Le kimono longues manches : Furisode

Le kimono longues manches « FURISODE »  est un habit de cérémonie pour les jeunes femmes japonaise. Il est porté lors de grandes occasions, comme les mariages fêtes etc…

L’étymologie du mot « FURISODE  振袖 » vient du mouvement de balancier des manches du kimono « FURI = se balancer, SODE = manche ».  Autrefois, le geste de balancier des manches servait à exorciser le malheur et à purifier pour s’attirer le bonheur.

Les jeunes filles croyaient qu’en balançant les longues manches de leur kimono « FURISODE », elles pouvaient attirer l’âme de l’homme aimé et ainsi susciter l’amour comme par magie.

Après le mariage le « FURISODE » laisse place au « TOMESODE 留袖 » Kimono à courte manche porté par les femmes japonaise lors de grandes occasions. Le « FURISODE » apporte le bonheur à soi même ainsi qu’aux autres.

 Natsuko

Politique : Yes we Kan !

Visite ce jour du Premier Ministre Français François Fillon à Tokyo, profitons en pour faire un petit tour politique du Japon.

Dans la Constitution japonaise (日本国憲法), le peuple japonais s’engage à perpétuer les nobles idéaux de paix et de démocratie. L’actuelle Constitution diffère de la Constitution d’avant-guerre sur des points très importants. Les principaux sont les suivants : L’Empereur est le symbole de l’État et du peuple. Le peuple détient le pouvoir souverain. Le Japon comme droit souverain renonce à la guerre. Il renonce également à l’usage de la force comme moyen de règler les différends internationaux. Les droits fondamentaux de l’homme sont garantis comme droits éternels et inviolables.

Les membres de la Chambre des conseillers (Sanngiin 参議院) comme ceux de la Chambre des représentants (Shugiin 衆議院) sont élus comme représentants du peuple. La Chambre des Représentants a la prépondérance sur celle des Conseillers. Le Cabinet est investi du pouvoir exécutif et est responsable devant le Parlement.

L’Empereur n’a aucaun pouvoir en ce qui concerne le gouvernement. Il n’accomplit que certains actes stipulés dans la Constitution. Il nomme par exemple le premier ministre (総理大臣) et le président de la Cour Suprême de Justice (最高裁判所). Toutefois, le premier ministre est d’abord désigné par la Diète (国会) et le président de la Cour Suprême par le Cabinet (内閣). Le Parlement est la plus haute organisation de l’État et le seul corps législatif. Le Parlement se compose de la Chambre des représentants avec 480 sièges et de la Chambre des conseillers avec 242 sièges.

Aujourd’hui, les deux plus grands partis politique sont le parti libéral-démocrate « Jiminto 自民党 » (équivalent UMP en France) et le parti démocrate « Minshuto 民主党 » (équivalent du MODEM). En fait, les élections de la Chambre des représentants ont eu lieu le dimanche 11 juillet 2010. Par conséquent, le premier a gagné 51 sièges et le dernier, 44 sièges. Continuer la lecture de « Politique : Yes we Kan ! »

La Fête de Gion 祇園祭

La Fête d’Aoi (葵祭), la Fête de Gion (祇園祭) et la Fête de Jidai (時代祭) sont les trois grandes fêtes de Kyoto. La Fête de Gion a lieu durant le mois de juillet, et attire chaque année beaucoup de visiteurs. Elle est liée au sanctuaire Yasaka (八坂神社), qui se trouve à l’extrémité est de l’avenue Shijo (四条通り). A l’origine, la Fête avait pour vocation de chasser les esprits mauvais. Durant le mois de juillet, 32 chars sont montés (23 Yama et 9 Hoko), alors qu’il y en avait autrefois 66, représentant le nombre de provinces de l’ancien Japon.

Continuer la lecture de « La Fête de Gion 祇園祭 »

L’indice Machiya

L’indice Machiya.

