Géisha ou Maiko espèces menacées d’extinction

Comme la ville a perdu des morceaux entier de son passé avec la destruction massive de maisons traditionnelles pour faire entre autres des hôtels bas de gamme pour une clientèle de masse en provenance d’un grands pays asiatique, la Geisha et son apprenti la Maiko sont désormais hors de portée, à l’exception de quelques-unes.

Voir une Géisha ou une Maiko est l’un des moments les plus attendus d’un voyageur à Kyoto, mais comme toutes les espèces menacées d’extinction, les chances d’en voir une en personne est rare. Sur un total d’une dizaines de milliers à leur apogée, la population de Geisha et de Maiko de Kyoto est tombée à moins d’une centaine.

Les valeurs modernes et le ralentissement de l’économie japonaise ont comploté contre la tradition autrefois vivante de la Geisha à Kyoto. Une soirée avec une Geisha ou sa jeune apprentie, la Maiko, est un luxe que seul un cercle restreint de clients aisés peut se permettre mais qui fréquente de moins en moins Kyoto.

On aurai pu imaginer que la ville de Kyoto voir le Japon ferai quelques choses pour les soutenir car elles sont quand même considérées comme le patrimoine vivant Japonais. Malheureusement il n’en est rien.

Les touristes désireux d’entrevoir une Geisha devront se contenter de la rare apparence publique qu’elle fait. Après tout, c’est un monde inaccessible au Gaijin (étranger). Au crépuscule souvent par deux ou en petits groupes, en route pour rencontrer des clients dans les lieux de divertissements à Gion, les Geisha et Maiko peuvent divertir derrière les portes de bars et restaurants exclusifs, mais cela ne signifie pas qu’elles se tiennent délibérément à l’écart du public. Cependant, de moins en moins elles se promènent dans la ville car certains touristes médiocres et peu éduqués les importunes pour essayer de faire des selfies avec elle et même les toucher !

La culture hédoniste des geishas est un aspect intéressant ainsi que la culture austère des temples de Kyoto. C’est cette dualité souvent mal comprise par les étrangers qui rend Kyoto si fascinant.