Le Moine Eisai

Moine Eisai

Myōan Eisai (明庵栄西 – 27 mai 1141 – 2 juillet 1215) donc fondateur du Kennin-ji, commence ses études de moine dans un temple Tendai du japon, mais, mécontent de l’état du bouddhisme à l’époque, il part en 1168 en Chine, où il fait la connaissance du Chan (chinois traditionnel , peut être traduit « méditation silencieuse » et qui deviendra plus tard, au Japon, le zen).

Il ne passe que six mois en Chine lors de son premier voyage mais il y revient près d’une année en 1187. Au cours de ce second voyage, il devient le disciple de Xuan Huaichang et après sa certification de professeur Zen Rinzaï, Eisai revint au Japon en 1191, apportant avec lui des écritures zen et des graines de thé.

Il fonde immédiatement le temple de Hoon-ji 報恩寺 dans l’île de Kyushu (sud du japon), qui sera le premier temple zen du Japon. Eisai commence alors à propager lentement cette nouvelle foi, essayant de gagner le respect de l’école Tendai et de la cour impériale par une diplomatie habile. Mais confronté à l’opposition des écoles traditionnelles du bouddhisme japonais comme l’école Tendai, Shingon ou encore celle de la terre pure, Eisai quitte finalement Kyoto pour la ville de Kamakura en 1199, où le Shogun et ses Samuraïs accueillent avec enthousiasme ses enseignements zen orientés vers les arts-martiaux. Hôjô Masako, la veuve du Shogun Minamoto no Yoritomo, lui donne l’autorisation de construire le temple Jufuku-ji 寿福寺, le premier temple zen à Kamakura. Eisai meurt en 1215 à l’âge de 75 ans. Il a eu parmi ses disciples Eihei Dōgen (永平道元 1200-1253), qui fondera l’école Sōtō au Japon.

Eisai est également connu pour introduire la tradition de boire du thé au Japon et est reconnu comme le fondateur de la cérémonie du thé (en raison de ses efforts pour encourager la culture et la consommation de thé).