Ôhara – Kyoto

À 12 km au nord de la ville de Kyoto 京都 se situe le hameau d’Ôhara 大原, un village nostalgique. Entouré de montagnes verdoyantes, le site devient plus admirable en automne avec ses feuilles rougies. Dans l’air de la province, vous pourrez aussi entendre la prière de moines depuis des temples tels que le Sanzen-in. À la recherche du temps perdu, Ôhara est le lieu qu’il vous faut visiter !

Depuis un millier d’années, des moines femmes pratiquaient leur foi sous les auspices du temple Sanzen-in, un grand temple d’Ôhara, car elles étaient souvent écartées d’autres temples. Par rapport au  Enryaku-ji, le grand temple en haut de la montagne qui refusait l’entrée des femmes, ce temple bouddhiste a offert un endroit de prière sans distinction de sexe. Son jardin humide de mousse et de cyprès demeure magnifique toute l’année.

(Le tarif d’entrée du temple Sanzen-in : 700 yens. Ouvert de 8h30 à 16h30 de décembre à février, de 8h30 à 17h entre mars et novembre.)

Si vous avez le temps de vous balader dans ce quartier, je vous recommanderais les endroits ci-dessous. Ils sont tous à proximité de l’arrêt de bus Ohara :

–         Le temple Raigo-in : temple bouddhiste isolé en amont d’une petite rivière à côté du temple Sanzen-in (le tarif : 400 yens. Ouvert de 9h à 17h). La cascade Otonashi se trouve plus loin. Oto veut dire ‘bruit’ et nashi veut dire ‘sans’. Selon l’histoire transmise dans ce temple, le bonze du Raigo-in a récité des prières devant la cascade, alors le bruit de la chute d’eau a disparu et il s’est mis à régner un silence profond.

–         Le temple Jakko-in : temple paisible offrant un aspect tranquille dans le bois. Le bon moment pour admirer les feuilles rougies est prévu entre mi-novembre et le début de décembre (le tarif : 600 yens. Ouvert de 9h à 17h, mais 9h à 16h30 en décembre).

–         Le restaurant Wappa-do : mets préparés avec des légumes biologiques. David Catte, agriculteur français, s’attache à la « permaculture » : Méthode écologique et traditionnelle pour conserver la biodiversité, la stabilité et les écosystèmes naturels. On peut déguster ses légumes dans ce restaurant Wappa-do, qui était le vieil atelier de teinturier. Réservation : 075-744-3212. Déjeuner : menu de pain maison à 1 000 yens ou menu à 1 800 yens – Dîner : menu copieux à partir de 3 000 yens.

–          Ohara koubou : atelier de teinture végétale. On peut faire l’expérience de la teinture d’étoffe avec des herbes ou des indigos ramassés près de l’atelier. Si vous voulez, vous pouvez commencer par la cueillette des herbes le matin. Possibilité de faire des achats ou une simple visite. Le Tarif et la durée : mouchoir de soie (1 heure, à partir de 500 yens), foulard de soie (2 heures, à partir de 3000 yens). Ouvert de 10h à 17h.  TEL : 075-744-3138

–         Bain de pied, Ashiyu-café : Si vous voulez vous reposer après la promenade, l’ashiyu-café à côté de Jakko-in vous remettra de la fatigue. Il est aussi bon de descendre au Ryokan « Ôhara-sanso », une auberge agréable juste derrière le café.  TEL / Réservation : 075-744-2227

Accès à Ôhara : Prenez le bus n°17 à la gare de Kyoto, à Sanjo-keihan ou bien à Demachiyanagi et descendez à Ôhara (terminus). Le tarif et la temps du transport : 580 yens depuis la gare de Kyoto (63 min), 490 yens depuis Sanjo-keihan (41min), 420 yens depuis Demachiyanagi (33min).

JSS