Le temple Nanzenji 南禅寺

Quels sont les temples à visiter absolument à Kyoto ? Difficile de répondre. Toutefois, selon le classement des temples zen, défini en 1410, voici les cinq meilleurs temples de Kyoto:

1er Tenryuji (天龍寺)

2ème Shokokuji (相国寺)

3ème Kenninji (建仁寺)

4ème Tofukuji (東福寺)

5ème Manjuji (万寿寺)

Mais un autre temple surclasse ces cinq là : le temple Nanzenji (南禅寺). Situé au pied du mont Higashiyama (東山), littéralement « montagne de l’est », son enceinte dissimule plusieurs bâtiments et un immense jardin.

D’après les mémoires de ce temple, son origine remonte au XIIIème siècle quand l’Empereur Kameyama (亀山法皇) possédait une villa à cet endroit. Il est un descendant de l’une des deux branches de la famille impériale : la lignée Daikakuji-to (大覚寺統).

L’empereur Kameyama était tourmenté par des esprits mauvais qui lui apparaissaient toutes les nuits. Il fit appel à plusieurs moines pour les bannir. Les uns récitèrent le canon bouddhique, d’autres présidèrent une cérémonie, d’autres encore firent des prières… Ils firent tout leur possible, mais leurs tentatives restaient vaines.

Un jour, un bonze qui venait du temple Tofukuji (voir le classement ci-dessus) réussit enfin à chasser les esprits mauvais. Il s’appelait Daimin-kokushi (大明国師), supérieur du temple Tofukuji et il avait déjà 70 ans à cette époque.

Il ne fit rien de particulier pour chasser les esprits mauvais, seulement de la méditation assise, dite « zazen (座禅) ».

La méditation est l’essence de la doctrine du zen. C’est un moyen indispensable pour comprendre par soi-même le fond de sa pensée. Cependant, ce point a été oublié par les bonzes qui préféraient des rites plus formels contrairement au moine Daimin-kokushi. C’est pour cette raison que les autres moines, trop attachés aux formalités, n’ont pas réussit à chasser les esprits mauvais. Dès lors, l’Empereur invita le moine Daimin-kokushi à créer le temple Nanzenji à la place de sa villa.

Depuis lors, les bonzes de ce temple pratiquent une méditation austère, transmise de génération en génération. Dans l’immense enceinte, vous pourrez ressentir cette ambiance monacale. De plus, entouré de cerisiers et d’érables, il est très agréable de s’y balader, tout en cherchant, si on le désire, un bon angle pour prendre des photos.

Sur la page d’accueil du Temple Nanzenji, il y a la rubrique « Nanzen Shot ». On peut envoyer librement les photos que l’on a prises dans ce temple. Naturellement, elles sont gratuites et en libre accès. Que ce soit les bâtiments en bois, le jardin reposant, le tapis de feuilles mortes… à travers tous ces paysages, on peut découvrir le mariage entre la nature et la culture.

Ce qui est particulier dans ce temple, c’est le grand aqueduc Suirokaku (水路閣). Ce pont en briques rouges fut construit en 1890, et se situe au fond du temple. N’est-ce pas décevant qu’il y ait un tel édifice dans le temple ? Pas du tout ! En effet, ce canal en forme d’arc fut construit sur le modèle de l’Aqueduc de l’ancienne Rome à la fin du XIXème siècle.

En réalisant ce canal depuis le lac Biwako, le plus grand lac du Japon, la traversée de ce quartier traditionnel (Higashiyama, 東山) était inévitable. Les Kyotoïtes craignaient les répercussions sur le paysage. Malgré cela, le Nanzenji n’a pas hésité à l’installer dans son enceinte. Les moines l’ont toléré, en espérant qu’il serait utile aux citoyens.

Aujourd’hui, son aqueduc est en parfaite harmonie avec le temple tout en y donnant un paysage singulier et unique en son genre.

L’accès au temple Nanzenji depuis la gare de Kyoto : prenez le métro à la gare, changez le train à Karasuma-Oike vers la direction de Rokujizo, puis descendez à Keage. 10 min. à pied.

JSS