Itinéraire original : une promenade au cœur de la nature, entre Kurama et Kibune

 

La vie a des hauts et des bas, mais pas toujours à la même cadence. A mesure qu’ils prennent en âge et en maturité, les humains aspirent à des plaisirs différents. Si vous aimez la nature, venez avec moi à Kurama (鞍馬), lieu spirituel montagnard au nord de la ville de Kyoto, où l’air frais du mont Kurama vous enrobe dès la sortie du train.

 

Le mont sacré Kurama fut créé il y a 260 millions d’années par le soulèvement d’un volcan maritime. C’était donc autrefois le fond de la mer. Il est apprécié pour sa faune et sa flore par les historiens et écologistes, mais aussi, plus récemment, par les gens en quête de sérénité. Ils aiment venir dans ce lieu énergisant, que les randonneurs japonais appellent couramment power spot. En marchant dans la forêt, vous serez en effet galvanisé par le souffle de la nature.

 

Le charme du mont Kurama ne réside pas seulement dans sa faune et sa flore. Le temple Kurama (鞍馬寺) est connu pour le mythe du petit Ushiwaka (牛若). Il fut laissé ici par sa mère Tokiwa-gozen (常盤御前) et élevé dans ce temple après la défaite de son clan, Genji (源氏), au cours d’un grand conflit. Grâce à sa beauté, héritée de sa mère, et sa connaissance des arts militaires, il devint le grand guerrier Yoshitsune (義経), dévoué à son clan. Cependant, il se fâcha avec son frère Yoritomo (源頼朝) qui, envieux de sa puissance, le fit assassiner. Le temple et le chemin des racines Kinone-michi (木の根道), lieux où s’entraînait ce héros misérable, témoignent de son existence.

 

En descendant de la montagne, vous trouverez de nombreux cafés et restaurants près de Kibune (貴船). Le murmure de la rivière Kibune (貴船川) est apaisant. En été, je vous conseille un restaurant de nagashi-somen (流し素麺) pour le déjeuner. Les somen sont une sorte de vermicelles de blé qui se mangent froids. Pour les manger, on met tout d’abord dans la soupe des morceaux de poireau et du wasabi à sa convenance. Ensuite, on récupère des somen qui glissent sur le rail de bambou pour les incorporer à la soupe. Il ne reste qu’à déguster, en faisant, si possible, du bruit en aspirant les nouilles. Le repas sur un plancher installé au-dessus de la rivière est un petit moment de bonheur.

 

L’après-midi, vous pouvez visiter le sanctuaire Kibune (貴船神社), qui abrite le dieu de l’eau. En 390, la princesse shintoïste Tamayori (玉依姫), fille du dieu de l’Océan, débarqua ici en remontant la rivière depuis l’actuel Osaka, à bord d’un bateau jaune. C’est une distance incroyable pour un bateau, surtout à contre-courant. Pourtant, Kyoto n’était pas encore la capitale et les gens furent reconnaissants de cette faveur. Dès lors, le sanctuaire Kibune abrite le dieu de l’eau en l’honneur de cette princesse. Il est apprécié de tous et on y adressait des prières pour demander la pluie. Pour information, le mot “ki” veut dire “jaune” et “bune”, “bateau”.

 

Si vous aimez les sources thermales, onsen (温泉), et les bains en plein air, rotenburo (露天風呂), vous pourrez vous y délasser après votre promenade. Revigorez-vous avec cette excursion en plein cœur de la nature, à proximité de Kyoto.

 

JSS