Mais qu’est ce que c’est que ce nouvel indice ?

C’est une pure invention de ma part, c’est mon nouvel indice en lien direct avec la reprise économique Japonaise et la destruction des vielles maisons traditionnelles de Kyoto, pour les remplacer par des maisons plastiques ou immeubles affreux comme on en trouve partout dans toutes les villes du Japon.

J’ai référencé 23 maisons traditionnelles détruites en deux mois juste en circulant dans Kyoto à vélo…. Bref l’indice Machiya est au vert en ce moment!

Tanabata le 7 juillet 七夕

Tanabata  七夕 est la fête japonaise des étoiles issue des traditions de Obon et de la fête des étoiles chinoises, Qi Xi. La fête a généralement lieu le 7 juillet ou le 7 août et célèbre la rencontre de Orihime (Alpha Lyrae ou Véga) et Hikoboshi (Alpha Aquilae ou Altaïr).
La Voie lactée, une rivière d’étoiles qui traverse le ciel, sépare les deux amants, et il ne leur est permis de se rencontrer qu’une fois l’an. Ce jour particulier est le septième jour du septième mois lunaire du calendrier luni-solaire. Il existe plusieurs versions de cette légende chinoise.

Continuer la lecture de « Tanabata le 7 juillet 七夕 »

Nara 1300 Ans ! 平城京遷都1300年

En 2010, la ville de Nara (奈良) fête son 1300ème anniversaire. Elle fut construite en 710 sous le nom de Heijo-kyo (平城京) pour devenir la capitale du Japon. Cependant, le rôle de capitale de Nara ne dura pas longtemps puisque la capitale fut transférée en 784 à Nagaoka-kyo (長岡京), au sud de Kyoto, puis 10 ans plus tard dans la ville de Kyoto sous le nom de Heian-kyo (平安京), littéralement « capitale de la paix ». Remarquez que la syllabe « kyo (京) » a souvent été utilisée pour désigner la « ville ». Par exemple, Kyoto (京都) veut dire, littéralement, « ville capitale » et Tokyo « ville de l’ouest » ou « Kyoto de l’ouest ».

Continuer la lecture de « Nara 1300 Ans ! 平城京遷都1300年 »

Le Byodo-in 平等院鳳凰堂

À 10 km au sud-ouest de la ville de Kyoto se trouve Uji, une ville renommée pour son paysage pittoresque et pour la qualité de ses thés. La rivière d’Uji, s’écoule du lac Biwako (le plus grand lac du Japon) et traverse Uji. Avec les montagnes embrumées que l’on peut apercevoir en arrière-plan, elle donne son charme à cette ville.

Situé à côté de la rivière, le temple Byodo-in (平等院) fut construit en 1052 (période Heian) par Fujiwara-no-Yorimichi (藤原頼通). Cette époque fut marquée par l’ascension du clan Fujiwara, une famille aristocratique, qui maintenait son pouvoir en mariant systématiquement ses filles aux jeunes fils de la famille impériale. Grâce à ses relations avec l’Empereur, le clan Fujiwara a connu la prospérité malgré les épidémies, les famines, les séismes et les conflits au cours de l’histoire. Le XIème siècle était considéré comme une période sombre appelée « Mappo (末法) ». En effet, cette période correspond au 2 000ème anniversaire de la mort de Shakyamuni (釈迦)- le grand bouddha ou bouddha suprême Siddhārtha Gautama qui fonda le bouddhisme. Une prédiction disait que, tous les mille ans, le bouddhisme tomberait en désuétude et le pays s’effondrerait si rien n’était fait.

Le seul moyen pour relancer le pays et redonner confiance au peuple était de leur permettre d’accéder au paradis où habitait Amitaabha (Amida 阿弥陀), une sorte de Bouddha (仏陀) éternel.

Yorimichi fit donc construire le pavillon du Byodo-in et fonder une grande statue d’Amida à l’íntérieur. Il a investi beaucoup d’argent dans ce pavillon symétrique qui symbolise l’égalité, notion très importante dans le bouddhisme.

