La pollution touristique à Kyoto

C’est devenu une scène familière, des touristes en kimonos loués posant pour des photographies en face d’un temple à Kyoto.

Touristes en kimonos loués
Touristes en kimonos loués

Mais maintenant, l’ancienne capitale est en première ligne dans une bataille contre la «pollution touristique» qui a déjà poser de gros problemes dans certaines villes à travers le monde comme Venise, Barcelone, Dubrovnic et Amsterdam.

Le vendredi 15 juin 2018, une nouvelle loi est entré en vigueur qui exige des propriétaires de s’inscrire auprès du gouvernement avant qu’ils puissent légalement louer leurs maisons ou autre via Airbnb et d’autres sites Web.

La restriction a fait fermer 80% des locations qui étaient illégal ce qui a coûté à l’entreprise basée aux États-Unis des millions de dollars.
La loi a contraint l’entreprise à annuler les réservations pour les clients qui avaient reservé des maisons non enregistrées après le vendredi et à indemniser les clients pour environ 10m $ car Airbnb ne respectait pas la lois.

Un record de 28,7 millions de personnes ont visité l’année dernière le Japon, une augmentation de 250% depuis 2012. Près de 7 millions venaient de Chine, avec aussi des visiteurs de la Corée du Sud, Taiwan, Hong Kong Thaïlande. En 2020 Tokyo accueille les Jeux olympiques, le gouvernement espère que le nombre aura augmenté à 40 millions.

Mais beaucoup de gens vivant près des hotspots touristiques ne sont pas content, le boom du tourisme se révèle une épée à double tranchant. «la montée du Japon comme destination favorite du tourisme est une bénédiction mitigée».

Les Ryokan qui accueillent les invités étranger, pensent que l’on pourrait faire plus pour éduquer les touristes sur les coutumes locales avant leur arrivée.
Par exemple, faire une réservation dans un restaurant et puis annuler le même jour peut être acceptable dans d’autres pays, mais pas au Japon, cela provoque de véritables problèmes en raison de la préparation importante pour la cuisine Japonaise.

On entend aussi des plaintes au sujet de touristes allant dans de vieilles maisons de thé et cafés, prenant des photos sans rien consommer.

Un groupe faisant campagne pour préserver l’atmosphère traditionnelle de gion-Shimbashi, a déclaré que les touristes étaient les bienvenus, mais a ajouté que certaines entreprises locales étaient à court de patience et refuser les touristes comme clients ou les sélectionnés. Ce qui personellement me semble normal pour éviter d’avoir des sauvages qui dérangent la clientèle Japonaise éduqué polis et courtoise.

Gion Shimbashi
Gion Shimbashi

Les plaintes concernant le bruit en fin de soirée et les ordures jetés ou abandonnés dans les rues ainsi que les préoccupations de sécurité ont opposé les résidents contre les autorités locales désireuses de profiter du boom touristique pour remplir les caisses.

Bref Kyoto permettra l’hébergement privé dans les zones résidentielles seulement entre la mi-janvier et la mi-mars, la seule période de l’année ou les touristes évitent traditionnellement de venir.

Au sud de Tatsumi Daimyojin, des hordes de touristes se rassemblent dans une rue en face de Ichiriki, le 300-Year-Old thé rendu célèbre par le livre, les mémoires d’une geisha. La plupart des touristes sont ici pour une raison, apercevoir une Geiko, une Maiko ou une Geisha. On peut voir des Maiko éclater en larmes et repousser les gens qui veulent avoir leur photo prise avec elles.

Le tourisme de masse est peut-être une grave erreur pour le futur de Kyoto, il ne fait aucun doute que les foules non gérées peuvent endommager l’expérience et l’image, surtout pour Kyoto où la culture, l’atmosphère calme et méditative sont l’essence même de cette ville.

La destruction de centaines de maisons traditionnelles (Machiya) pour faire des hôtels bas de gamme défigurant la ville afin de recevoir des touristes bas de game, bruyants, mal polis et peu éduqués.  C’est une grande déception pour les locaux et certains touristes eux même sont parfois surpris.

Stucture Hotel bas de game construit en 3 mois
Stucture Hotel bas de game construit en 3 mois

Le pays a été pris au dépourvu, ce n’est pas seulement Kyoto mais la plupart du Japon qui n’est pas préparé à l’afflux d’étrangers car le boom s’est produit si rapidement. Personne ne s’attendait à ce que les touristes viennent en si grand nombre, et cela ne fait que commencer. Kyoto ressemble de plus en plus à un Disneyland culturel !