Daimonj est le festival des montagnes enflammées à Kyoto

Une fois par an au mois d’août au beau milieu de la saison des Obon (festival japonais des morts) vénérant les ancêtres, le flanc de la montagne situé près du Pavillon d’Argent, à Kyoto est en feu. Pendant la majeure partie de la nuit du 16 août, le feux se voit à des kilomètres à la ronde.

Cependant, loin d’un embrasement sauvage et incontrôlable, les gens s’aperçoivent bientôt que le feu contient un message en caractères japonais: 大 (grand) sur le mont Daimonji. Il y a aussi d’autres signes en feux sur les montagnes voisines tout autours de Kyoto.

Ce feu représente la culture religieuse japonaise complexe, cela marque le moment où les esprits ancestraux qui sont supposés visiter le royaume terrestre pendant Obon retournent dans le monde des esprits.

Le festival commence à 20h, avec l’éclairage du signe «大». Après quoi les caractères “妙” et “法” sont allumés toutes les cinq minutes. Une fois que les signes sont allumés les deux dernières montagnes sont allumées à leur tour aves des dessins, l’un en forme de bateau et l’autre en forme de torii (porte d’entrée d’un sanctuaire). A l’époque il était possible de voir les cinq feux du centre de Kyoto, aujourd’hui c’est impossible avec l’urbanisation (chaotique) à outrance dans le centre-ville.

Boire une tasse de saké (vin de riz japonais) pendant que les caractères enflammés se reflètent dans la tasse est censé vous protéger des maladies. Quel que soit l’angle sous lequel vous l’observez, le feu est un spectacle singulièrement unique.

La «boîte aux lettres verte» du temple Daishoji de Kyoto accepte les lettres envoyées aux morts

Ceux qui souhaitent poster des messages aux morts peuvent déposer leurs lettres dans une “boîte aux lettres verte” située dans un temple bouddhiste à l’ouest de la ville.

Toutes les personnes sont invitées à laisser une lettre dans la boîte aux lettres située dans l’enceinte du temple Daishoji, dans le quartir de Kitizui, à Maizuru.

Les employés du temple n’ouvrent pas les lettres, mais les brûlent lors d’un rituel dans un autel de feu “gomadan”.

Un paroissien ancien responsable de la poste Japonaise a fait don de la boîte aux lettres il y a environ 30 ans.

La boîte était installée sous un treillis de glycine à côté de la salle principale du temple et servait parfois de boîte de collecte d’offrandes car elle se trouvait aussi à proximité d’une cascade sacrée.

Les prêtres du temple l’ont peint en vert pour qu’elle ne soit pas confondu avec une boite à lettres en service mais un jour, une lettre fermée y a était déposé.

Le prêtre principal Shinko Matsuo, maintenant âgé de 59 ans, s’est rappelé avoir été déchiré par l’opportunité d’ouvrir cette première lettre, arrivée il y a une quinzaine d’années. Mais il sentait qu’il devait le faire car il était inquiet au cas où l’expéditeur aurait pu penser qu’il avait posté sa lettre dans une boîte aux lettres standard.

À l’intérieur se trouvait un message d’affection adressé à un enfant. “Est-ce que vous jouez dans les cieux?” «Veillez s’il vous plaît sur votre maman et papa,». L’expéditeur semblait être une jeune mère qui avait fait une fausse couche ou dont l’enfant était décédé dans d’autres circonstances.

Matsuo, désireux de transmettre les paroles de la femme à son enfant, organisa une cérémonie pour brûler la lettre sur l’autel de feu.

Puis plus de lettres ont commencé à apparaître dans la boîte aux lettres, également adressées à des personnes décédées. Après que Matsuo a publié à propos de la boîte aux lettres sur son compte Instagram en mars dernier, de nombreuses personnes ont répondu en disant qu’elles souhaitaient également y laisser des lettres.

Il a officiellement commencé à accepter les lettres au début de juin et a qualifié le réceptacle de «boîte aux lettres verte». La boîte aux lettres a reçu une nouvelle couche de peinture verte, ainsi qu’une nouvelle pancarte sur le devant expliquant sa fonction aux visiteurs.

Les paroissiens ont apprécié les efforts de Matsuo et se sont associés pour soutenir le projet. Hiroyuki Makino, 75 ans, représentant en chef des paroissiens de Daishoji, a payé et a donné du papier à lettres et des enveloppes au comptoir de la réception du temple pour que les visiteurs puissent les utiliser.

«Les gens peuvent composer leurs lettres ici même», a déclaré Makino. “J’espère que tout le monde se sentira libre de visiter le temple, même si ce ne sont pas des paroissiens.”

La boîte aux lettres contenait une dizaine de lettres quelques jours à peine après que le temple ait commencé à les accepter officiellement. Les responsables du temple ont déclaré avoir reçu de nombreuses demandes du public au sujet de la boîte aux lettres verte.

