La Tour de Tokyo

Inaugurée en 1958, la Tour de Tokyo (東京タワー) est une tour de radiodiffusion dans l’arrondissement de Minato, au sud de Tokyo. Elle culmine à 333 mètres de hauteur et se reconnaît à ses couleurs rouge et blanche.
Petite soeur de la tour Eiffel, la Tour de Tokyo la dépasse cependant en hauteur.

Elle fut conçue par Tachū Naitō (内藤 多仲), un architecte spécialisé en construction parasismique, à la demande du gouvernement japonais. La Tour de Tokyo devait alors être le symbole de la reconstruction du Japon, qui avait subit tant de dommages pendant la Seconde Guerre Mondiale. Elle devait aussi aller au-delà des records occidentaux ; c’est pourquoi elle dépasse la tour Eiffel de 33 mètres et pèse dix tonnes de moinsElle resta ainsi pendant plus de cinquante ans la plus haute tour du Japon, avant d’être dépassée en 2012 par la Tokyo Skytree (東京スカイツリー), qui s’élève à 634 mètres de hauteur.

La Tour de Tokyo brille la nuit et selon les saisons et selon les événements. Elle s’illumine en orange l’hiver et en blanc l’été.  Tous les samedis, la Tour de Tokyo s’illumine de son « voile de diamant » (ダイヤモンドヴェール), ornée de 276 lumières de sept couleurs différentes, chacune symbolisant un message :

Blanc : l’Éternité et la Succession

Jaune : l’Espoir et la Célébration

Turquoise : la Terre et la Paix

Rose : le Rêve et le Bonheur

Bleu : l’Eau et la Vie

Vert : la Nature et l’Environnement

Rouge : l’Amour et la Gratitude.

La culture du pourboire au Japon

Dans les cultures occidentales, le pourboire est une récompense qui témoigne de la qualité du service donné par l’employé et génére une partie conséquente du salaire.

Dans certains contextes, il est considéré comme malpoli de ne pas laisser de pourboire ; dans d’autres, le pourboire est calculé selon un pourcentage fixe, voir même obligatoire aux États-Unis par exemple.

Au Japon, c’est le contraire. Le pourboire n’éxiste pas.

Les japonais considèrent qu’un service irréprochable est la norme, c’est pourquoi le pourboire n’est pas nécessaire et compris dans le prix.

Laisser un pourboire au Japon, cela sous-entend que l’employé ne ferait pas toujours de son mieux, ce qui peut-être vécu comme une humiliation.

Certains employés peuvent aussi interpréter le pourboire comme le signe qu’ils ne sont pas assez estimés et conséquemment rémunérés par leur employeur.

Bref, le pourboire est irrespectueux !

Dans le meilleur des cas, si vous laissez tout de même un pourboire, le scénario le plus probable est le suivant : un employé signalera au gérant l’argent laissé sur la table, et toute l’équipe s’activera pour tenter de retrouver le client ayant « oublié » son argent, afin de le lui remettre.

Autrement dit, un pourboire cause plus de souci qu’autre chose ici.

Pour vous conformer aux normes locales japonaises, il est préférable de ne pas laisser de pourboire mais de rester toujours courtois et respectueux en rapport avec son environnement.

 

Silence de Martin Scorsese

XVIIème siècle, deux prêtres jésuites se rendent au Japon pour retrouver leur mentor, le père Ferreira, disparu alors qu’il tentait de répandre les enseignements du catholicisme.

Au terme d’un dangereux voyage, ils découvrent un pays où le christianisme est décrété illégal et ses fidèles persécutés. Ils devront mener dans la clandestinité cette quête périlleuse qui confrontera leur foi aux pires épreuves.

Silence est inspiré du roman de l’écrivain japonais  et catholique pratiquant, Shusaku Endu, déjà adapté en 1971 par le réalisateur Masahiro Shinoda.

Le livre, son plus célèbre, est un roman historique sur la vie du missionnaire portugais Cristóvão Ferreira.

Les Navires Noirs

Les navires noirs ou vaisseaux noirs (黒船, kurofune) sont le nom donné aux bateaux à vapeur américains par les Japonais au XIXe siècle.

Ce nom désigne d’ordinaire la flotte du commodore américain Matthew Perry, composée de quatre canonnières (le Mississippi, le Plymouth, le Saratoga et le Susquehanna), qui accosta au port d’Uraga le 8 juillet 1853.

Cette force armée, utilisée comme menace, est l’un des facteurs déterminants ayant entraîné l’ouverture au monde du Japon grâce la signature du traité de Kanagawa.

Pourquoi Kurofune ?
La couleur noire fait allusion à la coque des navires, badigeonnée au goudron. Le nom est inscrit dans le Nippo Jisho, le premier dictionnaire occidental japonais, compilé en 1603. Cette appellation sera ensuite reprise pour
désigner la menace technologique occidentale.

