté de la rue.

En effet, on s’y assoit directement et on peut aussi y dormir en installant un matelas léger (le futon 布団) au moment de se coucher, puis on le range le matin dans un placard.

Une pièce de tatami peut ainsi avoir plusieurs fonctions : on peut y travailler, manger, se divertir et elle peut servir de chambre à coucher. Le tatami permet de vivre simplement dans un espace limité. On appréciera leur souplesse au pied et leur odeur de paille lorsqu’ils sont neufs.

La disposition des tatamis suit certaines regles :

Shūgijiki disposés dans les deux sens et Fushūgijiki disposés en sens unique.

tatami-disposition

Les japonais qui nettoient Paris !

Paris est sale ! C’est ce que 90% des touristes pensent quand ils viennent dans la capitale !! Aie! Aie!

Pourtant il y a des poubelles partout, une armada de fonctionnaire de la ville de Paris dédié à cette tâche. D’ailleurs ou sont-ils ?

Paris, la poubelle ville du monde.
Paris, la poubelle ville du monde ?

En revanche vous avez peut-être vu des Japonais nettoyant Paris, voir la place de l’Opéra le 20 mars 2016 dernier? Cette belle action écologique n’était pas dû au hasard, l’opération a été lancé par l‘association japonaise Green Bird.

Green Bird - Opération de nettoyage au Trocadero
Green Bird – Opération de nettoyage au Trocadero

Green Bird (グリーンバード, Gurīn bādo) a été créée à Tokyo en 2003, elle rassemble des volontaires qui se sont donné, dans un premier temps, l’objectif de nettoyer les rues de leur ville.
L’idée est simple : « nettoyer une ville c’est nettoyer les cœurs et les esprits des gens. »
Leur devise est: « Garder propre, garder vert, nous sommes les oiseaux verts« .
Leur but: éveiller les consciences à plus de respect pour notre environnement et nos cités.

Au vu du grand succès de l’association dans tous le Japon, les Oiseaux Verts se sont lancé dans le nettoyage des plus grandes villes du monde entier.

Concernant la France, c’est notre belle capitale qui est nettoyée par l’association depuis 2007.

Paris en a bien besoin, les Touristes du monde entier se plaignent de l’image indécrottable de la ville où la propreté devient inexistante, ce qui les empêchent de profiter des monuments et autres magnifiques paysages que devrait offrir la ville.
C’est donc depuis 2007, que l’association se rassemble une fois par mois pour nettoyer les quartiers de Paris. Un travail bénévole réalisé à la main à l’aide de sacs et de pinces.

«Keep clean. Keep Green» !
«Keep clean. Keep Green» !

Continuer la lecture de « Les japonais qui nettoient Paris ! »

Uji

Uji (宇治市, Uji-shi) est une ville du Japon située au sud de Kyoto dans la préfecture de Kyoto. En 2010, Uji a une population estimée à 189 526 habitants, ce qui en fait la plus grande ville de la préfecture, après la ville de Kyōto.

Uji

La ville se trouve sur la rivière Uji (Ujigawa), qui prend sa source dans le lac Biwa. Située entre les deux anciennes capitales de Nara (奈良) et Kyōto (京都), et étant une des plus anciennes villes du Japon, ses racines vont presque aussi profond dans l’histoire du Japon que celles de ses deux illustres voisines.

Uji a été le théâtre de nombreuses célèbres histoires anciennes ; rare exemple d’une ville japonaise historique dont le développement moderne n’a pas perturbé la beauté traditionnelle de la ville. Il y a des magasins qui sont ouverts depuis des centaines d’années. La ville est également célèbre pour son thé vert (Matcha, Bancha, Sencha ou Gyokurô)

Thé vert - Matcha

Continuer la lecture de « Uji »

Quels sont les avantages d’utiliser un guide-interprète japonais et francophone ?

 

Si vous êtes en train de planifier votre voyage au Japon, je vous recommande de chercher un guide-interprète japonais et francophone. Il est vraiment agréable de visiter avec un japonais capable de vous guider pour les raisons suivantes :

1. C’est une rencontre avec un Japonais

Visiter des lieux, déguster la cuisine traditionnelle, descendre dans un bon hôtel… ce sont des plaisirs du voyage. Mais rencontrer les autochtones est aussi très important.

Ce n’est que par un Japonais que vous pourrez comprendre le caractère des Japonais. Leur façon de penser, leur gentillesse, leur respect pour les traditions… Il vous racontera des histoires qui vous permettront de mieux appréhender ce qu’est le Japon. Les Japonais sont généralement très accueillants et auront plaisir à vous présenter les charmes de leurs villes ou villages. Ils auront surtout plaisir à se lier d’amitié avec vous et cela fait une grande différence de pouvoir ou non se faire des amis dans un pays inconnu.

