Nouvelle taxe d’hébergement à Kyoto

A partir du lundi 1er octobre 2018, les visiteurs de Kyoto seront taxé par une augmentation de leurs factures d’hébergement car la taxe des logements en ville entre en vigueur sur plus de 3 200 hôtels, guest house, ryokan, et logements privés.

Kyoto deviendra la troisième ville au Japon à mettre en place une taxe d’hébergement après Tokyo et la préfecture d’Osaka.

Les visiteurs dans les établissements avec des prix de chambre de moins de ¥20 000 par nuit seront facturés ¥200 par personne, par nuit. Les chambres comprises entre ¥20 000 et ¥50 000 seront facturées ¥500 par personne et par nuit et les lieux de charge de plus de ¥50 000 viendront avec une taxe de ¥ 1 000 par personne et par nuit.

Il est conseillé aux touristes de vérifier auprès de leurs agents de voyage si la nouvelle taxe est incluse dans les forfaits voyages qu’ils achètent. Sinon, les visiteurs seront facturés lors de leur départ.

Entre octobre et mars, Kyoto estime que le nouveau régime fiscal rapportera ¥1,9 milliard de recettes et pour l’exercice 2019, la nouvelle taxe devrait rapporter environ ¥4,56 milliards.

«l’argent sera utilisé pour protéger les monuments de Kyoto ainsi que pour les efforts visant à soulager les embouteillages de la ville, en particulier les bus surpeuplés, et à sévir contre les logements privés illégaux», a déclaré Kaoru Yamaguchi, un fonctionnaire de la ville et du Bureau du tourisme.

La congestion du trafic et les logements privés illégaux demeurent un des problèmes à Kyoto, car l’ancienne capitale lutte pour faire face à un nombre record de touristes.

L’année dernière, plus de 15,5 millions personnes ont visité Kyoto, dont 3,5 millions d’étranger, ont annoncé en juillet des fonctionnaires municipaux.

Un des projets mentionnés comprend un métro qui relierait la gare de Kyoto au pavillon d’or dans la partie nord-ouest de la ville, puis la rue principale Kawaramachi vers l’est avant de retourner à la gare de Kyoto.

Cela avant impliquera d’obtenir l’approbation pour la construction autour des biens culturels importants et des résidents locaux, un processus long et probable controversé. . .

D’autres utilisations probables comprennent l’amélioration des toilettes dans les stations de métro, les transformant pour répondre aux besoins des handicapés physiques, et de rendre plus d’informations disponibles pour les touristes dans diverses langues étrangères.

En août, un peu plus de 2 600 hébergements ont été officiellement classés comme de simples d’hébergements, par opposition aux hôtels et auberges traditionnelles. Les responsables de Kyoto ont dit que la plupart étaient des maisons ou des appartements dans des immeubles.