Le quartier Demachi (Kyoto)

Si vous voulez découvrir la vie familiale des Japonais, visitez les rues commerçantes, shotengai (商店街). Je ne veux pas parler ici des rues animées du centre-ville, mais celles des faubourgs. Avant que les grands magasins ne soient construits, les gens allaient aux commissions dans les shotengai. De petits magasins spécialisés bordent les passages couverts dont les arcades ont été construites par les commerçants qui voulaient rendre leurs rues plus commodes les jours de pluie. Vous pourrez y apercevoir la vie authentique des Japonais.

Cependant, les magasins individuels sont de plus en plus en difficultés. Après les dérégulations successives, surtout celles du gouvernement Koizumi Junichiro (2001-2006), beaucoup de petites et moyennes entreprises ont fermé. Les boutiques des passages commerçants ayant gardé les rideaux baissés, la disparité des revenus s’est élargie.

Heureusement, il reste à Kyoto des shotengai débordant d’activité. Je voudrais présenter ici Demachi (出町), situé près de la jonction des deux rivières, la Kamogawa et la Takanogawa (kawa ou gawa = rivière). Ce quartier étant aussi près du Palais impérial, du sanctuaire Shimogamo et du temple bouddhiste Shokoku-ji, c’est un bon endroit pour se reposer entre les visites.

Le quartier Demachi est l’arrivée du chemin sur lequel les gens d’autrefois transportaient les fruits de mer et autres produits de la pêche depuis le golfe Wakasa (若狭湾), au nord de Kyoto. Ce chemin s’appelle Saba-kaido (saba = maquereau, kaido = route) car les maquereaux de Wakasa étaient transportés jusqu’à Kyoto (à l’intérieur des terres) pour y être consommés. Les restaurants de sabazushi, sushi de maquereau, se trouvent dans le passage de Demachi.

Demachi, littéralement « ville de sortie », est pourtant surnommé « entrée de Kyoto ». À l’époque où les ponts de la rivière Kamo n’étaient pas aménagés, les gens passaient par ce quartier pour entrer au centre-ville.  À l’écart de l’encombrement du centre-ville, la station Demachi-yanagi, située à côté de la confluence de deux rivières, est un point  idéal pour partir vers Matsugasaki, Yase, Ichijoji et Shugakuin, quartiers peu mentionnés dans les guides touristiques.

Les gens de Demachi sont tous accueillants et je l’assure car mon père y travaillait. Pourquoi ne pas visiter ce quartier pour découvrir le vrai visage du Japon ?

Accès à Demachi : prenez le bus 205 devant la gare de Kyoto et descendez à Aoibashi-Nishizume (葵橋西詰), ou prenez la ligne Keihan et descendez à Demachiyanagi (出町柳, terminus).

Voir aussi sushi partie 1 et partie 2

JSS