Le Kinkakuji

Le Kinkakuji, traduit en français « Pavillon d’or »,  est sans doute le monument le plus célèbre du Japon et aussi classé au patrimoine mondial de l’humanité.

Construit par le shogun Ashikaga Yoshimitsu en 1397, il est très connu pour son paysage plein de luminosité. Cependant, il y a une anecdote cachée dans ce temple.

Au XIVème siècle, Yoshimitsu envisageait de recommencer l’import-export avec la Chine qui était interrompu pendant longtemps. La Chine étant le plus grand pays d’Asie, il pensait qu’il devait construire un bâtiment pour montrer son prestige, sinon il ne pourrait pas rétablir des relations égales.

Donc il avait besoin de créer un pavillon très impressionnant et c’était à peu près 100 ans avant la découverte du continent américain par Christophe Colomb.

Le pavillon a fasciné des invités tels que l’Empereur d’alors ainsi que de grandes personnalités chinoises. Sur le toit du pavillon, il y a une statue de phénix qui symbolise la prospérité de Yoshimitsu. Le phénix est un oiseau mythologique qui peut renaître plusieurs fois de ses cendres. Le paysage du temple est tellement magnifique que l’on reçoit une impression comme un véritable paradis.

Ashikaga Yoshimitsu était le troisième shogun du clan Ashikaga et en 1392, il a réussi à contrôler tous les seigneurs féodaux du Japon. Entre parenthèses, son grand-père, Takauji, le 1er shogun d’Ashikaga, a construit le Temple Tenryuji (à Arashiyama) ainsi que Yoshimasa (8ème génération) a construit le Ginkakuji (Pavillon d’argent).

Le pavillon n’a jamais essuyé de dégât des guerres mais fut brûlé une fois en 1950. Ironiquement, le criminel de l’incendie était un moine novice du Kinkakuji.

Il était atteint d’une surdité congénitale et il avait des problèmes dans sa vie. Un jour, il a tenté de se suicider par le feu dans le jardin mais il a échoué et le feu a brûlé le pavillon.

Il fut arrêté par la police et sa mère qui habitait loin est venue à Kyoto pour une entrevue mais à son retour, elle s’est suicidée en se faisant écraser par un train, peut-être pour assumer une responsabilité. Son fils est aussi mort en prison.

Le supérieur du temple à cette époque, Murakami Jikai, a fait un voyage dans tout le pays pour demander des aumônes pour la reconstruction. Le Japon était encore pauvre après la défaite de la Seconde Guerre mondiale mais beaucoup de gens n’ont pas hésité à offrir les offrandes car le pavillon était un symbole de renaissance.

Donc par rapport à autrefois, la raison d’être du Kinkakuji a beaucoup changé car au XIVème siècle, il fut construit pour montrer le pouvoir du shogun mais dans les années 1950, ce sont les gens ordinaires qui voulaient voir à nouveau le pavillon.

Ainsi il fut reconstruit en 1955, rénové avec un budget de 740 millions de yens et recouvert de 5 fois plus d’or qu’auparavant.