Ôsôji, le « ménage du Nouvel An » japonais

Tous les ans, à la fin du mois de décembre, alors que l’Occident s’affaire à fêter Noël, les japonais se préparent déjà au passage de la nouvelle année. C’est le moment du Ôsôji /大掃除.
Ce terme, pouvant littéralement être traduit par « grand ménage », désigne une pratique traditionnelle qui consiste à mettre de l’ordre et nettoyer de fond en comble les habitations, les bureaux, les écoles et autres lieux de vie.

Historiquement, ce rituel serait né à l’époque Edo (1603 – 1868) avec le Susu-harai /煤払い, une tradition qui avait lieu tous les 13 décembre, jour consacré au nettoyage des poussières et de la suie des lampes et des braseros.
Aujourd’hui moins spécifique, ce grand ménage peut prendre des formes très diverses : aération des pièces et des tatamis, désencombrement et suppression des objets inutiles, changement du papier des shôji (portes coulissantes traditionnelles), tri et classement des dossiers…

Au-delà de son aspect pratique, ce travail est aussi l’occasion de se purifier intérieurement, pour pouvoir entamer l’année à venir en toute sérénité. Faire le ménage chez soi, c’est aussi faire le ménage en soi.

De manière moins cartésienne mais tout aussi importante pour les croyances japonaises, Ôsôji est également une façon de se débarrasser des mauvais esprits qui se seraient installés çà et là, cachés entre deux poutres ou derrière un vieux meuble. Majoritairement shintoïstes et bouddhistes, les
japonais pratiquent donc ce grand ménage avec ferveur dans les sanctuaires et les temples.

À Kyôto, il est possible d’assister à cet évènement le 20 décembre, en se rendant aux Nishi et Higashi Honganji, où moines et disciples venant de tout le Japon se réunissent pour nettoyer ensemble ces deux importants temples.

Ce moment de l’année revêt donc un caractère à la fois pratique, psychologique et spirituel, lui donnant une place particulière parmi les nombreuses fêtes et traditions japonaises. S’en suivra Ômisoka /大晦日 (réveillon du Nouvel An) puis Oshôgatsu /お正月 (jour du Nouvel An), certainement la célébration la plus importante du calendrier japonais