Un résident de Kanto a demandé si les personnes incapables de se rendre dans la région en personne pourraient envoyer une lettre au temple à la place.

Une rare statue d’Amida Nyorai (Amitabha) placée dans un cristal en forme de bouton de fleur de lotus est exposé dans le temple Daigoji

Selon un expert, un petit Bouddha recouvert de cristaux découvert dans un temple aurait été l’œuvre de l’atelier du maître sculpteur bouddhiste Kaikei vers la fin du XIIe siècle.

La statue en bois d’Amida Nyorai (Amitabha), appelée “Suisho hogan iri mokuzo Amida Nyorai zo”, mesure environ 5,5 cm de haut et se trouve à l’intérieur d’un cristal en forme de bouton de lotus d’environ 10 cm de haut. La statue a été conçue dans une forme relativement épaisse afin de créer une illusion d’optique selon laquelle elle est plus petite lorsqu’un cristal reflétant de la lumière y est projetée.

Hiromichi Soejima, professeur émérite d’histoire de la sculpture japonaise à l’université Taisho, qui a examiné la statue, a souligné que le style des vêtements ressemblait à celui des statues de Bouddha créées par Kaikei à partir de la première période de Kamakura (1192-1333).

«Il semblerait que la statue ait été placée dans le cristal dès le début de la production», a déclaré Soejima, émerveillée par la qualité de conservation de la pièce. “Il a peut-être été considéré comme une statue bouddhiste généralement cachée du public“, a-t-il ajouté. Continuer la lecture de « Une rare statue d’Amida Nyorai (Amitabha) placée dans un cristal en forme de bouton de fleur de lotus est exposé dans le temple Daigoji »

1 001 statues bouddhistes réunies à Kyoto pour la première fois depuis 1992

Pour la première fois en 26 ans, les 1 001 anciennes statues bouddhistes de Sanjusangendo a Kyoto ont été réunies dans la salle principale du temple de Rengeoin

Les statues grandeurs natures, appelées «Mokuzo Senju Kannon Ryuzo» (statues en bois de la divinité Kannon avec 1 000 bras) et désignées par le gouvernement Japonais comme des biens culturels importants.

Elles sont montrées au public du 3 octobre au 26 novembre.

Les travaux de restauration de ces statues ont duré 45 ans et terminé l’année dernière. En mars, le Conseil des affaires culturelles du gouvernement a recommandé que les 1 001 statuts soient collectivement passées sous le statut de trésor national.

Pour célébrer cette mise à niveau prévue dans un proche avenir, cinq statues prêtées à des musées nationaux de Tokyo, Kyoto et Nara ont été rendues à Sanjusangendo.

Toutes les statues avaient été assemblées pour la dernière fois en 1992, lors de la célébration du service commémoratif bouddhiste à l’occasion du 800e anniversaire de la mort de l’empereur à Go-Shirakawa, qui avait construit Sanjusangendo.

Les Temples bouddhistes du Japon pourront offrir des chambres à louer grâce au changement de loi

Les mots «spirituel» et «spartiate» ne sont pas souvent utilisés pour décrire les propriétés sur les sites de locations d’hébergements de vacance. Ils seront, cependant, plus susceptibles d’apparaitre après le lancement d’un service consacré à la location d’hébergement dans les temples à travers le Japon.

Jusqu’à présent, un petit nombre de temples japonais ont offert un logement connu sous le nom de shukubo, comprenant un endroit pour dormir et de la cuisine bouddhiste végétarienne, ciblant principalement les pèlerins ou les touristes aventureux.

Toutefois, le Japon possède 77 000 temples à l’échelle nationale. Jusqu’à présent ils ont été limités par les lois sur les logements à but commercial, une situation qui change avec la nouvelle législation relative à l’hébergement résidentiel du 15 juin 2018.

En plus d’offrir un hébergement, de nombreux temples offriront un aperçu culturel unique de la vie bouddhiste avec certains offrant aux clients la chance d’essayer la méditation zazen, l’écriture Sutra ou assister à des prières tôt le matin ainsi que l’échantillon de la cuisine bouddhiste.

Avec le nombre record de 28,7 millions de touristes en vacances au Japon en 2017, le gouvernement souhaite atteindre sa cible de 40 millions visiteurs pour 2020.

Aussi le gouvernement est désireux de développer et exploiter des formes alternatives d’hébergement.

Le pape: J’espère visiter le Japon l’année prochaine

Le pape Francis a annoncé son intention de visiter le Japon l’année prochaine. Il en a parlé ce matin dans le Hall Paul VI à certains membres de “Tensho Kenoh shisetsu Kenshoukai ” une Association caritative japonaise.

Le Pontife a rappelé la visite il y a plus de 400 ans, en 1585, quand quatre jeunes japonais sont arrivés à Rome, accompagnés de quelques missionnaires jésuites, pour rendre visite au pape, qui était alors Gregory XIII.

