Visite du sanctuaire Fushimi Inari (伏見稲荷大社)

Fushimi-Inari-shrine
Dix milles “Torii”

Le sanctuaire Fushimi Inari (伏見稲荷大社) est un temple shinto situé au sud-est de Kyôto.

Construit sur le Mont Inari en 711 par Hatauji (Coréen) pour rendre hommage à Inari (稲荷), messager de Dieu chargé de veiller sur les récoltes de riz et sur l’agriculture. Cette divinité représente aussi la prospérité des affaires.

Le sanctuaire principal du temple shintoïste a brulé au moment de la guerre d’Onin entre 1467 à 1477. Une guerre de querelles de succession entre chefs de clans, reconstruit en 1499, le sanctuaire Fushimi Inari fait partie des trésors culturels classés Patrimoine Culturel du Japon à ce jour.

On compte environ trente mille temples dédiés à Inari dans tout le Japon, Fushimi est le temple principal. On vient y chercher les faveurs célestes, la sécurité pour toute sa famille, la prospérité etc…

Pendant, les trois premiers jours de l’année entre deux millions et trois millions de personnes viennent y prier. C’est le temple numéro un à Kyoto.

La couleur rouge vermillon du sanctuaire domine dans ce temple shintoïste avec laquelle sont peints les «torii» (grands portiques) qui signifie l’autorité. C’est la couleur aux pouvoirs magiques contre les esprits malins.

Continuer la lecture de « Visite du sanctuaire Fushimi Inari (伏見稲荷大社) »

Le dieu du manga, Tezuka Osamu

Tezuka Osamu (手塚治虫) est l’auteur de manga le plus connu au Japon. Autrefois, le manga était considéré comme destiné aux enfants, mais l’auteur l’a élevé au rang du roman ou du cinéma en tant que technique de narration. Il a fondé les bases du manga japonais et ses nombreuses œuvres impérissables sont aimées même des adultes.

 

Après la Seconde Guerre mondiale, il a obtenu un doctorat de médecine, mais il est devenu dessinateur de manga. Il laisse à son décès en 1989, à l’âge de 60 ans, plus de 700 œuvres. Alors que son nom « Osamu (治) » ne s’écrit qu’avec un seul idéogramme, il s’est créé le pseudonyme « Osamu (治虫) » en y ajoutant un deuxième idéogramme (虫) signifiant « insectes », parce qu’il les aimait depuis son enfance. Son béret et son nez lui servaient de signes distinctifs et un personnage lui ressemblant apparaît souvent dans ses manga.

  Continuer la lecture de « Le dieu du manga, Tezuka Osamu »

Le temple Matsugasaki-Daikokuten (Kyoto)

Au pied de la montagne qui porte le kanji 法 (hô), le Mont Higashiyama, vous trouverez le temple Matsugasaki-Daikokuten. Daikokuten est le nom de l’un des sept dieux mythologiques qui apportent le bonheur. Si vous touchez sa statue, vous recevrez une bonne fortune. La montagne de hô est l’une des cinq montagnes de la fête du feu le 16 août.

Les sept dieux mythologiques au Japon sont :

Ebisu (恵比寿) : dieu qui porte une canne à pêche. Il apporte la prospérité commerciale, une pêche ou une moisson fructueuse.

Daikokuten (大黒天) : dieu qui porte un marteau et est debout sur des sac de riz en paille (voir la photo). Il apporte les biens ou les aliments en secouant son marteau uchide-no-kozuchi (打ち出の小槌).

Bishamonten (毘沙門天) : guerrier qui protège le monde. Si vous trouvez cette statue dans un temple bouddhiste avec trois autres guerriers, celui-ci s’occupe de garder le nord.

Benzaiten (弁財天) : la seule déesse parmi les sept dieux. Elle symbolise l’art, la musique et la beauté. Elle se trouve souvent le long des rivières pour garder la pureté d’eau.

Fukurokuju (福禄寿) : vieux dieu qui symbolise le bonheur, les biens et la vie.

Juroujin (寿老人) : vieux dieu qui apporte la longévité. Il est  également dieu du taoïsme.

Hotei (布袋) : il représente un bonze bouddhiste qui a vécu en Chine. Il est toujours souriant.

JSS