Ginkakuji -partie 2-

ginkakuji 1

Le temple Ginkakuji, le pavillon d’argent, à Kyoto, est mon monument préféré. Créés par le shogun Ashikaga VIII, à la fin du XVème siècle, le pavillon et son jardin font appel à l’esprit wabi-sabi, c’est-à-dire la sobriété et l’ancienneté. À la différence du pavillon d’or, Kinkakuji, construit un siècle plus tôt par Ashikaga III, le pavillon d’argent n’est pas couvert d’argent. Certains guides du tourisme mentionnent que le shogun voulait le recouvrir d’argent mais qu’il n’en avait pas eu les moyens.

 

Continuer la lecture de « Ginkakuji -partie 2- »

Le Ginkakuji

 

Le mot « gin » veut dire « argent » et le « kaku », « pavillon ». Le Ginkakuji est donc souvent traduit en français le « Pavillon d’argent ». Cependant ce n’est pas exact. La bonne traduction est le « Pavillon dans le jardin d’argent ». Construit à la fin du XVème siècle par le shogun Ashikaga Yoshimasa, le 8ème shogun du clan d’Ashikaga, ce temple zen est le fruit de la beauté fugace.

Yoshimasa aimait l’art dans la solitude. En effet, il a succédé au titre du shogun quand il avait 10 ans. Le XVème siècle, c’est la période qui était marquée par des guerres civiles et la famine qui frappait tout le pays. Donc il a passé son adolescence dans une époque ténèbre et sans aucun doute cette situation a influencé son caractère.

À propos, quand on dit le mot « guerre » parmi les Kyotoïtes, cela ne veut pas dire forcément la Seconde Guerre mondiale mais la Guerre  d’Onin (応仁の乱) entre 1467 et 1477. Elle a tiré son origine d’un conflit de succession du chef de la famille Ashikaga : le fils et le frère cadet de Yoshimasa étaient rivales. La guerre a continué pendant 10 ans et la ville de Kyoto fut réduite en cendre. Yoshimasa était responsable de la guerre et il a pris sa retraite à l’âge de 37 ans. Continuer la lecture de « Le Ginkakuji »