Voyager au Japon ne présenterait aucun risque

L’Association internationale du transport aérien s’appuie sur un communiqué de l’ONU publié le 2 avril pour modérer les inquiétudes liées aux risques pour la santé des voyageurs à destination du Japon et sur l’interruption des vols en provenance ou à destination du pays.

L’Association internationale du transport aérien (International Air Transport Association ou IATA), basée à Genève a bien reçu la confirmation par les six agences de l’ONU chargées de surveiller la centrale nucléaire endommagée de Dai-ichi à Fukushima que ni la santé ni les services de transport n’étaient menacés.

Le communiqué de l’ONU, publié le 2 avril, affirme également qu’il est inutile pour les passagers en provenance du Japon de passer un contrôle de radiation à leur arrivée dans les ports et aéroports.

Ces conclusions sont communes à l’Organisation mondiale de la santé, à l’Agence internationale de l’énergie atomique, à l’Organisation météorologique mondiale, à l’Organisation maritime internationale, à l’Organisation de l’aviation civile internationale et à l’Organisation mondiale du tourisme.

Selon les études menées par ces organisations, la surveillance constante des aéroports japonais et leurs environs montre que les niveaux de radiation ne dépassent pas les limites acceptables du point de vue de la santé. Il est conseillé aux voyageurs à destination du Japon de consulter un site Internet dédié, crée par Le Bureau japonais de l’aviation civile.

Il est également souligné que tous les aéroports du Japon, excepté celui de Sendai, gravement endommagé lors du tsunami du 11 mars, fonctionnent normalement pour les vols domestiques comme pour les vols internationaux.