Visites du temple Shimogamo-jinja pour le nouvel an

D’après Gad Elmaleh, la France est le seul pays au monde où l’on se souhaite « Bonne Année » jusque fin février. (sketch de la bonne année!)

Alors, je vous souhaite, avec un peu de retard, une excellente année!

Cette fois-ci, je vous présente les photos de ma première visite au temple shintô pour le nouvel an.

93002147

Au Japon, on va prier dans un temple Shinto en début d’année. Cette coutume se dit « Hatsu-môdé 初詣 » première visite au temple. Moi, j’ai visité le temple shintô Shimogamo-jinja avec ma famille.

Continuer la lecture de « Visites du temple Shimogamo-jinja pour le nouvel an »

Le sanctuaire Yasui-Konpiragû 安井金比羅宮

Dans un coin du quartier de Gion (祇園), au centre-ville de Kyoto (京都), se trouve le sanctuaire Yasui-Konpiragū (安井金比羅宮), renommé pour cette énorme pierre qui régit les liens entre les êtres humains.

Fondée en 794, la ville de Kyoto est riche d’histoire, de culture et de traditions. Le fondateur de l’ancienne capitale, l’Empereur Kanmu (桓武天皇), baptisa la cité Heian-Kyô (平安京), littéralement « capitale de la paix ». Mais elle fut parfois transformée en champ de bataille.

Continuer la lecture de « Le sanctuaire Yasui-Konpiragû 安井金比羅宮 »

Le temple Gioji

 

Couvert de mousse et entouré de bambou, Gioji (祇王寺), situé à 20 minutes à pied de la fameuse forêt de bambou, est un beau temple du quartier Arashiyama (嵐山). Cet ermitage est en l’honneur d’une femme du XIIème siècle, Gio. Elle habitait à Kyoto et était réputée être une ravissante danseuse. Elle pratiquait le shirabyoshi (白拍子), sorte de danse exécutée exclusivement par des femmes portant un habit masculin tout blanc. Pour sa beauté, Gio était aimée par le gouverneur d’alors, Taira-no-Kiyomori (平清盛). Ils commencèrent à vivre ensemble.

Un jour, une fille frappa la porte de leur maison. Elle s’appelait Hotoke-gozen (仏御前). Alors que le mari refusait son entrée, Gio ouvrit la porte en éprouvant de la pitié pour cette fille. Cette dernière, qui était aussi danseuse de shirabyoshi, montra sa virtuosité à l’homme. Son art étant plus élégant que celui de Gio, le mari, séduit, chassa sa femme de chez lui ; à l’époque, Gio avait 21 ans et Hotoke-gozen 17 ans.

Continuer la lecture de « Le temple Gioji »