Le PIB du Japon recule plus que prévu, retour en récession?

La troisième économie du monde est retombée en récession au premier trimestre de 2011.

Selon les données publiées jeudi, l’économie du Japon est en effet retombée en récession après le terrible séisme du 11 mars dernier et le tsunami qui a ensuite ravagé les côtes du pays. Suite à ces catastrophes, l’activité économique a dramatiquement chuté.

Au terme des trois premiers mois de l’année 2011, le produit intérieur brut japonais a reculé de 0,9% par rapport au trimestre précédent, ce qui donne une contraction de 3,7% en rythme annualisé. Ce recul est passablement plus important que celui d’environ 2% en rythme annualisé qui était attendu par les analystes.

Ces données font que l’économie japonaise s’est contractée pendant deux trimestres de suite, ce qui est la définition généralement acceptée de la récession. Lors des trois derniers mois de 2010, l’économie japonaise s’était contractée de 0.8% par rapport au trimestre précédent et de 3% en rythme annualisé. Le Japon s’était sorti de la récession en 2009 suite à la crise financière globale de 2008.

En mars, la production industrielle japonaise a chuté de 15,5% par rapport à février, ce qui représente la plus importante baisse de cet indicateur depuis sa mise en place en 1953.

La plupart des économistes estiment comme la Banque du Japon que la croissance repartira au second semestre avec le rétablissement progressif des approvisionnements et avec les dépenses de reconstruction.

Certains pensent cependant que les chiffres moins bons que prévu du premier trimestre suggèrent que le rythme de la reprise sera peut-être plus lent qu’estimé jusqu’ici.

“L’impact de la catastrophe a été très important et cela prendra beaucoup de temps pour revenir aux niveaux antérieurs”, juge Yoshikiyo Shimamine, du Dai-Ichi Life Research Institute.

Les observateurs s’attendent à ce que la banque centrale s’en tienne à sa position actuelle vendredi à l’issue de sa réunion de politique monétaire, tout en se disant prête à l’assouplir davantage si l’impact du séisme se fait ressentir plus longtemps que prévu.

Le ministre de l’Economie Kaoru Yosano a souligné lors d’une conférence de presse que la banque centrale avait fait suffisamment pour soutenir l’économie après la catastrophe.

“La Banque du Japon a pris les mesures maximales autorisées par son règlement. Je n’ai rien à lui demander”, a-t-il dit. “L’économie a la force de rebondir.” Il a ajouté que la croissance devrait atteindre près de 1% sur l’exercice fiscal entamé le 1er avril.