Le pape a souligné que c’était la première fois qu’un groupe de représentants du Japon était venu en Europe et il l’a décrit comme une rencontre historique entre deux grandes cultures et traditions spirituelles qui méritait d’être rappelé.

En particulier, le pape Francis a rappelé que le chef des ces hommes à l’époque Mancio Ito est devenu prêtre et Julian Nakaura comme beaucoup d’autres, a été exécuté sur la fameuse colline des martyrs de Nagasaki et a été proclamé béni.

Festival Gion Matsuri Kyoto 2018

Juillet est un mois spécial pour les Kyotoites. Après un mois de pluie durable en juin, le centre-ville de Kyoto change totalement d’atmosphère le mois suivant.

Char Gion Matsur 2018
Char Gion Matsur 2018

Les gens prennent conscience que le Festival de gion, le grand événement annuel en été, connu familièrement comme «gion-San» par les anciens va bientôt arrivé en entendant une semaine avant la musique distinctive et en voyant les préparatifs ainsi que le montage de chars liés au Festival dans le centre vile.

Gion Festival (祇園祭/Gion Matsuri) est non seulement connu comme l’un des trois plus grands festivals à Kyoto, mais aussi l’un des festivals les plus typiques au Japon.

Chaque année, plus d’un million de visiteurs viennent voir ce festival populaire, inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Ce festival a pris naissance en tant que cérémonie religieuse pour apaiser les dieux lors d’une flambée de peste en 869. Continuer la lecture de « Festival Gion Matsuri Kyoto 2018 »

La cathédrale catholique d’Oura inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco

La cathédrale catholique d’Oura à Nagasaki et le village de Sakitsu à Amakusa, situés au sud du Japon dans la région de Kumamoto sont inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco.

La cathédrale catholique d’Oura, à Nagasaki est dédiée à 26 chrétiens exécutés il y a plus de quatre siècles à cause de leur foi.

Le christianisme au Japon date de 1549, quand le missionnaire jésuite Français François Xavier est arrivé au pays du soleil levant avec deux compagnons.

Le christianisme a commencé à se propager dans tout l’ouest du pays, avec l’arrivée d’autres missionnaires son influence croissante suscita l’inquiétude des chefs militaires du Japon et la persécution des chrétiens commença à partir de 1589.

Les chrétiens auxquels est dédiée la cathédrale d’Oura, 20 Japonais et six étrangers ont été exécutés à Nagasaki en 1597 quand la persécution s’intensifia. Continuer la lecture de « La cathédrale catholique d’Oura inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco »

45 ans de réparations achevées enfin pour les 1001 statues au Sanjusangendo

Des travaux de préservation et de réparation ont été achevés sur les 1 001 statues de bodhisattva Kannon à 1 000 bras au Sanjusangendo de Kyoto.

Il a fallu 45 ans pour réparer les statues bouddhistes désignées comme biens culturels importants et chacune a été sortie de la salle à tour de rôle.

“Quand il fait beau et que les rayons du soleil arrivent, ils sont plus beaux” a déclaré Seiko Tabuchi, un haut responsable de Myohoin, le temple qui gère le Sanjusangendo. La luminosité est “complètement différente” d’avant le début des travaux de réparation. Continuer la lecture de « 45 ans de réparations achevées enfin pour les 1001 statues au Sanjusangendo »

Itinéraire de deux jours à Kyoto

Deux jours à Kyoto vous permettent de voir pleins de choses!

Chion in temple

Cet itinéraire de deux jours vous emmène à travers les principaux quartiers touristiques de Kyoto.
C’est une bonne ballade à faire hors saison (été ou hiver). En haute saison (printemps et automne) il y aura du monde.

Le premier Jour : Le sud Higashiyama

Kiyomizu-dera Temple
Prenez un bus ou un taxi jusqu’à l’intersection Gojo-Kawaramachi. L’arrêt de bus le plus proche est Gojozaka. Remonter Gojo-zaka, qui est la rue principale qui mène à l’est, en haut de la colline, au Temple Kiyomizu-dera. Très probablement, vous pouvez simplement suivre les gens.

À mi-chemin, vous pouvez supporter jusqu’à Chawan-zaka, qui vous éloigne de la plupart des voitures et des bus. Entrez dans le temple et explorez complètement le temple. Ne pas oublier de visiter le merveilleux Tainai-Meguri.

Continuer la lecture de « Itinéraire de deux jours à Kyoto »

Kodai-ji Kyoto

Kodai-ji est un temple bouddhiste qui fait partie de l’école zen Rinzai.

Il est situé à l’est de la ville, dans le quartier de Higashiyama dans Gion. Il a été construit en 1606 à la demande de Kita No Mandokoro.  Une femme noble souvent appelée “Nene”, à la mémoire de son mari, Toyotomi Hideyoshi (1536-1598). Un grand général qui a réuni une grande partie du Japon sous son autorité à cette époque.
Continuer la lecture de « Kodai-ji Kyoto »