Distributeur automatique Japonais

Ceux qui ont déjà voyagé au Japon le savent, les distributeurs automatiques sont littéralement partout. À chaque coin de rue, dans chaque station de métro/train, dans les centres commerciaux, dans les bâtiments publics, en devanture des résidences… bref impossible de faire plus d’une minute à pied sans en apercevoir un. Il y en a tellement que ça en devient même parfois ridicule quand plusieurs dizaines sont alignés à la suite…

plein de distrib

Le tout premier distributeur automatique (自動販売機 jidouhanbaiki) au Japon à vu le jour en 1888 (明治21), il a été inventé par Koshichi Tawaraya, et été destiné à la vente de tabac. Le plus vieux distributeur ancien qui existe encore aujourd’hui (également créé par Tawaraya) date de l’an 1904 (明治 37 年) il été destiné à la vente de timbres et de cartes postales et doublé d’une fonction boîte aux lettres. Ils deviendront un des symboles du développement que connut le Japon à l’époque Meiji (明治 1868 – 1912) sous l’effet de l’ouverture à l’Occident. Mais ce ne fut qu’en 1962 que les distributeurs automatiques deviendront populaire au japon, plusieurs grosses firmes Américaines (principalement des fabricants de boissons) importèrent leurs distributeurs au Japon pour stimuler la vente de leurs produits.

Distributeur automatique destiné à la vente de timbres et de cartes postales (1904).
Distributeur automatique destiné à la vente de timbres et de cartes postales (1904).

Plus d’un siècle plus tard, le Japon est le roi en Asie des automates de vente, ayant après-guerre, été grandement influencé par les États-Unis, on retrouve des centaines de variétés et déclinaisons différentes.
Selon l’association des gérants des distributeurs automatiques, le Japon compte actuellement 5 millions de machines de vente ou services (échangeurs de monnaies, etc.) en tout genre. Le chiffre d’affaires global de ces engins était de 4880 milliards de yens (39 milliards d’euros) en 2015, presque l’équivalent du budget annuel de la Défense du Japon.

Les machines les plus courantes sont bien sûr les distributeurs automatiques de boissons chaudes ou froides, puis vient les distributeurs de cigarettes. Bizarrement, et contrairement aux seuls distributeurs disponibles en France, on ne retrouve que très rarement des machines distribuant des snacks ou confiseries.

Les distributeurs automatiques au Japon sont compacts et peuvent être installés pratiquement n’importe où, et avec le faible taux de criminalité au Japon, ils n’ont pas grand chose à craindre.

Imaginez juste la durée de vie d’un distributeur de cigarettes en France… Même après plusieurs années passées au Japon, je n’ai encore jamais eu l’occasion d’apercevoir une de ces machines en mauvais état, ni même arborant le moindre tag.

Si, en tant qu’étranger, il est difficile de comprendre leur réelle utilité dans les grandes villes (car on trouve des Konbini à tous les coins de rues qui sont ouvert 7/7j et 24/24h), pour les autres villes, plutôt rurales, les distributeurs automatiques représentent la possibilité d’acheter des produits d’appoints à n’importe quel moment de la journée quand les magasins sont tous fermés.

Voici une liste, non exhaustive de ce que vous pourriez trouver dans des Distributeurs lors de votre visite au Japon :
– Tabac, boisson mystère, tampon (Anko, ce qui sert de signature au japonais), amulettes (omamori) dans des temples bouddhistes, tickets de métro, cup noodles (nouilles instantanées), appâts pour la pêche, fleurs, chewing gum, saké locaux, manga, piles, lunettes pour lire sur l’ordinateur, revues pornographiques, ramen instantanés, bières/alcool, fruits et légumes frais (ou exclusivement des bananes), jouets, parapluies, téléphones portables usagés, carte SIM avec data internet, café en gobelets, accessoires pour enfants, barres énergisantes, de billets de trains, cartes de visites, cartes téléphoniques, snack, DVD, glaces, papier toilette, masques, plats surgelés, plats chauds (onigiri, takoyaki, frites ect), stickers, t-shirts, journaux, livres, préservatifs, sous vêtement, mouchoirs en papier…

Distributeur de plats chauds.
Distributeur de plats chauds.

distributeur fruit et légumes

Et on gardera le plus dingue en dernier, les distributeurs de petites culottes usagées (qui sont interdis au jour d’aujourd’hui mais que l’on peut trouver dans certains sex-shop), et ils en existent plusieurs variétés… (je vous laisse chercher la photo par vous même).

Enfin bref, en 2010 on a vu arriver à Tokyo une nouvelle génération de distributeurs de boissons. Pourvus d’écrans tactiles ils sont aussi capable de reconnaître les utilisateurs et de leur proposer des boissons personnalisées. Du thé pour une grand-mère, un café pour un salary-man ou un coca pour un enfant par exemple.

Dernière génération de Distributeur.
Dernière génération de Distributeur.

Les moins vieux des Distributeurs sont aussi connectés en réseau et alertent le centre de gestion quand ils ont besoin d’être rechargés. Ces appareils ont aussi une vocation sociale: certains intègrent une caméra de surveillance, d’autres peuvent diffuser des messages en cas de catastrophe naturelle et se débrayent le cas échéant pour fournir gratuitement les boissons. Certains distributeurs intègrent aussi un défibrillateur externe automatisé (AED) pour venir en aide à une personne victime d’un accident sur la voie publique. Chaque distributeur comporte l’adresse à laquelle il est installé de sorte à pouvoir communiquer précisément l’endroit où l’on est si pour une raison ou une autre on est tenu d’appeler les secours.

AED
AED

Forcé de constater que la plupart de ces distributeurs nous est indispensable dans notre quotidien, et qu’il nous manque vite lors de notre retour en France. Surtout l’été on vous pourrez toujours avoir une boisson bien fraiche à portez de main, plutôt que de transporter votre grosse bouteille d’eau toute la journée.

Bonne chasse aux distributeurs.