Ce pavillon s’appelle aussi Ho-o-do (鳳凰堂), Pavillon du Phénix, parce qu’il représente un phénix se posant à terre. Le phénix est un oiseau mythologique qui peut renaître plusieurs fois de ses cendres. (Voir aussi le Kinkakuji)

En regardant ce pavillon, vous pourrez imaginer le monde dont les gens d’autrefois rêvaient. Sa disposition est unique au Japon : le pavillon symétrique se place derrière un étang. Le point d’observation correspond à notre monde, le monde des vivants, alors que l’autre côté de l’étang, où se trouve le pavillon, représente l’autre monde, celui où on accède après la mort. Les gens recherchaient ici la tranquillité et venaient prier pour le repos de leur âme. C’est ainsi que ce temple est devenu célèbre au Japon et figure aujourd’hui sur les pièces de dix yens.

À l’intérieur du pavillon, la grande statue de Bouddha réalisée par le sculpteur Jocho trône au centre de la pièce. Autour de lui, accrochées au mur, se trouvaient 52 statues de musiciens sur leur nuage. La moitié d’entre elles est  maintenant exposée au musée Hoshokan (鳳翔館), qui se trouve dans l’enceinte du temple, pour des raisons de conservation. L’ensemble représente le voyage après la mort. En effet, à sa mort, Bouddha et ses accompagnateurs, sous l’apparence de musiciens, viendront chercher l’âme du défunt.

Selon que l’on ait commis des péchés ou non de son vivant, les formations de musiciens descendant sur terre se présentent de neuf façons différentes. Les tableaux peints sur les murs du pavillon représentent Kuhon-raigo-zu (九品来迎図), littéralement « neuf scènes différentes de l’arrivée depuis le paradis ». Les tableaux originaux de l’intérieur du pavillon sont presque effacés, mais vous pourrez voir des répliques dans le musée. Yorimichi mourut à l’âge de 83 ans, dans le pavillon, juste devant la grande statue de Bouddha.

 

 

Baleines Plainte contre le Japon

L’Australie a porté plainte devant la Cour Internationale de Justice (CIJ) pour mettre un terme à la pêche à la baleine pratiquée par le Japon dans l’Antarctique, ont annoncé mardi des responsables japonais.

“Nous avons été informés que l’Australie avait déposé une plainte auprès de la CIJ à propos de la pêche à la baleine scientifique. Nous allons discuter de la façon d’y répondre”, a déclaré un responsable de l’Agence japonaise des Pêcheries.

“Je pense que c’est extrêmement regrettable”, a déclaré Hirofumi Hirano, porte-parole du gouvernement. “Le gouvernement japonais va traiter cette affaire de façon appropriée, en nous appuyant sur notre position.”

Le Japon pêche chaque année plusieurs centaines de baleines au nom de la “recherche scientifique”, approuvée par la Commission baleinière internationale (CBI) qui interdit en revanche la chasse commerciale depuis 1986.

“Nous allons étudier notre stratégie concernant cette plainte. Les détails n’ont pas encore été décidés”, a déclaré à l’AFP un responsable du ministère japonais des Affaires étrangères. Vendredi dernier, le ministre australien chargé de la Protection de l’Environnement, Peter Garrett, avait annoncé que l’Australie allait porter l’affaire devant la Cour de Justice de La Haye. “Nous voulons faire cesser la chasse aux baleines tuées au nom de la science dans l’Antarctique”, avait-il promis. Continuer la lecture de « Baleines Plainte contre le Japon »

Machiya avec un Shoki-San en Or

La Machiya du jour : Une maison Japonaise traditionnelle avec un Shoki San en or.

Le Shoki- San est une petite statue généralement en terre cuite placé sur le petit toit devant la maison qui protège celle-ci contre les mauvais esprits.