Les maisons de ville en bois Machiya disparaissent de Kyoto

Kyomachiya Kyoto

Les maisons de ville japonaise traditionnelle, sont systématiquement démolie.

Alors que beaucoup de gens déplorent la perte des Geisha et des Maiko à Kyoto, ce sont aussi les Kyomachiya, les ryokan où les artisans et les marchands vivaient et travaillaient dans la ville qui disparaissent aujourd’hui dans un rythme le plus en plus rapide.

Au cours des dernières années, les Kyomachiya ont été systématiquement démolis dans toute la ville. De nombreuses maisons de ville se sont transformées en maison presque à 100 % made in china et plastique ou bien en immeuble de médiocre qualité.

Une enquête menée en 1998 par la ville de Kyoto montre qu’il ne reste qu’environ 28 000 maisons en bois traditionnelles (sur des centaines de milliers après la Seconde Guerre mondiale), et environ 500 autres sont détruites chaque année. Entre 1993 et ​​2003, plus de 13% des kyomachiya ont été détruits. En faites les maisons n’ont pas étaient détruite pendant la guerre puisque Kyoto n’a pas était touché mais en réalité se sont les Japonais eux même qui les détruises sous le couvert de l’industrialisation à marche forcée du Pays.

Ce n’est pas que les Kyotoites aient tourné le dos à la tradition; le déclin de la kyomachiya dans la ville est en grande partie dû à la politique du gouvernement basé sur l’industrialisation à outrance et à l’économie à court terme sans véritable vision à long terme. Depuis 1936, les autorités ont interdit la construction de nouvelles Kyomachiya, tandis que celles qui restaient ont été démolies car en prime les droits de succession sont très élevés au Japon. Résultat Kyoto est complètement défiguré dans le centre-ville et perd beaucoup de son charme.

Les boutiques en bois d’artisans et de marchands ont prospéré à Kyoto plus que partout ailleurs au Japon en raison de la présence de la cour impériale. Les maisons longues et étroites des commerçants étaient adaptées à leur commerce et à leur style de vie: un magasin à l’avant et la maison pour y vivre à l’arrière. (Un deuxième étage était très mal vue, conformément à une tradition qui interdisait à quiconque de se tenir plus haut que le shogun à cheval.)

Les kyomachiya d’origine laissés dans certaines parties de la ville n’ont guère changé par rapport à celles construites pendant la période Edo (1603-1868). La plupart des maisons de ville ont conservé leurs activités d’origine depuis un siècle avec des façades toujours conformes au type de commerce pour lequel elles étaient connues.

La seule chose pour le momment qui empêche la disparition complète des maisons de ville en bois de Kyoto est le travail de conservation d’organisations à but non lucratif et d‘une nouvelle génération d’entrepreneurs qui convertissent les anciennes structures en cafés, restaurants, galeries et maisons à louer. Sans eux et sans l’intervention du gouvernement (espoir), le lien de Kyoto avec sa longue et fière histoire d’artisanat risque de se perdre à jamais.

Soutenez les en achetant dans ces boutiques et en allant dans les cafés, restaurants, ou bien même en séjournant dans une Machiya en location

Si vous avez envie de vivre l’expérience d’une Machiya pendant votre séjour, vous pouvez en louer une, les prix sont très raisonnable.