Le temple Higashi-honganji (Kyoto)

Fondé il y a 400 ans, le temple Higashi-honganji (東本願寺) est l’un des plus grands temples de Kyoto, ville abritant plus de 1600 monuments bouddhistes. Il se situe à cinq minutes à pied de la gare de Kyoto et l’accès est facile même quand il pleut grâce au passage souterrain.

 

Higashi-honganji et Nishi-honganji (西本願寺, photo ci-dessus) représentent les deux branches du bouddhisme Shin après sa scission en 1602. Ces deux temples se situent de part et d’autre de la gare de Kyoto. Ce sont les maisons mères de l’école Jodo-shinshu (浄土真宗), bouddhisme de la Terre pure, dont le nombre de croyants est estimé à dix millions de personnes dans tout le Japon.

 

Quelle est la particularité de cette école ? Depuis la fondation de la capitale en 794, c’étaient les anciennes formes de bouddhisme tels que Tendai-shu (天台宗) et Shingon-shu (真言宗) qui dominaient à Kyoto. Cependant, ces deux enseignements tantriques et nébuleux étaient difficiles à pratiquer pour le bas peuple, qui n’avait que le strict nécessaire pour vivre. Ainsi cet ancien bouddhisme ne s’est-il propagé que dans la Cour impériale et parmi les aristocrates et les religieux. Or, à partir du XIIème siècle, un nouveau style de bouddhisme s’est répandu. Sans châtiment ni pénitence, ces nouveaux courants spirituels tels que Jodo-shu (浄土宗), Jodo-shinshu, Rinzai-shu (臨済宗) et Soto-shu (曹洞宗), sont devenus populaires chez les gens du peuple. De plus, comme les temples ont aussi hérité du rôle de mairie d’arrondissement, de nombreux temples ont été construits à partir de cette époque. Ces pratiques contrastent avec l’époque précédente où, à vrai dire, la construction de temples n’était pas autorisée par la Cour, sauf les temples Toji (東寺, photo) et Saiji (西寺), temples tutélaires de l’ancienne capitale.

 

Les enseignements de Jodo-shinshu consistent en Akunin-shoki-setsu (悪人正機説), littéralement charité ordonnée aux scélérats, principes avancés par le grand Shinran (親鸞), fondateur de cette école. Le mot akunin, qui veut dire généralement malfaiteur ou criminel, signifie ici les personnes qui ne peuvent pas pratiquer tous les jours l’enseignement de Bouddha. Mais heureusement, selon cette doctrine, ils n’ont qu’à prier les mains jointes et prononcer Namu-amidabutsu (南無阿弥陀仏, formule signifiant bonjour monsieur Amida = Bouddha) puisqu’ils ont leurs propres tâches quotidiennes à accomplir. S’ils suivent cette directive, alors, ils seront sauvés par Bouddha, qui les amènera après leur mort vers le monde de Jodo (浄土), la Terre pure. Cet enseignement très simple est apprécié de tous. Une grande chapelle se trouve souvent au milieu des enceintes de cette école de sorte que tout les gens puissent prier tous ensembles sans discrimination. La décoration intérieure en or évoque des scènes de la Terre pure.

 

À l’origine, Toyotomi Hideyoshi (豊臣秀吉 / 1536-1598), shogun du XVIème siècle, a fait don de terrains à cette école pour construire le Nishi-honganji. Les bâtiments étant orientés vers l’est, il devait probablement y avoir une vue magnifique sur les montagnes de l’est, nommées Higashiyama sanju-roppô (東山三十六峰, chaîne de trente-six montagnes à l’est).

 

Or, après sa mort, le shogun suivant Tokugawa Ieyasu (徳川家康 / 1542-1616) a fait don des terrains situés entre ce temple et les montagnes à l’autre branche de l’école Jodo-shinshu. Il voulait sans doute montrer sa suprématie et avoir une meilleure vue sur les montagnes que le shogun précédent. C’est pour cela que ces deux temples sont orientés vers l’est, alors que la plupart des temples japonais ont leur entrée principale tournée vers le sud.

 

Autre anecdote : une fontaine en forme de lotus existe sur la place devant le temple Higashi-honganji. Aujourd’hui, cette place est entourée de deux routes : l’une droite et l’autre courbée. Jusqu’au 30 septembre 1978, le tramway municipal était en service et les rails étaient posés sur cette route incurvée. Lors des travaux ferroviaires en 1912, les personnes du temple se sont opposées au passage des rails juste devant la porte parce que ce serait non seulement impoli mais aussi dangereux pour les millions de personnes attirées par la grande cérémonie qui y a lieu tous les cinquante ans. Les autorités ont donc décidé de déplacer les rails qui ont été enlevés. Il reste cette route courbée qui nous laisse entrevoir les difficultés d’aménagement de l’époque.

 

Accès vers le temple Higashi-honganji : marchez 5 minutes vers le nord de la gare de Kyoto, en passant devant la tour de Kyoto et Yodobashi-camera, grand magasin d’électronique. Le passage souterrain entre la gare et le coin sud-est du temple est recommandé en cas de pluie. Ouv. t.l.j. jusqu’à 17h. Entrée gratuite.

 

JSS