La poésie
Cet épisode a traumatisé la population japonaise pour preuve ce kyōka célèbre à double sens qui décrit la surprise et la confusion engendrées par l’arrivée des bateaux mais aussi une situation politique difficile :

泰平の Taihei no
眠りを覚ます Nemuri o samasu
上喜撰 Jōkisen
たった四杯で Tatta shihai de
夜も眠れず Yoru mo nemurezu

Tiré
D’un sommeil paisible
Par le thé Jokisen
Quatre tasses suffisent
Empêchent de fermer l’œil de la nuit
où bien …
Les bateaux à vapeur
Brisent le sommeil paisible
Du pacifique
Quatre vaisseaux suffisent
Empêchent de fermer l’œil de la nuit

Mais aussi un Matsuri :
Chaque année la troisième semaine de mai à Shimoda, se déroule la « Kurofune Matsuri ». Ce festival consiste en une reconstitution historique costumée de la ville sous la période Edo, composé d’une parade, d’une mise en scène comique de la signature du traité de Kanagawa, d’une cérémonie de commémoration, de feux d´artifices et de tournois sportifs.

Kit de survie…

Vous n’êtes pas sans savoir que le Japon est l’un des pays couvrant le plus de catastrophe naturel au monde; typhon, tornade,  éruption volcanique, tsunami et autres séisme font ragent dans le pays du soleil levant. Évidemment dans le cas d’énorme catastrophe naturel (dernièrement le séisme de magnitude 7 de Kumamoto) les habitants se retrouvent coupés subitement du monde; plus d’électricité, plus d’eau, plus de maison… Le plus grand nombre de morts en général n’est pas forcement lié au séisme en lui même, mais plutôt aux jours de survie qui le suive. Et c’est là que vous devriez être préparé, car au Japon nous ne sommes jamais à l’abri des colères de Madame nature.

Le sac de survie ou encore kit de survie (非常持出袋 – Hijōmochidashibukuro) est un sac à dos à utiliser en cas d’urgence ou en cas de catastrophe naturel qui contient des équipements essentiels à la survie d’autrui. Votre sac doit comprendre de quoi vous protéger, vous identifier, vous nourrir, vous éclairer, vous laver, vous soigner, vous informer, et alerter les secours.

Exemple de sac de Survie
Exemple de sac de Survie

Même si il n’est pas obligatoire au Japon, le gouvernement recommande fortement à la population de s’en procurer un. Dans l’idéal, il vous faut un kit pour chaque membre de la famille, et le must have est d’en avoir un à votre domicile, un à votre lieu de travail et un dans la voiture (si vous conduisez souvent). Continuer la lecture de « Kit de survie… »

Gel anti empreinte digitale sur photo

Il est possible de reconstituer une empreinte digitale depuis des selfies.

C’est connu les Japonais font beaucoup de photos et de selfies avec le signe V (signe de la victoire). Avec les performances des smartphone maintenant on peut faire une copie de l’empreinte digital.

Les Allemands du Chaos Computer Club (CCC) ont montré qu’à l’aide d’une photographie en haute résolution (2 400 dpi), d’un film transparent, de la colle à bois et du graphène en spray, il est possible de reconstituer l’empreinte d’une autre personne et donc de déverrouiller un smartphone, iPhone, autre…

Aussi au Japon on peut acheter du gel masquant d’empreintes digitales pour se protéger quand on fait des selfies !

 

NHK en Français

Très pratique quand on ne comprends pas bien le Japonais et si l’on souhaites resté informé….

Pour suivre les informations Japonaises en Français, NHK propose un service gratuit pour lire ou écouter voir même Podcaster !

NHK en Français

La NHK (日本放送協会, Nippon Hōsō Kyōkai, Compagnie de diffusion du Japon) est une entreprise publique qui gère les stations de radio et de télévision du service public japonais.

La NHK a commencé à émettre à partir de 1925 en se basant sur la radio BBC Anglaise.

Louer une maison à Kyoto

machiya1

Une des choses les plus agréables à faire c’est de louer une maison typique traditionnelle japonaise, Machiya.

Machiya : Ancienne maison traditionnelle de Kyoto en bois, murs en terre, pierres de taille et dater en générale de 80 à 120 ans.

C’est une chance que Kyoto est encore ces maisons dans toute la ville, l’avantage est de ressentir et de voir comment les Japonais vivaient tout en participant à la sauvegarde de la culture japonaise. C’est aussi que l’on peut les louer à deux ou même pour une famille et ainsi on est comme chez soi !

Néanmoins il n’y a pas de label du coup il y a pas mal d’arnaques, souvent ces maisons n’ont rien de traditionnelles elles sont récentes ou ont été complètement désossé, les murs sont en placo-plâtre, le sol en béton et la salle de bain 100 % plastique, c’est comme si vous étiez dans un hôtel ou un vulgaire studio. Plutôt pour une clientèle chinoise et anglo-saxonne (vrai maison pour Mickey !).

Bref renseignez-vous en demandant de quand dates la maison, les travaux et la rénovation car les loueurs jouent sur l’ambiguïté entre maison qui ressemble vaguement à une maison traditionnelle et une vrai maison rénover ancienne traditionnelle. Continuer la lecture de « Louer une maison à Kyoto »