Politique : Yes we Kan !

Visite ce jour du Premier Ministre Français François Fillon à Tokyo, profitons en pour faire un petit tour politique du Japon.

Dans la Constitution japonaise (日本国憲法), le peuple japonais s’engage à perpétuer les nobles idéaux de paix et de démocratie. L’actuelle Constitution diffère de la Constitution d’avant-guerre sur des points très importants. Les principaux sont les suivants : L’Empereur est le symbole de l’État et du peuple. Le peuple détient le pouvoir souverain. Le Japon comme droit souverain renonce à la guerre. Il renonce également à l’usage de la force comme moyen de règler les différends internationaux. Les droits fondamentaux de l’homme sont garantis comme droits éternels et inviolables.

Les membres de la Chambre des conseillers (Sanngiin 参議院) comme ceux de la Chambre des représentants (Shugiin 衆議院) sont élus comme représentants du peuple. La Chambre des Représentants a la prépondérance sur celle des Conseillers. Le Cabinet est investi du pouvoir exécutif et est responsable devant le Parlement.

L’Empereur n’a aucaun pouvoir en ce qui concerne le gouvernement. Il n’accomplit que certains actes stipulés dans la Constitution. Il nomme par exemple le premier ministre (総理大臣) et le président de la Cour Suprême de Justice (最高裁判所). Toutefois, le premier ministre est d’abord désigné par la Diète (国会) et le président de la Cour Suprême par le Cabinet (内閣). Le Parlement est la plus haute organisation de l’État et le seul corps législatif. Le Parlement se compose de la Chambre des représentants avec 480 sièges et de la Chambre des conseillers avec 242 sièges.

Aujourd’hui, les deux plus grands partis politique sont le parti libéral-démocrate « Jiminto 自民党 » (équivalent UMP en France) et le parti démocrate « Minshuto 民主党 » (équivalent du MODEM). En fait, les élections de la Chambre des représentants ont eu lieu le dimanche 11 juillet 2010. Par conséquent, le premier a gagné 51 sièges et le dernier, 44 sièges.

Le parti libéral-démocrate est né en novembre 1955 de la fusion de deux grands partis conservateurs, représentant le principal rassemblement des forces conservatrices. Il a gouverné le Japon presque sans cesse jusqu’en 2009. Cependant, il a perdu du terrain aux élections en août 2009 et le parti démocrate a fait une grosse percé. Le parti démocrate est un nouveau parti de tendance libérale formé en septembre 1996 pour rivaliser avec le parti libéral-démocrate.

Dettes multiples (200% du PIB), travaux inutiles, gaspillage des impôts et des premiers ministres successifs qui ne tiennent pas très longtemps, d’ailleurs il se murmure que si le président Français Nicloas Sarkozy n’est jamais venu au Japon ce qui peut surprendre, c’est que justement les premiers ministres changent tellement vite et si souvent que le temps manque pour préparer une visite officielle.

Bref les Japonais en avaient assez des politiques du parti libéral-démocrate et l’alternance de l’année 2009 a été un tournant important pour le Japon. Le parti démocrate avait donc attiré l’attention et l’espérance du peuple.

Malgré tout, il a perdu ses sièges cette fois-ci : Hatoyama Yukio (鳩山由紀夫), le premier ministre entre le 16 septembre 2009 et le 8 juin 2010, manquait de leadership et a échoué au sujet du déplacement du camp de l’armée américaine de Futenma (普天間) dans le département d’Okinawa (沖縄, le département le plus sud du Japon). Kan Naoto (菅直人) lui succède mais aux élections de cet été il n’a pas pu obtenir l’adhésion du peuple. Avec cinq Premiers Ministres en quatre ans la situation reste toujours instable et le Japon est en position de blocage politique.