Tsuyu

Le Tsuyu (梅雨, ou baiu, littéralement «pluie de prunes/pruniers») est la première et principale saison des pluies qui marque l’arrivée de l’été au Japon et qui débute généralement début juin et finissant souvent mi-juillet.
Elle touche tout l’archipel à l’exception du territoire de Hokkaidō (北海道) au nord.

Elle est due aux fronts pluviaux saisonniers qui se maintiennent au-dessus du Japon entre les hautes pressions d’origine tropicale et les anticyclones sibériens. On ne parle pas de mousson au Japon.

Shibuya à Tokyo pendant le Tsuyu.
Shibuya à Tokyo pendant le Tsuyu.

Au japon, saison des pluies n’est pas synonyme de pluies torrentielles sans fin. Vous aurez plutôt droit à une humidité forte (plus de 70%) et à des pluies (sous forme d’averses) alternées avec des moments/journées d’accalmies. Chaque année le Tsuyu est plus ou moins marqué et on s’attend en général à avoir 1 jour sur 2 de mauvais temps.

Le mois de juin n’est donc pas forcement le meilleur moment pour venir au japon si vous êtes fâchés avec la pluie, mais il est à noter que en cette période les tarifs des billets d’avions sont plus avantageux.

À savoir que quand il s’agit du temps, rien n’effraie les japonais (du typhon jusqu’à la tempête de neige, on travail et on vit normalement, le mauvais temps n’étant pas une excuse, c’est tout à fait normal pour eux). Le Tsuyu est donc parfaitement intégré au pays, et ne vous empêchera pas de profiter de votre voyage au Japon si vous décidiez de venir.

Il existe d’ailleurs un magnifique film d’animation dont l’histoire ce déroule tout au long du Tsuyu à Tokyo (言の葉の庭 Kotonoha no Niwa).

Magnifique film d'animation autour du Tsuyu: Kotonoha no Niwa.
Magnifique film d’animation autour du Tsuyu: Kotonoha no Niwa.

Une petite anecdote rigolote, au Japon les jours de pluies, vous devriez voir accrochés aux fenêtres des maisons des petites poupée blanche, qui ressemble pour nous, à des fantômes. On appel ces poupée des teru teru bōzu (てるてる坊主).

Teru teru bozu

Cette petite poupée artisanale fabriquée avec du papier ou du tissu blanc combinée à une comptine traditionnelle (qui tient lieu de prière) sert à chasser la pluie. On lui demande de faire venir le beau temps le lendemain et le jour suivant. Si la poupée échoue, on la menace de lui couper la tête.

À l’origine de cette comptine il y a une légende bien sûr, celle d’un moine bouddhiste (un bonze ou bōzu en japonais) qui avait promis lors d’une longue période de pluie de faire revenir le beau temps. À la suite de son échec, il aurait été décapité.

 

Parole en japonais: (romaji)

Teru-teru-bōzu, teru bōzu
Ashita tenki ni shite o-kure
Itsuka no yume no sora no yo ni
Haretara gin no suzu ageyo

Teru-teru-bōzu, teru bōzu
Ashita tenki ni shite o-kure
Watashi no negai wo kiita nara
Amai o-sake wo tanto nomasho

Teru-teru-bōzu, teru bōzu
Ashita tenki ni shite o-kure
Sore de mo kumotte naitetara
Sonata no kubi wo chon to kiru zo

Traduction :

Teru-teru-bozu, teru bozu
Fais que demain soit une journée ensoleillée
Comme parfois le ciel en rêve
S’il fait beau je te donnerai un grelot d’argent

Teru-teru-bozu, teru bozu
Fais que demain soit une journée ensoleillée
Si tu réalises mon rêve
Nous boirons beaucoup de saké sucré (amazake)

Teru-teru-bozu, teru bozu
Fais que demain soit une journée ensoleillée
Car s’il fait nuageux et que tu pleures
Je devrai te couper la tête

Prenez donc votre K-way et vos bottes pour venir découvrir tous les charmes que propose cette période de l’année!