Kodomo no Hi, la fête des petits garçons japonais

Le 5 mai, les japonais célèbrent la Kodomo no Hi (子供の日), littéralement la « journée des enfants ». C’est aussi le dernier jour férié de la Golden Week (ゴールデンウィーク).

C’est la fête des enfants, et plus particulièrement la fête des garçons, les filles étant déjà célébrées le 3 mars, lors de la fête des poupées Hina Matsuri (ひな祭り).

Lors de la Kodomo no Hi, vous ne manquerez pas de voir flotter à l’air, dans les jardins, les rues et au dessus des rivières, des banderoles de carpes multicolores : les koinobori (鯉幟). Il s’agit de manches à air en forme de carpe Koï, le symbole de la force et le courage. En effet, d’après une légende chinoise, les carpes sont capables de nager vigoureusement à contre-courant, si bien qu’elles peuvent remonter le fleuve et même, s’envoler vers le ciel et devenir des dragons ! Tout comme les carpes, les petits garçons japonais doivent se montrer persévérants et affronter les obstacles avec un esprit positif !

Une autre tradition veut que les garçons exposent une miniature du héros Kintarō (金太郎) dans leur maison.Il s’agit du nom d’enfance du samuraï Sakata no Kintoki, qui possédait une force surhumaine lorsqu’il était petit garçon. Bien sûr, Kintarō est lui aussi un symbole et un exemple de vigueur pour les jeunes garçons.

À l’origine, le 5 mai était la fête des Iris, Tango no Sekku (端午の節句), c’est pourquoi il est aussi coutume de suspendre des feuilles d’iris aux portes des maisons comme porte-bonheur. Les enfants prennent parfois des bains à l’iris (shōbu-yu) et on boit du saké à l’iris.

On retrouve aussi en ce jour de fête des patisseries traditionnelles comme le Chimaki (ちまき) ou encore le Kashiwa-mochi (かしわ餅). La première est du riz cuit à la vapeur enveloppé dans une feuille de bambou. La deuxième, le Kashiwa-mochi, est un gâteau de riz gluant fourré au haricots rouges et enroulé dans une feuille de chêne.