Le temple Otagi-nenbutsuji (Kyoto)

Juste devant le tunnel de Kiyotaki (清滝), au nord du quartier Arashiyama (嵐山), vous pourrez voir le petit temple Otagi-nenbutsuji (愛宕念仏寺), qui possède 1200 statues très souriantes. A la différence de Jizo (地蔵), petite statue pour protéger les enfants, les statues de ce temple s’appellent Rakan (羅漢). Elles représentent les personnes ayant atteint la dernière étape des exercices du bouddhisme. Autrement dit, le Jizo est un enfant et le Rakan, un adulte. Les Japonais croient toujours que ces statues protègent les habitants et les voyageurs qui visitent le temple. Les Rakan rient à gorge déployée. C’est lorsque ce temple a été déménagé ici que des fidèles et des gens locaux ont fabriqué ces 1200 statues : ils voulaient créer un temple unique pouvant accorder aux croyants une paix profonde. Le nom des artisans est gravé au dos des statues. Il n’y a pas deux statues identiques comme il n’y a pas deux humains identiques dans le monde. Le bouddhisme dit : « chacun a son caractère ou sa position, mais si on arrive à respecter les autres avec leurs différences, alors on sera sauvé par Bouddha. » En marchant dans ce petit temple, les statues nous enseignent à quel point il est important de vivre paisiblement avec les autres. Fabriquées au cours du XX siècle, certaines statues tiennent une guitare ou un appareil photo. Elles disent peut-être : « Souriez, vous êtes filmés. »

À propos, pourquoi 1200 statues ? Lors du décès de Çakyamuni (Siddhartha Gautama), fondateur du bouddhisme, 500 disciples sont venus pour les funérailles et un an après, 700 disciples ont assisté à la cérémonie du premier anniversaire de sa mort. En l’honneur de cette histoire, les fidèles ont créé 1200 statues, correspondant au nombre de disciples de Bouddha.

Alors que ce monastère était autrefois au centre-ville de Kyoto, il a déménagé en 1921 dans ce quariter très calme, appelé Saga-toriimoto (嵯峨鳥居本), un lieu reculé d’Arashiyama. Depuis le 15ème siècle, des gens y sont venus et ont formé un hameau autour de la grande porte rouge, torii. Des paysans, des pêcheurs et des artisans ont trouvé cet endroit agréable et construit des maisons aux toits de chaume. Aujourd’hui, il y a près de cinquante maisons et il persiste une atmosphère tranquille. Ce quartier compte parmi les quatre sites traditionnels à sauvegarder de Kyoto avec les autres trois; Sannei-zaka (産寧坂), Gion-shinbashi (祇園新橋) et Kamigamo (上賀茂). Dans ces sites, il n’est pas permis de construire ou démolir les bâtiments sans autorisation afin de conserver le paysage.

Accès au temple Otagi-nenbutsuji : prenez le Kyoto-bus (京都バス) 72 devant la gare de Kyoto et descendez à Otagaji-mae (愛宕寺前).

Tarif d’entrée: 300 yens

Voir aussi le temple Gioji

JSS