Le temple Gioji

 

Couvert de mousse et entouré de bambou, Gioji (祇王寺), situé à 20 minutes à pied de la fameuse forêt de bambou, est un beau temple du quartier Arashiyama (嵐山). Cet ermitage est en l’honneur d’une femme du XIIème siècle, Gio. Elle habitait à Kyoto et était réputée être une ravissante danseuse. Elle pratiquait le shirabyoshi (白拍子), sorte de danse exécutée exclusivement par des femmes portant un habit masculin tout blanc. Pour sa beauté, Gio était aimée par le gouverneur d’alors, Taira-no-Kiyomori (平清盛). Ils commencèrent à vivre ensemble.

Un jour, une fille frappa la porte de leur maison. Elle s’appelait Hotoke-gozen (仏御前). Alors que le mari refusait son entrée, Gio ouvrit la porte en éprouvant de la pitié pour cette fille. Cette dernière, qui était aussi danseuse de shirabyoshi, montra sa virtuosité à l’homme. Son art étant plus élégant que celui de Gio, le mari, séduit, chassa sa femme de chez lui ; à l’époque, Gio avait 21 ans et Hotoke-gozen 17 ans.

Continuer la lecture de « Le temple Gioji »

Tanabata le 7 juillet 七夕

Tanabata  七夕 est la fête japonaise des étoiles issue des traditions de Obon et de la fête des étoiles chinoises, Qi Xi. La fête a généralement lieu le 7 juillet ou le 7 août et célèbre la rencontre de Orihime (Alpha Lyrae ou Véga) et Hikoboshi (Alpha Aquilae ou Altaïr).
La Voie lactée, une rivière d’étoiles qui traverse le ciel, sépare les deux amants, et il ne leur est permis de se rencontrer qu’une fois l’an. Ce jour particulier est le septième jour du septième mois lunaire du calendrier luni-solaire. Il existe plusieurs versions de cette légende chinoise.

Continuer la lecture de « Tanabata le 7 juillet 七夕 »