Les trois fêtes traditionnelles du 15 mai (Kyoto)

Le 15 mai est un jour plein de fêtes ici à Kyoto. La fête d’Aoi (葵祭) est l’une des trois grandes fêtes de Kyoto organisée par le sanctuaire Kamigamo (上賀茂神社) et le sanctuaire Shimogamo (下鴨神社). Cette fête de 15  jours dure depuis un millier d’années et commence par le rite de chevaux Yabusame Shinji (流鏑馬神事) le 3 mai, dans la forêt Tadasu-no-mori (糺の森), située au sud du sanctuaire de Shimogamo. Cet événement est important pour purifier le chemin de la procession du 15 mai, point culminant du festival d’Aoi. Le 3 mai, un homme à cheval en costume traditionnel lance une flèche. Le lendemain, le 4 mai,
le rituel Saiodai-Misogi (斎王代禊) se fait dans le même sanctuaire. Saiodai était une femme élue qui a servi les dieux dans les temps anciens. Cette année, une étudiante de l’université Doshisha (同志社大学) a été désignée pour procéder à la cérémonie traditionnelle, en se purifiant les mains à l’eau de la rivière qui s’écoule dans l’enceinte du sanctuaire.

Le 5 mai, les courses de chevaux Kurabeuma-Shinji (photo ci-dessus) a lieu au sanctuaire Kamigamo. Les douze hommes en costumes traditionnels montent à cheval et font la course à partir de 14h. Le 12, le sanctuaire Shimogamo célèbre la fête de Mikage (御蔭祭) : accompagné par la musique, on peut admirer la danse japonaise traditionnelle très élégante et esthétique dans la forêt Tadasu-no-mori du sanctuaire Shimogamo. Enfin, le 15, on présente le défilé en costumes traditionnels. C’est la manifestation la plus importante de
la fête d’Aoi. Avec plus de 500 participants en costumes traditionnels, de nombreux
chevaux, bœufs et chars, ce défilé représente les scènes de l’époque de Heian
(794-1185). Sa procession commence à partir de 10h30 au Palais impérial (京都御所) et se termine à 15h30. Les participants marchent lentement de l’avenue Marutamachi (丸太町通り) jusqu’au sanctuaire Kamigamo, en passant par le sanctuaire Shimogamo.

Le même jour de la procession de la fête d’Aoi, le rite de Mifune (三船祭) se fait à Arashiyama (嵐山) à partir de 14h. Les gens en costumes impériaux jouent de la musique, lisent les poèmes japonais haiku (俳句) et font flotter de jolis éventails sur la rivière Ôi (大堰川). Ce festival du sanctuaire Kurumazaki (車折神社) fut créé à l’origine pour l’Empereur il y a plus de 1 000 ans.

De plus, la fête de Kanko-sai (還幸祭) a lieu dans le sanctuaire Matsuo-taisha (松尾大社), qui se situe au sud d’Arashiyama. Ce sanctuaire abrite le dieu du sake et protège les habitants du quarier Katsura (桂). Les six mikoshi, sanctuaires portatifs que l’on promène dans les rues, rentrent le 15 mai dans ce sanctuaire. Chacun de ces chars sont portés par une centaine d’hommes forts en fundoshi, sorte de pagne porté autrefois par les hommes et servant de cache-sexe. Les mikoshi, lourds, tournent autour de la scène centrale et sont remis devant le sanctuaire pour y rendre l’esprit de dieu. A la fin de la fête, les hommes sont émus jusqu’aux larmes.

JSS