Japan’s Secret Shame brise le tabou d’une nation sur le viol

Ce film important se concentre sur les allégations de Shiori ITO pour raconter l’histoire plus large mais cachée de la violence envers les femmes japonaises.

La honte secrète du Japon est un documentaire extrêmement difficile à regarder. C’est poignant, frustrant et pénible. C’est aussi un film incroyablement important, courageux et nécessaire, filmé avec soin par la productrice et metteur en scène Erica Jenkin.

Il y a 510 viols déclarés pour chaque million de personnes au Royaume-Uni, mais au Japon ce nombre tombe à 10. Certains pourraient suggérer que cela signifie que le Japon est un pays sûr pour les femmes. La plupart des contributeurs à ce film, cependant, croient qu’il est si tabou d’en discuter que les victimes ne les déclarent pas.

Les lois du pays sur le viol étaient restées les mêmes depuis 1907 de plus Il y a eu une peine minimale de viol plus courte que pour le vol.

Les statistiques qui propulsent le Japon à une norme mondiale catastrophique pour un pays riche et moderne démontre que sur le plan culturel et structurel, la violence sexuelle à l’égard des femmes n’est pas considérée comme un problème grave.

En 2015, Shiori ITO a présenté une allégation publique de viol contre un journaliste éminent et bien connu, Noriyuki Yamaguchi, (20 ans de plus) qui nie l’inculpation.

Grace à Shiori Ito qui a bravé bien des épreuves et des souffrances, les choses avancent sur ce sujet tabou au Japon.

Des femmes ont maintenant le courage de se confronter à leur agresseurs aussi Shiori Ito nous dit «une goutte d’eau seule n’est rien mais quand elle se rassemble, elle peut former un tsunami.»