Continuer la lecture de « Quels sont les avantages d’utiliser un guide-interprète japonais et francophone ? »

Les Japonais, partie 5 : l’harmonie pour vivre

japonais partie 5 1 

« JSS, les jardins sont très beaux au Japon. En France, ils servent à embellir un site bâti, et ils sont généralement géométriques. Mais ici, les jardins sont d’abord conçus pour que les gens profitent de la nature, et les temples et les maisons sont construits autour. On peut y voir le vrai visage de la nature », m’a dit un touriste français dont je me suis occupé une fois.

  Continuer la lecture de « Les Japonais, partie 5 : l’harmonie pour vivre »

Les Japonais, partie 3 : importance du repas classique

japonais partie 3 1

Dans les supermarchés, même les légumes indiqués « sans produits chimiques » ne sont pas certifiés sans insecticides, car les néonicotinoïdes, interdits en France, sont couramment utilisés sur ce type de produits agricoles. Il faut dire que la plupart des fermes japonaises dépendent de J.A., coopérative agricole japonaise. Elle oblige les agriculteurs, à utiliser des insecticides agricoles et des engrais afin d’assurer une production massive des cultivars que fournit cette société. Ce sont des graines issues de manipulations biotechnologiques et non pas d’espèces indigènes. Ces F1 hybrides sont la première génération d’un croisement entre deux variétés distinctes. Ces plantes hybrides donnent des graines différentes des graines hybrides F1, obligeant les agriculteurs à racheter des semences chaque année à la coopérative.

 

Continuer la lecture de « Les Japonais, partie 3 : importance du repas classique »

La langue japonaise -partie 3-

Comme la différence entre ‘tu’ et ‘vous’ en français, le rapport entre le locuteur et l’interlocuteur est important dans la langue japonaise, qui demande le respect strict à l’égard des supérieurs. Les verbes font des conjugaisons précises selon l’ordre hiérarchique des situations.

Cette nature résulte des circonstances sociales de l’époque Meiji (明治時代, 1868-1912) où les Japonais, suite à l’ouverture du pays aux étrangers, ont compilé leurs anciens dialectes et développé une langue contemporaine pour contribuer à l’unification de leur territoire : en parlant la même langue, les Japonais sont davantage unis. Ainsi, la langue standard hyojungo est-elle utilisée aujourd’hui à Tokyo et dans les bulletins d’informations.

Différant du français qui n’utilise que ‘je’ pour parler de soi, le japonais se sert de boku (僕) ou ore (俺) pour les hommes et watashi (私) ou atashi (あたし) pour les femmes. Ore doit s’utiliser seulement entre amis. Dans le travail ou les scènes formelles, nous devons tous dire watashi et utiliser les termes honorifiques, keigo. D’ailleurs, dans les couples âgés, certaines japonaises utilisent parfois les keigo dans leur conversation pour parler de leur mari. De plus, alors que les mots japonais n’ont pas de genre,  certains termes sont convenables seulement pour les hommes, d’autres pour les femmes. Exemple : pour dire ‘j’ai faim’, les femmes devraient dire onaka ga suita, et non hara hetta.

Selon les régions, les Japonais parlent des dialectes différents. Linguistiquement parlant, les quatre grands groupes dialectaux sont l’est du Japon (Kantô, Tôhoku, Hokkaidô / 関東, 東北, 北海道), l’ouest du Japon (Chûbu, Kinki, Chûgoku, Shikoku / 中部, 近畿, 中国, 四国), Kyûshû (九州) et Ryûkyû (琉球 = Okinawa 沖縄). Ces séparations sont dues aux facteurs historiques et géographiques : le pays étant montagneux et composé de milliers d’îles, le peuple migrait rarement. En conséquence, plusieurs dialectes ont vu le jour dans cette petite nation (380 000 ㎢), et il existe encore actuellement des différences, comme pour l’anglais au Royaume-Uni. Les Japonais peuvent deviner le lieu de naissance de quelqu’un à ses paroles.

A propos, les étrangers ont tendance à penser que le japonais est proche du chinois puisque ces deux langues comportent des kanji. Mais en réalité, d’un point de vue phonétique ou grammatical, ces deux langues n’ont fondamentalement rien en commun car les Japonais ont emprunté les kanji et les ont adaptés à leur langue. Le japonais reste une langue dont l’origine n’est pas clairement définie, et en dépit des efforts de nombreux spécialistes, c’est tout au plus son appartenance au même groupe linguistique que le coréen qui a pu être élucidée jusqu’ici.

Voir partie 1, partie 2 et parlons kyo-kotoba, le dialecte de l’ancienne capitale

JSS